Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une existence dans les chaînes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Une existence dans les chaînes...   Mar 9 Fév - 17:54

Résumé des épisodes précédents :

--> Valérian et Lukas vivent depuis leur plus jeune âge dans leur geôle, des fers aux chevilles, et avec leur geôlier, le démon Quasimodo.

--> Rencontre musclée avec le prince Botelli, curieux de constater par lui-même l’existence de ces prisonniers particuliers.

--> Arrivée de Florian Vitto, jeune démon envoyé là pour remplacer Quasimodo par le prince Botelli. Il fait connaissance avec les deux lycans, et si Lukas se méfie de lui, Valérian reconnaît en lui un allié possible.

--> Dans un excès d’orgueil, Botelli fait amener Valérian dans ses appartements et le viole.

--> Retour de Valérian dans les geôles. Début de l’attaque des lycans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 9 Fév - 18:17

Tout s’embrouillait, mais pour la première fois de sa vie, Valérian sentait l’espoir revenir progressivement en lui.

On ne les avait pas oublié. Quelque part, à l’extérieur de ces geôles puantes et sinistres, une âme pensait à eux, n’avait pas oublié leur existence et s’était juré de les sortir de cet enfer. C’était presque trop beau pour être vrai…
D’ailleurs, le lycan secoua plusieurs fois la tête, les yeux écarquillés sur un rêve impossible qui se matérialisait enfin après toutes ces années.

Florian n’avait pas seulement un soutien durant ces quelques jours atroces… Il avait été le signe annonciateur de leur libération. Et Valérian n’aurait pu rêver mieux.

Malgré la douleur qui hantait son corps telle une amie fidèle depuis quelques jours, il se releva et attrapa la main de son frère en tremblant légèrement, son visage reflétant sa surprise et son incrédulité alors que le message de Florian faisait peu à peu son chemin dans leurs esprits.

« Tu entends ça petit frère ? Ils ne nous ont pas oublié ? »


Depuis tout ce temps… Cela relevait presque du miracle. Ses doigts serrèrent un peu plus fort ceux de son frère, et pour la première fois depuis longtemps, il lui sourit franchement, sans cette ombre de tristesse qui assombrissait régulièrement ses traits.

« Ils vont venir nous chercher… Nous allons sortir d’ici… »


Valérian se raccrochait à cet espoir comme un oiseau à sa branche. A vrai dire, après toutes ces années, c’était presque utopiste de croire qu’une poignée de lycans réussirait à pénétrer cette forteresse démoniaque pour venir les sortir d’ici, mais ils n’avaient plus que cela lui et son frère.

Il faillit prendre Lukas dans ses bras, mais il eut un sursaut étrange au dernier moment et se retint, gardant ses distances avec un petit sourire contrit. La peur affluait par vagues et repartait aussi sec, comme un fantôme tenant absolument à le hanter dans les moments les plus inopportuns.

Se tournant enfin vers Florian, il lui demanda alors, comme pour dissiper son angoisse :

« Quand crois-tu qu’ils seront là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Elviro
Fils cadet du Prince des Lycans
Fils cadet du Prince des Lycans
avatar

Messages : 197


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 9 Fév - 19:16

Les paroles de Florian semblaient résonner dans la tête de Lukas alors que ses oreilles se mettaient à bourdonner et il perdit la notion de tout ce qui l’entourait. Tout ce qu’il avait à l’esprit, c’était ces mots qui étaient d’une importance presque capitale.

Libres… ils seraient libres… libres…

Il n’arrivait pas à le croire… non en fait, il ne le croyait pas parce que c’était tout bonnement… impossible.
Jamais ses rêves les plus fous ne s’étaient réalisés, alors pourquoi est-ce que ça changerait pour celui-là ? Et pourtant, dieu seul savait que s’il y avait bien une chose à laquelle Lukas voulait croire plus que tout au monde, c’était bien que son frère et lui sortent un jour de ses geôles.

Ce fut la main de son frère prenant la sienne, puis sa voix qui dissipa le brouillard dans sa tête, et Lukas revint sur terre.
Il baissa les yeux vers Valérian qui s’était redressé et dont le visage arborait la même incrédulité que la sienne. Puis alors, un vrai sourire apparut sur les lèvres de son ainé. Un sourire que Lukas n’avait plus revu depuis très longtemps et en le voyant, son cœur se serra. Et il se serra encore plus quand son frère dit à voix haute ses espoirs. Ils allaient sortir d’ici… Valérian voulait croire qu'ils sortiraient...

Pourtant bizarrement, une partie de lui ne partageait pas l'espoir de son frère. Il avait toujours été de nature méfiant quand il ne s’agissait pas de son frère, et là, cette nouvelle, il devait avouer qu’elle était plus que troublante… pourquoi est-ce que les lycans agiraient-ils maintenant ? Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Pourquoi est-ce qu’ils se souvenaient d’eux maintenant ? Et d’ailleurs, pouvaient-ils vraiment se souvenir d’eux alors que ça faisait si longtemps, presque toute leur vie, qu’ils étaient là ? Tellement de question qui le rendait incertain et auxquelles il ne pouvait pas répondre.

Lukas ouvrit la bouche pour parler, mais aucuns mots ne sortaient. Il aurait voulu lui dire qu’il ne fallait pas qu’il s’emballe, que cette information était peut-être erroné et qu’espérait en vain ne leur ferait plus de mal que de bien. Mais en voyant le visage de Valérian, le jeune lycan n’eut pas le cœur à lui dire ça.

