Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ernesto Seghi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ernesto Seghi
Conseiller secret du Duc de Borgia Ennemi de Venise
Conseiller secret du Duc de Borgia Ennemi de Venise
avatar

Messages : 20


MessageSujet: Ernesto Seghi   Jeu 12 Aoû - 22:51

~o~ Feuille d'Identité ~o~


Archives secrètes du Vatican.


Nom actuel : Seghi
Prénom actuel : Ernesto
Age : Inconnu. Apparence : 27 ans.
Race : Chat du Diable, plus communément nommé Stregato.
Pays d'origine : Inconnu
Rang social : Inconnu
Profession : La difficulté d’obtenir des renseignements précis nous poussent à présumer ce qu’il est, basé sur des lettres, manuscrits et autres sources d’informations que nous avons accumulés au fil du temps. Veuillez noter que cette partie est incomplète et que certaines erreurs pourraient s’y être glissées. Nous simplifierons au possible par : meurtrier, assassin, espion, conspirateur, Second d’un groupe de voleurs, Second d’un autre groupe de tueurs, Second d’une alliance marchande, Second de… […]L’information la plus crédible le concernant précise qu’il serait le Conseiller secret du Duc de Borgia, à Venise, ainsi que son confident caché. Notre espion, avant de mourir, nous a fait parvenir ce message : La Bête est l’Ombre du Duc, son reflet maléfique, l’extension de sa noire volonté et sa malédiction… Mais il n’est pas son serviteur.



~o~ Physique ~o~


Allure :

Extrait d’un papyrus ancien.


… Et le divin envoyé de la déesse Bastet s’inclina devant moi, dévoilant une apparence humaine qui me fit perdre toute voix. L’émerveillement de mes sens fut tel que tout disparu. Je ne voyais que lui. Il ne regardait que moi. La pure intensité de sa simple présence, ce charisme indéniable, indescriptible. Je me sentis irrémédiablement attiré par cet homme, malgré cette aura que je pouvais ressentir, ce danger permanent, cette menace latente. Je ne saurais faire justice au charme de cet être divin que je rencontrai. Cette longue chevelure noire, ce regard de braise, cette peau foncée et satiné. Grand, svelte, en parfaite maîtrise des mouvements de son corps, des expressions de son visage. Personne, jamais personne ne douta de ses paroles, il possédait le charme et l’agilité féline. C’était le messager de Bastet…

Néfertiti, Égypte.


Goûts vestimentaires :

Extrait d’une lettre récente.


…Je me dois de vous remercier, votre Seigneurie, pour l’inquiétude que vous portez à l’égard de mon humble personne. J’ai bien pris note de vos indications mais je ne peux m’arrêter maintenant. Cet être se joue du monde depuis trop longtemps ! Les vêtements ne sont qu'un outil de plus pour lui. Il se déguise. Il change. Il s’adapte. Je l’ai vu cacher son visage derrière un foulard, à la manière des assassins, pour rencontrer la pire vermine de la ville. Ensuite, je l’ai vu porter de nobles atours et aller danser dans un bal destiné à la Haute. Je l’ai vu vêtu comme un simple marchand, comme un pauvre, un riche, un garde, au point que je ne peux qu’en venir à la conclusion que la Bête n’a pas le temps d’avoir de préférence. Que Dieu me vienne en aide, je dois sauver Venise !...

Alceo Valbonesci, informateur du Vatican, décédé prématurément.


Particularités :

Extrait d’un journal.


…J’ai revu cette personne aujourd’hui, il m’a même offert un nouveau cadeau ! Mon cœur s’est arrêté de battre lorsque j’ai en vu le contenu. Un grimoire de magie noire. Il connaissait mon secret. Personne n’offrirait une telle chose sinon, même pour plaisanter. Il sait que je suis une sorcière. Je pensais avoir à me débarrasser de lui mais alors je l’ai vu. Son regard… Ses yeux d’ordinaire sombres sont devenus rouge. Rouge comme le sang. Rouge comme le Diable. Je sais maintenant qu’il est mon allié.

Catherine, brûlée en place publique, France.


Forme animale :

Portrait du Chat du Diable.