Alors à la place, il se contenta tant bien que mal de lui rendre son sourire et d’acquiescer de la tête, parce qu'il savait que s'il tentait de parler, son frère verrait qu'il n'y croirait pas et ça le forcerait peut-être lui aussi à voir les choses d'un angle plus noir. Non, après les sombres moments que Valérian avait traversés, il n’avait pas le droit de lui ôter cet infime espoir. Espoir qui semblait redonner des forces à son frère et qui semblait lui faire oublier son traumatisme.
Enfin presque, parce que quand Valérian amorça un mouvement pour le serrer contre lui, il se retint au dernier moment. Si cela fit mal à Lukas, il ne lui en tint pas rigueur, il comprenait parfaitement… enfin non, il ne comprenait vraiment rien à ce qui se passait avec son frère, mais il avait comprit qu’il ne voulait plus être touché par quiconque et que c’était encore et toujours à cause du Prince Botelli. Voulant montrer à Valérian qu’il ne lui tenait pas rigueur pour son blocage, il lui fit un sourire apaisant et serra un peu plus fort sa main en compensation de l’étreinte.

« - Ce n’est rien. » Lui souffla-t-il presque inaudiblement, mais l’oreille exercée du loup l’avait bien entendu, il en était certain.

Valérian finit par se tourner vers Florian pour en savoir plus, et Lukas fit de même. Il plissa brièvement les yeux, peut-être que le démon se jouait d’eux en leur affirmant ça… mais Lukas secoua la tête pour chasser cette pensée. Non ! Florian était leur ami, il ne ferait pas une chose aussi cruelle… pas après avoir démontré autant de gentille et de compassion à leur égard… il ne ferait pas ça à Valérian. Il devait croire en lui, tout comme il l’avait fait quand il avait soigné son frère.

Mais alors, si Florian ne mentait pas, peut-être que tout ça était vrai… peut-être qu’il y avait bien des lycans quelques parts qui ne tarderaient pas à venir les libérer de leurs chaines… son cœur se mit à battre fortement dans sa poitrine alors que l'espoir apparaissait enfin en lui et ses yeux ambrés observèrent fixement Florian, attendant sa réponse.

« - S'il vous plait, faites qu'il dise qu'ils arriveront très bientôt. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 9 Fév - 19:57

Le croyez vous ? Lui devenu un geôlier !! en soit la chose était déjà très comique, mais si on le voyait faire amitié avec ses deux prisonniers lycans, il était bon pour une exécution sur la place publique, d'autant plus que le démon ferait tout en son pouvoir pour les libérer. Décidément, il était vraiment incorrigible, mais il voulait tant agir, ne plus ressembler au lâche qu'il était jadis, cet ancien démon omnibulé comme tant d'autres par le meurtre de ces soit disant monstre lycanthrope.

Il savait que la nouvelle allait agir comme le meilleur médicament chez l'aîné des frères et il eut raison. Un regain de vitalité transparu dans ses traits et sûrement s'il ne se trouvait pas sur place et qu'il n'aurait pas été blessé, sa joie aurait été encore plus démonstrative. Pour une fois il était le précurseur de bonne nouvelle et issu de source sur et le sourire qui illumina le visage des lycans fut comme un baume sur son coeur. Il se faisait d'ailleurs lui-même une joie de les libérer... libérer des princes...

Encore une nouvelle information qu'il venait aussi de mettre à jour. Jamais il ne ce serait douté qu'il existait un tel système chez les lycans...et encore moins qu'il allait les rencontrer de chair et d'os devant lui. Il se trouvait bien benêt d'avoir agit de la sorte à leur égard, quoique son attitude avait été des plus honnête, mais qu'attendez vous ? L’éducation protocolaire dans laquelle il a vécu sa jeunesse ne meurt pas si vite. Même si ce n'était pas son désir, il essaya de s'imposer des barrières, adoptant un dialecte plus formel et respectueux. Pourtant, n'était pas dans un sens une sorte d'ami ?
En pensant à ça, il se mit à rire nerveusement, sa main passant dans ses cheveux.

* Non mais tu as déjà vu des prisonniers devenir ami avec leurs geôliers ? Tu perds la tête mon pauvre Florian, il faut te ressaisir et arrêter de vivre dans ton monde *

D'ailleurs il sortit lui même de ses songes sous la question de Valérian. Quand allez t'il venir ?? En voila une très bonne question. Il ne saurait exactement le dire. Le temps semblait passer si différemment dans les geôles qu'il était dur d'estimer sa durée. La nuit, mais il faisait si sombre ici, les torches étaient constamment allumé, que l'ombre de la nuit semblait sans fin. Il sembla repartir dans ses songes durant quelques instant puis prit la parole.

" Très bientôt pour sûr. Normalement à la prochaine lune une attaque devrait être menée, mais dans les geôles, je ne saurais dire combien de temps il s'est passé depuis."

Toujours ce vouvoiement qui s'était immiscé dans son langage, mais le démon ne savait plus trop comment s'y prendre désormais. Il se sentait comme prit à son propre piège, les regards des deux princes lycans ne le lâchant plus, semblant le sonder. Il sentait une certaine angoisse mélangeait à de l’espoir remplir la pièce. Bizarrement il aurait du se réjouir tout autant qu’eux, mais cette atmosphère semblait l’étouffer tout autant. Pour s'extirper de la gêne naissante qui commençait à prendre part dans son corps, il préféra s'abandonner dans un domaine qu'il maîtrisait beaucoup plus.
Comme à son habitude le démon se mit à fouiller dans sa sacoche qui ne le quittait jamais et sortit plusieurs outils de forme allongés et un flacon d'acide, un léger sourire aux lèvres.

" En attendant leur venu, il serez déjà bon de vous libérez de vos chaînes." dit-il en désignant les outils à ses pieds.

Il savait qu’il avait dit auparavant que le mécanisme était très complexe, mais entre temps notre croqueur de livres et scientifique avait bien appris ses leçons. D’ailleurs son expédition extérieure lui avait permis non seulement d’apporter de bonnes nouvelles, mais de ramener son équipement pour la bataille qui allait bientôt faire rage. Il savait au fond de lui que cette libération allait s’accompagner d’une toute autre atmosphère dans peu de temps.
Sa vie…en serait modifiée à jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 9 Fév - 20:22

Il perçut nettement la petite voix de son frère, même s’il murmurait, et lui adressa un petit sourire contrit où se mêlait un attendrissement certain à une honte nouvelle. Il aurait aimé rassurer son petit frère, le prendre dans ses bras comme autrefois et jouer au grand frère protecteur qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être. Après tout, il avait toujours été le seul repère de Lukas en ce monde étrange où l’on enfermait les enfants à vie dans des geôles infâmes pour les y oublier et attendre leur mort. Il avait été la seule âme humaine à être toujours à ses côtés en chaque instant de cette vie sinistre.
Alors aujourd’hui, il se sentait vraiment mal de ne plus incarner ce modèle… Honteux d’être devenu un poids pour son petit frère, un sujet d’inquiétude et d’angoisse alors qu’il voulait être l’inverse justement. Plus rien n’allait, plus rien n’avait de sens…

Si ce n’était cette nouvelle étonnante et vivifiante après toutes ces années d’oubli. Certes, il y avait d’excellentes raisons de se poser des questions sur ce changement soudain, de douter de la vraisemblance d’une telle action après tant de temps… Ils étaient enfermés ici depuis tellement longtemps. Pourquoi personne n’avait agi avant ? Les lycans avaient-ils donc eut tellement de mal à se rassembler sous la bannière d’un seul pour leur porter secours ? Ou étaient-ils devenus trop lâches pour affronter les démons, avant d’en prendre soudainement conscience ?
Il y avait une grande part d’irréalité là-dedans, mais pour la première fois de sa vie, Valérian n’avait plus envie de jouer les soupçonneux ou les oiseaux de mauvais augure. Il avait connu l’enfer ces derniers jours et il était persuadé que s’il ne s’accrochait pas à ce dernier espoir, de toutes ses forces, il finirait par sombrer. Il finirait par devenir fou s’il conservait toute cette souffrance en lui sans avoir de bouée de secours…

La voix de Florian le sortit de ses sombres pensées et il eut un petit sourire en entendant ces bonnes nouvelles. Non, ils ne rêvaient pas, ces lycans viendraient bien… Ils avaient même planifié une attaque dans les règles. Désormais, ils étaient leur dernier espoir car si cette attaque échouait, il y avait fort à parier que plus personne ne tenterait jamais plus quoi que ce soit contre Botelli.
Sa simple évocation le fit frissonner et il se recroquevilla un peu plus sur lui-même, avant de relever un regard perplexe vers Florian qui semblait soudain s’être mis en tête de les libérer de leurs chaînes.

« Attends… Pourquoi ferais-tu cela ? Tu es vraiment quelqu’un de bien Florian, le premier à t’être conduit correctement avec nous je dois l’admettre, mais ne va pas trop loin. Si tu fais cela, les tiens ne te le pardonneront jamais et tu risques gros. Je ne veux pas que tu fiches ta vie en l’air à cause de nous Florian, tu en as déjà suffisamment fait. S’il te plaît, ne prend pas cela comme un reproche… »

Après tout, il n’avait aucun droit de demander cela à Florian, d’exiger qu’il choisisse un camp alors qu’il ne pouvait décemment pas tourner le dos aux siens de cette manière-là. On ne mettrait pas longtemps à se douter de l’identité de ceux qui les aurait aidé dans leur fuite, et Valérian se refusait à laisser leur geôlier courir ce risque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Elviro
Fils cadet du Prince des Lycans
Fils cadet du Prince des Lycans
avatar

Messages : 197


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mer 10 Fév - 0:05

Avide d’en savoir plus, Lukas ouvrit toute grande ses oreilles pour ne rater aucun des mots que prononcerait Florian. Maintenant qu’il était à peu près certain que ce que leur racontait le démon n’était pas une farce de mauvais augure, il voulait en savoir le maximum sur ce qui se passerait bientôt.

Mais les paroles de Florian le désarçonnèrent et malgré lui, il ne put s’empêcher de pousser un petit gémissement plaintif, bien qu’il tenta de toutes ses forces de le retenir. Il fallait qu’il se montre un tant soit peu fort et pas un jeune loup immature…… qu’il était encore. Mais, ce que venait de dire le démon… la prochaine lune… il y en avait eu une il n’y a pas très longtemps, et de ça Lukas en était convaincu, il en avait ressenti les effets comme à chaque lune, ce qui voulait dire qu’ils devraient encore attendre. Il n’avait pas vraiment la notion du temps ici, donc il ne pouvait pas vraiment savoir combien de temps s’était écoulé depuis la lune et combien de temps il restait jusqu’à la prochaine… quelques semaines tout au plus, au pire.

Le bon côté des choses, c’est que ça laissait le temps à Valérian de guérir et se reposer. Et puis, lors de l’attaque, ils seraient au maximum de leur force avec l’influence de la lune, et ça, ce ne pouvait être qu’une bonne chose pour eux, parce que des forces, ils en auraient vraiment besoin.

« - On peut dire que c’est de bonnes nouvelles ça. » Fit Lukas d’un ton léger en adressant, enfin, un sourire d’espérance à son frère.

Eh, il en avait mit du temps, mais maintenant il y croyait à fond.

Cependant son sourire s’évanouit légèrement quand il vit Valérian frissonner et se recroqueviller sur lui-même. Lukas sentit le désappointement l’envahir, il voulait vraiment aider son frère, mais franchement il ne savait pas comment. Sa simple présence semblait l’aider un peu… serait-ce suffisant au fil du temps ?