Au centre de cette peinture, vous pouvez apercevoir un homme asiatique et arrogant assis sur un trône. À ses pieds reposent plusieurs femmes et deux hommes, très probablement ses maitresses et amants. Ou alors peut-être ses enfants, pour ce que vous en savez. Tout en notant le décor magnifique, vous pouvez apercevoir un animal, en arrière-plan. Son expression noble attire le regard et son indifférence est plus que palpable. C’est… un chat noir. Une bête merveilleuse.

Shi Kuan Ti, effacé de l’Histoire pour tous ses méfaits innommables, Chine.




~o~ Psychologie ~o~


Caractère :

Extrait d’un papyrus ancien.


…Lorsque je lui ai mentionné que l’âge ne semblait pas l’atteindre, j’ai eut l’impression d’être soudainement en présence de Sokar. Et quelques jours plus tard, il était dans ma chambre, en pleine nuit. J’étais certain de mourir. J’y étais même prêt depuis que j’avais fait cette remarque. Mais il me surprit. Il ne me tua pas. Ce n’était pas de la bonté, pas de la pitié, cet être n’éprouverait jamais ça. Non, il me demanda, d’un murmure ensorcelant, si je voulais le pouvoir. Toujours et encore plus de pouvoir, tous mes désirs pourraient se réaliser. Il les exaucerait… Il était clairement en train de me manipuler.

C’est un manipulateur, menteur, égoïste, dominateur, faussement serviteur. Sa langue de vipère me fascina et me fascine toujours. J’ai accepté sa proposition parce que je me sentais unique, avantagé d’avoir la permission d’être à ses côtés. Sa capacité à obtenir tout ce qu’il souhaitait me fait toujours trembler d’excitation. Il est le Mal. Et, sans même à avoir à me toucher, le Mal me corrompt. Je sais qu’il m’utilise, comme il utilise beaucoup d’autres personnes. Son indépendance a quelque chose de subtile, de plus discret que ce que l’on aperçoit normalement.

Je l’ai vu se débarrasser du Pharaon sans aucun état d’âme, simplement parce qu’il le considérait inapte à le servir. C’est moi qui lui avais ouvert les portes, j’en tremble encore aujourd’hui. Je l’envie, j’aimerais avoir autant d’assurance, autant d’ambition et autant de contrôle sur moi-même. Mais maintenant, je sais que ma vie s’approche de la fin. Il a exaucé tous mes souhaits. Il a tué quatorze des fils du Pharaon. Je sais ce que cela signifie, le quinzième Prince avait un désir plus grand que le mien. Mon seul regret sera de ne pas avoir pu obtenir cet homme. Je ne l’ai jamais intéressé, jamais attiré… Je ne l’ai jamais vraiment compris…

Achaoutakh, prêtre de Sokar, Égypte.


Aime :

Extrait d’un journal.


… Haha ! Quelle bonne blague ! Aujourd’hui, ce stupide manant a osé, me demander à moi, ce que mon chat pouvait bien aimer. Qu’est-ce que vous voulez que mon familier aime ? Moi ! Le Mal pardi ! Les pelotes de laine aussi. Hum, plus sérieusement, cette bête est si difficile à cerner que je ne sais pas s’il aime quelque chose. Il agit comme bon lui semble, quand il en a envie. J’ai l’impression qu’il peut se satisfaire de beaucoup et en même temps de rien du tout. Alors dis-moi, petit chat, qu’aimes-tu ? Ah, je me souviens d’un truc pour attirer son attention, il suffit de lui raconter des histoires, des intrigues intéressantes. S’il était un homme, je parie qu’il serait la cause de beaucoup d’entres-elles. Bon et maintenant, petit chat, tu vas m’enseigner ce nouveau sortilège comme promis ou alors je te jure que je t’arracherai les yeux ! Oh ! Je devrais faire ça à l’autre idiot, il a osé critiquer le chat après tout, c’est comme s’il me critiquait moi. […]Allez, courage, il me reste seulement à aller lui dire tout ça en face demain. Je réussirai cette fois !

Markus, torturé, pendu, noyé, brûlé, Germanie.


Aime pas :

Extrait d’une lettre récente.


… Je comprends votre version des faits mais ne trouvez-vous pas cela étrange ? J’ai bien analysé vos traductions mais cela voudrait dire qu’un seul être aurait vécu plus d’une centaine de vies, voir des milliers, sans même vieillir ? À sa place, je n’apprécierais pas vos actes et vos insinuations, pas plus que je n’aimerais que vous fouiniez avec autant d’ardeur dans mes affaires. Selon le dernier document que vous m’avez envoyé, cet homme, que vous nommez Ernesto, détesterait Venise au point de vouloir la détruire. Je pense cependant que cela est exagéré et que vous devriez plutôt vous concentrer sur l’hypothèse qu’il pourrait éprouver de la haine pour l’actuel Prince de la ville. Je suppose que son existence est une gêne pour lui ou qu’il juge ses capacités inaptes comme pour ce Pharaon ? Vous devriez aussi vous renseigner sur ce Duc qui pourrait être derrière tout ça. Honnêtement, je ne pense pas que l’on puisse dire qu’il n’aime pas Venise. Mais il en est très clairement l’ennemi.

Je me dois aussi de vous proposer de revoir votre version de ce qu’il aime ou n’aime pas : a-t-il vraiment la même vision que vous cher Pape ? N’est-il pas simplement en train de jouer, à grande échelle, dans les larmes et le sang ? Je sais qu’il déteste quelque chose avec suffisamment de force pour continuer à le faire, siècle après siècle. Mais, ne serait-ce pas vous ?

Arabella Parietti, portée disparue, Venise.


Tics ou petites manies : "Vivre. C’est une manie plutôt agréable. N’est-ce pas, petite souris ?"
Secrets qu'il dissimule : "Et dire que tu as fuit avant mon arrivé, Arabella. Voyons où tu en étais. Mes secrets ? Humph. Tout. Mes objectifs, mes ambitions, mon passé, moi-même. Le fait que je sois le conseiller du Duc de Borgia. Trop de choses. Rassure toi, Arabella, je vais envoyer ta lettre pour toi."

Paroles d’Ernesto, en train de jouer au chat et à la souris avec sa proie, Venise.




~o~ Histoire ~o~


Archives secrètes du Vatican.


Première page.
Je suis l’Archevêque et historien Uberto. Je suis un fidèle serviteur de Dieu mais tout ceci me dépasse largement. Le Pape m’a soudainement entraîné dans cette pièce pour m’y enfermer en me demandant de retrouver et de compiler toutes les informations relatives à La Bête. Et après, il est simplement parti, m’abandonnant dans cette pièce qui pue la Mort. Et d’abord, qu’est-ce que La Bête ? Comment dois-je écrire un livre sur quelque chose qui m’est totalement inconnu ?

Troisième page.
La première apparition de cet être étrange, qui sera connu plus tard sous le nom de Chat du Diable, se situe en Égypte durant le règne d’Akhénaton. Un papyrus fait référence à une rencontre royale entre Néfertiti et La Bête. Cette reine a été charmée par un homme qui prétendit être un envoyé divin. C’était très certainement un stratagème pour accéder à cette personne importante. Je pense que leur relation fut strictement politique et religieuse. Cette phase de vie de La Bête semble être tout ce qu’il y a des plus agréables. Il n’est fait référence, à aucun moment, de ses défauts innombrables, pas plus que de son côté démoniaque. Ma théorie est donc que La Bête n’était pas encore devenue incontrôlable ou qu’il dissimulait déjà avec brio sa véritable personnalité.

Cinquième page.
Près d’un millénaire après le règne d’Akthénaton, un prêtre d’une divinité païenne relate la présence du Chat du Diable à ses côtés. Durant mes recherches, je me suis surpris à me perdre dans la lecture d’un texte parlant des Lycans. En comparant ce texte avec la seconde apparition connue de La Bête en Égypte, j’en suis venu à une théorie. L’arrivée des démons-loups auraient fortement perturbé la vie de La Bête, mais pas au point de l’arrêter. Au contraire, ce serait le déclencheur de plusieurs des guerres, conspirations et autres massacres qui eurent lieu à l’époque. Il semblerait qu’il ait mis sur le trône un très jeune prince et qu’il l’incita ensuite à combattre l’envahisseur. Néanmoins, il ne déclara jamais à haute voix que ces êtres n’étaient pas des hommes et le jeune Pharaon massacra bon nombre d’innocents.