Il releva la tête vers Florian quand il le vit fouiller dans sa sacoche et le jeune loup se redressa un peu plus avec curiosité, se demandant ce que le démon cherchait. Sa curiosité augmenta d’un cran quand il en sortit des objets de formes allongés et un flacon… et sa curiosité, laissa place à de la perplexité. Qu’est-ce qu’il comptait faire avec ces choses ?

Il eut très rapidement la réponse à cette question. Il comptait leur enlever les chaines, et en entendant ça, Lukas bondit presque de joie et se redressa en un bond, un sourire étirant ses lèvres. Il aurait été sous sa forme animale, nul doute qu’il se serait mit à secouer la queue dans tous les sens comme un chiot surexcité.

D’accord, leur évasion n’était pas pour tout de suite, mais leur enlever ces chaines qui les retenaient prisonnier dans leur propre cage, ça voulait quand même dire énormément pour lui. Ce serait une mini liberté de mouvement, et cela suffisait à faire son bonheur du moment.

Cependant, les paroles de Valérian atténuèrent sa joie, et le refroidit même. C’est vrai, Florian prenait un très gros risque en faisant ça, et ce n’était pas une chose que son frère souhaitait pour le démon.

Au fond de lui, Lukas ressentit une toute pointe de jalousie en voyant que Valérian se souciait du bien-être de Florian et se tendit légèrement. Ça lui faisait bizarre. Avant l’arrivé du démon, c’était lui seul qui était son centre d’intérêt, et bien qu’au fil du temps il avait lui-même commencé à apprécié un peu le démon et à l'acceptait… ça ne l’empêchait d’avoir un tout petit peu de mal à partager son frère.
Mais il supposait qu’il avait rapidement intérêt à s’y habituer, car une fois qu’ils seraient sortis d’ici, leur petite bulle où ils n’étaient que tous les deux éclaterait, et Valérian aurait à se soucier de beaucoup d’autres choses en plus de lui…

Un frisson de peur lui traversa l’échine en imaginant toute une masse d’inconnu autour de lui, dans un endroit inconnu et sans son frère près de lui… mais il se reprit aussitôt, ce n’était pas le moment de penser à ça ! Et puis, jamais Valérian ne l’abandonnerait, même une fois qu’ils seraient libres, et ça, il en était intimement convaincu.

« - Et quand bien même se serait un reproche. » Intervint alors Lukas avant que Florian n’ait le temps de riposter, reprenant inconsciemment les intonations défiantes qu’il avait utilisé les premières fois quand il avait rencontré le démon, bien qu’à présent, ça sonnait un peu faux. « - Ne vous mêlez pas de ça. »

Bon d’accord, il avait été un peu plus dur que ce qu’il avait prévu. Ce n’était pas vraiment ainsi qu’il avait voulu s’exprimer. Son expression s’adoucit et il fit un sourire penaud au démon.

« - Regardez-nous, nous n’avons rien à perdre, rien ne pourrait être pire que ce qu’on vit aujourd’hui. Mais vous, vous avez beaucoup à perdre, alors il vaut mieux que vous soyez loin de nous et hors de tout soupçon quand l’attaque se produira. » Dit-il avant de croiser les bras sur sa poitrine. « - Enfin pas que je me soucie de votre devenir… enfin un peu….» Fit-il avec mauvaise foie. « -Mais avoir votre chute sur la conscience en plus de tout le reste, ça va être trop. » Fit-il en lançant un petit coup d’œil en direction de son frère.

Si jamais il arrivait malheur au démon, il va sans dire que le plus touché des deux, ça serait Valérian. Il avait l’air inexplicablement attaché à Florian, et Lukas savait qu’il ne se pardonnerait jamais si le démon devait être accusé et blâmé pour les avoir aidé, et dans l'état actuel où il était, ses réactions pourraient être disproportionnées...

« - Je vous remercie sincèrement pour tout ce que vous avez fait pour nous. » Continua Lukas. « - Mais il temps maintenant que l’on se débrouille tout seul. » Il désigna les outils que Florian venait de sortir. « - Peut-être qu’on pourra utiliser ça sans votre aide, quand le moment viendra. Ça ne doit pas être bien… compliqué. » Termina-t-il avec une voix aux intonations presque désespéré.

Il n’avait jamais manié d’outils de sa vie, Valérian non plus, et il ignorait tout du contenu du petit flacon et de son utilité… s’ils devaient se débrouiller à deux avec ça, ils étaient foutus.

Resté plus qu’à espérer que leurs sauveurs aient une bonne scie avec eux quand ils viendront.

A moins que... il jeta un coup d'oeil à Florian mais secoua légèrement la tête. Non ! Valérian ne voulait pas qu'on l'implique pour son bien-être, alors il ferait comme son frère veut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mer 10 Fév - 1:29

Le démon nota le léger gémissement du plus jeune des frères, mais comment l'interpréter. Il ne connaissait pas spécialement les pouvoirs de ces êtres à part. Il avait bien lu quelque part que la pleine lune avait une incidence sur leur façon d'agir, mais ce paragraphe était entre autant d'autres qui étaient aussi iniques et impropres, que l'information était passée aux oubliettes. Il le verrait bien tôt ou tard, et ne voulait pas s'immiscer dans les pensées d'autrui il ne préféra pas être inquisiteur, pourtant dieu sait que le jeune démon peut être très curieux. L'endroit était mal choisi de toute façon. Peut être qu'un jour en dehors de ces barreaux il pourrait...enfin si il ne finissait pas par être oublié dès la sortie du palais.

Il était résolu à agir, mais apparemment les choses et sa volonté ne fut pas interprétée de la même manière par les deux lycans. Il ne sut pas trop comment accueillir les dires des loups, mais pendant un instant sa résolution ne fut que d'autant plus forte.
C'est que les deux lycans ne connaissaient pas Florian et quand il voulait faire quelque chose il le faisait, quand bien même on lui refusait. Il écouta les dires des deux princes et un léger sourire étira ses lèvres un instant.
Le ton de reproche ne fut qu'une légère brise pour le démon, et c'est plutôt le ton de sollicitude à son égard qui le toucha. Les deux jeunes princes semblaient inquiets à son sujet, de ce qu'il pourrait devenir s'il agissait contre les lois tissaient par ses paires.

Durant un instant, il oublia les geôles et le monde obscur qui l'entoura. Il savait bien que ce que cela impliquait, le danger auquel il s'exposait. Il n'était pas dupe...cependant le jour où il mit les pieds dans les geôles ou il renia la politique des démons, son sort fut scellé, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Un léger voile mélancolique traversa son regard et machinalement sa main se perdit dans sa chevelure.
Pouvait-il le faire faillir de sa décision ? Non il ne voulait pas. Il haïssait les injustices, alors comment pourrait-il accepter celle-ci. Finalement il fit résonnait dans la cellule son avis, sa décision, ses pensées.

" Les miens m'ont déjà rejeté..."

Ces simples mots, lourds pour le démon tomba comme un couperet et emplit la pièce, libérant Florian comme d'un poids.
Il ne comptait pas déballer sa vie, non ...pas pour le moment et puis dans quel but. Sauf si on lui posait des questions, ils satisfera la curiosités, mais pas de son propre plein grès. De toute façon, qu'il participe ou non, il était condamné dans un sens et même sans cela il aurait agit de la sorte.

" Je sais ce qui m'attend si je prends part à votre libération. C'est la haute trahison et l'exécution par les miens...j'ai conscience de cet état de fait, mais je ne pourrais me pardonner si je ne fais rien. "

Son ton était calme et son regard sur de lui. Sa voix ce voulait inébranlable. Il toucha du bout des doigts les outils devant lui, souriant intérieurement sous la naïveté de Lukas. Comment y arriver seul ? Déchiffrer un savoir démoniaque qui mit tant de temps à s'élaborer, sans connaitre ne serait-ce que le principe de base. Non... Impossible...car il lui manquait en plus l'élément clé, mais ça comment le jeune loup ne pourrait le deviner.

" Ma décision est prise, même si je dois aller à l'encontre de votre volonté, je le ferais. Il ne faut pas s'inquiéter pour un démon" dit-il en souriant.

L'affaire était close aux yeux du démon et il ne changerait pas de cap.

" Et puis non pas que je doute de votre savoir, mais à moins de passer une éternité sur ce mécanisme, je ne pense pas que vous pourrez l'ouvrir. Contrairement à son apparence banal, ce mécanisme est l'un des plus sophistiqué qu'il soit. Seul la clé d'origine peut le défaire sans mal, mais une bonne connaissance peut y venir à bout avec beaucoup de patience, d'énergie, et j'ai apporté quelques outils qui pourrait s'avérer utile.
De plus mêmes les vôtres ne pourront le défaire ou alors ils devraient chercher la clé, mais celle-ci est trop bien gardé"


C'est que le démon savait de quoi il parlait. Il avait fait sa petite enquête dans le palais, enfin discrètement. La clé était la possession personnelle du prince Méfisto lui même. Allez le combattre était de la folie pure, du moins inenvisageable dans l'état actuel de la chose.

"il vous faut un élement clé..du sang...du sang de démon pur pour vous libérer de vos chaînes" dit-il avec gravité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 16 Fév - 17:40

Il y avait un monde entre son inquiétude pour Florian et sa demande qu'il reste en arrière, et le ton un peu agressif et brutal qu'adopta Lukas. Valérian esquissa un petit sourire en le regardant renchérir sur sa proposition, et demander à Florian de ne pas intervenir.
Son petit frère grandissait et il commençait à montrer les crocs. Il était loin, le petit louveteau apeuré et craintif qui avait atterri dans cette geôle avec comme seul allié et protecteur un grand frère tout aussi effrayé. Désormais, le louveteau avait compris qu'il avait des crocs et pouvait s'en servir. Et ses tentatives, insuffisamment consistantes pour intimider un lycan adulte, était assez amusantes à voir et aurait suffit à éloigner Florian de leur cage.
Lukas avait de l'arrogance, cet orgueil qui collait à la peau des Elviro... On aurait presque dit son père, et le coeur de Valérian se gonfla de fierté. S'il y avait quelque chose de bon à tirer de cette sordide expérience, c'était que les épreuves n'avaient pas totalement abattu son frère. Et c'était déjà énorme.
Lui-même n'avait pas eu cette chance. Il doutait de sortir indemne d'ici. Il y avait encore quelques semaines, il aurait été capable d'être aussi agressif et arrogant que Lukas. Mais une partie de lui, une partie de ses rêves et de ses espoirs étaient morts quand Mefisto Botelli avait posé ses doigts sur lui.

Un petit soupir las lui échappa et son regard se posa sur les outils que Florian avait sorti... Lukas prétendait pouvoir s'en servir, ce dont Valérian doutait. Lui-même ignorait totalement comment se débarrasser de leurs chaînes. Des années à l'épreuve des griffes, des crocs et des torsions ne les avaient même pas abîmés, alors il doutait d'arriver à mieux avec ces quelques outils. Il aurait fallu... un savoir-faire qu'il ne possédait pas. Et que personne n'avait appris à Lukas. Autrement dit, sans Florian, ils resteraient bel et bien liés à ces chaînes, mais mieux valait ne pas soulever le problème.

Entraîner Florian plus loin dans cette entreprise de libération serait de la folie pure. Valérian et Lukas avaient trop souffert d'être séparés des leurs durant toutes ces années pour qu'ils se permettent d'infliger la même punition à Florian.