Il semblerait donc que La Bête ait combattu, avec acharnement, les Lycans. Il apparait aussi qu’il aurait refusé l’offre des démons, jugeant leur aide grossière et superflue. Proposer à un dominant de se soumettre, de devenir inférieur, de laisser faire les autres pour un problème de ce genre a probablement incité La Bête à devenir plus virulente.

Dixième page.
Que Dieu ait pitié de mon âme. Il y a des centaines de textes parlant de La Bête ! Mais il y en a si peu avec de réelles informations. J’ai le fort sentiment que tout ceci ne m’apportera rien de bon. Le Pape n’est toujours pas revenu, m’a-t-il vraiment oublié ? Il semblerait que La Bête soit restée en Égypte durant très longtemps avant de remonter vers le Nord. Il ne laisse vraiment que très peu de traces, c’est très difficile de savoir si les informations que je possède lui sont toutes liées. Je suis persuadé qu’il n’a pas eu d’enfant. Et je commence à croire qu’il souffrirait d’une malédiction l’empêchant de vieillir. Pourquoi serait-il encore en vie sinon ? Quand cela se serait-il produit ? Pourquoi ? Je ne le sais et je doute qu’il accepte d’en parler. Cela m’apparait comme un énorme tabou. Mais n’ayez crainte ! Je sais que son immortalité n’est liée qu’au vieillissement, nous pouvons mettre fin à sa vie. Mais, honnêtement, je m’inquiète plutôt pour la mienne…

Vingtième page.
Espagne, Angleterre, Germanie, Chine, France, Inde… Je ne sais plus où donner de la tête. Serait-il vraiment la cause de cette croyance concernant les chats noirs ? Je sais qu’il est impossible que cela soit le cas, mais ses activités blasphématoires sont trop élevées pour que nous n’agissions pas. Il est difficile de tout classer en ordre chronologique. Il a aidé, manipulé, assassiné, conduit à la mort directement et indirectement un nombre incalculable de gens. Il s’est fait passer pour le Chat du Diable auprès de sorciers et sorcières un peu partout dans le monde. La Bête est dangereuse. Ne l’approchez pas ! Je ne veux plus faire ces recherches, je ne veux plus écrire, faites moi sortir d’ici !

Dernière page.
J’ai du mal à me concentrer, j’ai la tête qui tourne, j’ai l’esprit embrouillé… Mais je me dois d’écrire cela. Je me dois de terminer ma sainte mission.

La Bête est à Venise depuis plusieurs années. Si près de nous… Il s’est présenté à un enfant de la famille Borgia et nos avertissements ne se sont jamais rendus. Au contraire, les cadavres ont augmentés. Il semblerait qu’il soit resté aux côtés de l’héritier de la famille en se faisant passer pour un chat, bien que je présume que cette famille connaissait sa véritable nature pour le laisser avec leur fils. Les informations les concernant sont très difficiles à avoir, comme si la famille elle-même nous résistait. D’ailleurs, nous avons reçu un avertissement dès que leur fils est devenu l’actuel Duc de Borgia. Ils ne veulent pas que nous nous mêlions de leurs affaires. Non… Ne me dites pas que je suis ici à cause de…

Livre entre les mains d’un cadavre, Vatican.





~o~ Petits Plus ~o~


Votre présence sera : Régulière mais tout dépend de l’inspiration, non ?
Que pensez-vous du forum ? Nyaaa
Autres forums fréquentés ? Le numéro que vous avez composé n’est plus en service.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Ernesto Seghi   Mar 17 Aoû - 19:24

Excellent ! Non vraiment, je n'ai jamais lu une fiche aussi originale ^^
Et j'ai adoré la lire !!

Evidemment, tu es validé avec les honneurs ! Bienvenu sur Venise, et bon jeu à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Ernesto Seghi   Dim 22 Aoû - 11:10

Je pense exactement la même chose que ma collègue.
Merveilleuse fiche... C'est un minou bien important que nous avons là ! Bien joué pour avoir lié tout ce bazar ^^
Amuse toi bien à Venise !

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ernesto Seghi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ernesto Seghi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venise la Magnifique :: Avant le Jeu :: Presentation :: Stregatos-