" Lukas a raison, nous allons..."


Les mots du démon le coupèrent net et il releva un regard estomaqué sur Florian.
Il avait été... rejeté par les siens ? Mon dieu... Pour un lycan, il n'existait pas de pire punition que celle-ci. Etre exclus de la meute, c'était vivre en paria, se séparer d'une partie de soi pour devenir un fantôme errant. C'était pire qu'une punition en réalité. C'était une condamnation à mort, pure et simple.

" Florian..." murmura-t-il, touché par l'abattement qui semblait s'être emparé de la personne du démon.

Mon dieu, comment avait-il pu rester aveugle devant l'isolement et la solitude de Florian ? Eux qui s'en étaient nourris durant des années, comment avaient-ils fait pour ne pas le voir en la personne même de leur geôlier ? Etaienti-ils donc aussi égoïstes ?
Personne n'était venus voir Florian. Personne ne lui avait écrit et personne ne s'était intéressé à lui. D'ailleurs, c'était tout juste s'il ne s'était pas fait rossé par les démons qui étaient venus emmener Valérian il y avait quelques heures.
Etait-il donc haï à ce point par les siens ?

Perturbé, Valérian écouta à peine les explications de Florian sur le mécanisme des chaînes, apparemment compliqué. On aurait dit que Florian cherchait à masquer son désarroi derrière ces explications, comme on se cache quand on veut éviter de trop souffrir.

D'abord sonné, le lycan finit néanmoins par se reprendre, et conscient soudain de leur responsabilité dans ce qui arriverait à Florian, il finit par dire :

" Alors tu viendras avec nous. Je refuse qu'ils t'abattent parce que tu nous as aidé. Tu viendras te cacher avec nous, j'obligerai les autres à t'accepter. Tu n'es pas qu'un démon Florian... Pas pour moi en tout cas."


Tu es un ami. Un vrai. Qui d'autre se sacrifierait ainsi pour nous ?

Son regard dériva doucement sur Lukas, à la recherche d'une permission. Il savait pertinemment que le jeune lycan n'acceptait pas vraiment la présence de Florian, sans qu'il en connaisse les raisons précises, mais il savait que Lukas avait un coeur d'or et qu'il ne laisserait pas Florian à la merci des hommes de Botelli.

Et dans un sourire malicieux, il demanda à son petit frère :

" Tu m'aideras à le traîner de force d'ici s'il résiste ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Elviro
Fils cadet du Prince des Lycans
Fils cadet du Prince des Lycans
avatar

Messages : 197


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 16 Fév - 20:49

Quelques secondes après qu’il ait terminé de parler, la voix de Valérian s’éleva dans le silence de la cellule pour appuyer ses dires. Mais Lukas n’eut même pas le temps de tourner la tête vers son frère que Florian l’interrompait avant qu’il n’aille plus loin. De toute évidence, le démon était bien décidé à les aider, quoi qu’ils en disent ou qu’ils en pensent.

Lukas pencha la tête et regarda Florian avec perplexité quand ce dernier avoua que les siens l’avaient déjà rejeté. Ses yeux ambre se plissèrent alors qu’il observait scrupuleusement le démon qui leur faisait face. Qu’avait-il donc fait pour que les siens l’aient rejeté ? Peut-être une divergence d’opinion ? Si Florian était un démon près à aider des lycans, ça ne faisait pas l’ombre d’un doute qu’il devait très certainement penser différemment que ses congénères. Mais peut-être était-ce autre chose ?
La curiosité le tiraillait de plus en plus, et il n’avait pas vraiment le même tact que Valérian, si son frère n’aurait pas continué à parler, déclarant sans ambages qu’ils emmèneraient Florian avec eux, il lui aurait demandé ce qui avait poussé le rejet des siens.
Mais entendre son frère dire que Florian viendrait avec eux, détourna complètement Lukas de ses interrogations et les oublia complètement pour pousser une petite exclamation étouffée et se tourner vers son frère pour le regarder avec étonnement mais aussi avec toujours ce petit brin de jalousie qui apparaissait en lui chaque fois que Florian était impliqué dans leurs conversations.

« - A… Attend… mais Val’… »

D’accord, il appréciait bien Florian, mais de là à l’emmener avec eux ? Ils ne connaissaient rien au monde extérieur, rien des lycans qui y vivaient, ils seraient probablement pourchassés par une bande de démon en colère, ils auraient peut-être beaucoup de mal à s’en sortir une fois dehors… et Valérian voulait qu’ils emmènent Florian avec eux ?
Est-ce que son frère tenait vraiment tant que ça à ce démon pour vouloir l'accepter à ses côtés ?

Valérian lui adressa un sourire malicieux et une boutade qui malgré lui fit sourire Lukas puis il soupira et secoua la tête. C’était regrettable, mais jamais il ne pourrait aller contre la volonté de son grand frère qu’il adorait tant.

« - Ben oui bien sûr. Je l’assommerais pour toi avec plaisir si jamais il refuse de nous suivre. » Déclara-t-il avec un petit sourire et un haussement d’épaule.

Et puis, il devait également avouer que si jamais il laissait celui qui les avaient aidés depuis un moment et qui participerait à leur prochaine libération, Lukas ne pourrait plus jamais se regarder en face… et il ne pourrait jamais plus affronter le regard de son frère non plus. Abandonné ce démon qui les aidait à son triste sort, ça ne valait pas mieux que les actes du démon et de son abominable fils qui avaient fait de la vie de Valérian et de la sienne un véritable enfer. Et jamais, jamais il ne comptait devenir aussi infâme qu’eux.

Et puis de toute façon, il était intimement convaincu que d’une façon ou d’une autre, si jamais Valérian et Florian venaient à se perdre de vue après la libération… ils chercheraient l’un et l’autre à se retrouver. Il le sentait. Il y avait un lien qui se créait entre eux. Un lien bien différent que celui qui le liait à son frère. Il ne comprenait pas trop ce que c’était, et même si ça le dérangeait beaucoup, il savait qu’il n’avait pas à se mettre au milieu. Alors autant que Florian vienne avec eux, ça sera le mieux pour tout le monde.

Et si jamais il refusait… ben son frère et lui, ils ne lui laisseraient pas le choix, point final !

Enfin, pour ce que cela arrive, ils devaient déjà sortir de là, ce qui semblait déjà être un acte un peu difficile à réaliser.

C’est alors que son esprit eut un déclic sur quelque chose que Florian avait mentionné à l’instant. Lukas tourna la tête vers lui, et le regarda d’un air perplexe.

« - Mais on a pas de sang de démon sous la main pour faire ça. » Déclara-t-il.

Il fallait bien se douter qu’après toutes ces années à s’être acharné dessus, et de voir que leurs chaînes s’adaptaient aussi bien à leur forme humaine qu’animale, qu’elles n’étaient pas du tout normales. Mais de là à se douter qu’il fallait du sang de démon pour les ouvrir ?

Lukas eut le mérite de trouver ça astucieux. C’est vrai, après quel démon voudrait verser de son plein grès du sang pour les libérer ?

C’est alors qu’il réalisa quelque chose… il regarda Florian avec des yeux écarquillaient alors qu’il blêmissait légèrement et ouvrit la bouche, mais aucun mot n’en sortit.

Oh…

Non… Florian ne comptait pas faire ce qu’il pensait qu’il allait faire quand même ?

Il lui lança un regard prudent et insista : « - N’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 16 Fév - 22:36

Il est vrai que quand il avait annoncé à sa famille sa volonté de se retirer des troupes démoniaques, de ne plus obéir aux ordres du prince Botelli, c'est comme si il avait signé sa propre mort au sein de sa famille. Dans une famille démoniaque aristocratique, fidèle aux pouvoirs, un mouton noir n'avait pas sa place. Il ne regrettait pas son choix, mais voir se faire renier pour ça n'avait pas été facile. En seulement deux phrases, il s'était retrouvé seul, sans bien, sans compagnon...mais cela faisait déjà quelques années désormais, et il s'est redressé depuis. Sa famille, il n'ose plus la croiser, encore moins ses frères. La chose est faite de toute façon, à quoi bon ruminer sa vie passée.

Il ne pensait pas que ce rejet allait faire réagir les lycans de cette façon. Il ne l'avait pas dit dans un but quelconque et voila que le frère ainé, le regarde avec la plus grande tristesse. Florian ne sut plus ou se mettre et préféra parler d'un tout autre sujet. Il n'avait pas à se plaindre, sa situation était plus qu'enviable quand on voyait celle des deux lycans, et pourtant ce fut eux qui lui offrir leurs protections.
Un démon n'est pas un lycan, l'idée de meute, de solidarité n'est pas vraiment dans les mœurs de la société. Le lignage démoniaque n'est là que pour tirer profit dans la société, perpétrer la gloire et le prestige de celle-ci. L'amour entres membres de la famille est tout autre. Cet amour, cette complicité, même lorsqu'il faisait parti intégrante des siens, il n'y avait pas goûté.

Il sourit en voyant la complicité entre ces deux frères, mais c'est lui qui fut la plus abasourdi des deux quand Valérian lui fit part de son choix. L'amener avec eux ? Parmi les siens ??
Mais...mais...la chose n'est pas possible. Savait-il seulement la haine qui existait entre les deux partis. Il allait apporter la méfiance et l'incohérence à leurs égards.

" Mais vous ne pouvez pas...vous n'imaginez pas les conséquences de vos actes si vous me prenez avec... Les autres n'accepteront jamais, et vous serez à jamais discréditer parmi les vôtres... je ne désire pas une telle chose."


Sa main effleura ses mèches ébène nerveusement, sentant qu'au lieu de les aider, il devenait un poids pour ses deux protagonistes…il ne voulait pas devenir un fardeau. Jamais il ne serait comme eux, même si eux le prenaient sous leurs ailes, les autres le rejetterait également. Les êtres humains agissent comme ça non ? ou alors il était lui-même encore bien ignorant des relations humaines. Il fut cependant profondément touché par les deux lycans, et la phrase de Valérian résonna encore dans le plus profond de son cœur.
Il n'était pas seulement leur geôlier, mais autres choses à ses yeux… Il se sentit presque troublé par cette constatation. Pour un peu, il en aurait rougit, mais le fait d'être un fardeau pour eux résonnait toujours dans ses tympans.

" Ne vous inquiétez pas pour moi...pensez seulement à vos personnes...je pourrais me débrouiller.."

Il douta lui-même un instant de ces paroles, mais il tourna le visage et préféra se concentrer d'avantage sur ses outils. La phrase naïve de Lukas le sortit de cette impasse. Décidément le lycan arrivait toujours à point nommé avec une question.
Quoi il n’y a aucun démon ici ??? Héhéhé, et qu'était-il alors ? N’était-il pas un démon lui aussi ? De sang pur de surcroit ! Pour une fois que sa naissance et son rang lui sera utile dans sa vie actuelle. Il sourit sous les paroles du jeune louveteau, et repris son air sérieux quand il le vit blêmir.

" Je ne vais pas me tuer pour un peu de sang… je guéris vite ..." dit-il avec un sourire confiant.

Et la chose était vraie. Il avait une bonne résistance physique et un peu de sang, ca devrait aller non ? Du moins il était confiant de sa connaissance, et n'avait pas peur de la douleur si cela pouvait les libérer de leurs fers. Il avait dit qu’il le ferait et quand il donnait sa parole, Florian ne la reprenait jamais.
Il s'empara de la fiole d'acide d'où une odeur acre s'évapora du flacon.

"Surtout ne touchez pas ce liquide..."

Il s'empara d'un léger scalpel et entailla les veines de son poignet. Une légère grimace marqua ses traits, mais la douleur était supportable. Goutte à goutte il fit tomber le précieux liquide sur la surface du cadenas de Lukas et le reste dans le flacon d'acide qui prit une teinte violette. Une légère lumière entoura le cadenas du louveteau et avec minutie Florian essaya de mettre à bout le mécanisme vidant une partie de l'acide, changeant au fur à mesure d'outil, le sang ocre continuant à s'échapper de son poignet...

Il lui fallut 1 bonne heure pour venir à bout et une bonne dose de sang. Il se sentit faiblir à la fin du processus, ses doigts légèrement brulés par l'acide. Cependant un sourire illumina ses traits. Il avait réussi !! Certes il n'avait fait que la moitié du travail, mais il avait libéré le plus jeune des lycans. Il avait confiance en son savoir, mais entre connaître et réussir il y a un immense gouffre. Une vraie joie s'empara de lui et à son avis, Lukas devrait être satisfait. Il posa un pansement sur son poignet droit afin de stopper le flux sanguin, et prit une profonde inspiration comme pour se redonner du courage.

" Encore un autre" dit-il la voix légèrement affaiblie.

Puis le démon reprit son manège, cette fois-ci, il s'entailla le poignet gauche et se mit à l'ouvrage sur le cadenas de Valérian. Bizarrement il devait se concentrer encore d'autant plus...surement la fatigue qui le submerge…mais pourquoi il se sentait légèrement perturbé et troublé.
Il ne le savait pas lui-même vraiment, mais il sentait le regard du lycan en face de lui observer son travail. Quelque fois il sentit de léger vertige, et esquiva de justesse de renverser de l'acide sur sa main. Il fit un signe de la tête pour s'excuser et après encore plus de labeur que la première fois, il réussit à ouvrir et libérer Valérian de ses chaines. Un soulagement de plaisir glissa entre ses lèvres et le démon put enfin mettre fin à sa torture.
Ses poignets semblaient le bruler, tout comme ses mains roussis, le sang coulant toujours de ses veines, mais la satisfaction prenait le dessus sur cela. Cependant il n'osait plus bouger et ses gestes se faisaient lents, comme pour limiter l'utilisation du peu d'énergie qui lui restait.
Il se sentait si faible....son corps prêt à s’écrouler sous tout mouvement brusque..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mer 17 Fév - 15:08

Valérian avait parfaitement conscience que demander à Florian de les suivre entraînerait une succession de problèmes. A commencer par la haine qui existaient depuis toujours entre lycans et démons : comment les lycans censés venir les délivrer accepteraient-ils d'emmener avec eux un démon qui pourrait apparaître comme un espion à leurs yeux...? Comment leur demander une telle chose ? Et comment le faire accepter ? Comment garantir sa sécurité ?
Mais toutes ces questions s'effaçaient d'elles-même dans l'esprit de Valérian face à l'idée de le laisser ici derrière eux. Pendant qu'ils retrouveraient leur liberté, Florian lui perdait la vie. Et c'était inenvisageable. Valérian ne pourrait jamais se regarder dans un miroir si jamais il laissait derrière lui quelqu'un qui leur avait tout sacrifié ! Et comment se prétendre chef de meute aprés une telle traîtrise ? Saurait-il prendre soin des siens s'il n'était même pas capable de venir à l'aide d'une personne comme Florian ?

Non, c'était décidé, ce dernier viendrait avec eux ! Qu'il le veuille ou non d'ailleurs, et la réponse de Lukas réchauffa le coeur de Valérian. Son sourire s'agrandit alors que son petit frère comprenait enfin leurs responsabilités vis-à-vis de Florian. Si ce dernier n'avait pas été là, sans doute Valérian lui-même serait-il mort, condamné par ses blessures... Et le lycan refusait de s'en aller sans payer cette dette.

D'autant plus, qu'au fond de lui, Valérian ne pouvait pas se résoudre à laisser Florian s'éloigner. Et il préférait ne pas trop creuser dans cette direction, mais se contenter de son sens de l'honneur qui lui dictait d'emmener le démon avec eux.

Et même les récalcitrances de Florian ne vinrent pas à bout de sa détermination. La situation s'inversait : dire qu'il y avait quelques minutes, c'était eux qui le suppliaient de ne pas agir pour eux au risque d'être banni par les siens... Et voilà que désormais, c'était lui qui refusait d'être aider.

Valérian secoua la tête, intransitif :

" Tu viendras, ne discute pas."


Et comme pour étayer ses propos, il dévoila ses crocs dans une attitude clairement menaçante. C'était sans doute la première fois que Florian le voyait ainsi, et même si Valérian se reprit vite, il n'en demeura pas moins que la mise en garde étant lancée : le démon n'avait pas le choix.

Une fois les choses mises au point, l'attention des trois hommes revint sur le fameux système de leurs chaînes, et Valérian eut un pressentiment quand Lukas s'inquiéta de ne pas avoir de sang de démon à leur disposition. L'innocence de son jeune frère le touchait, mais soulignait en l'occurrence qu'ici, ils avaient bel et bien du sang de démon. En la personne même de Florian !
L'idée que ce dernier soit obligé de se blesser pour les délivrer mit mal à l'aise Valérian et même son petit sourire destiné à les rassurer ne l'aida pas. Cela ne lui disait rien qui vaille.

Désireux de rassurer son jeune frère qui semblait tout aussi perdu et mal à l'aise que lui, Valérian tendit son bras et serra la main de Lukas dans un geste protecteur. Comme pour lui signaler sa présence et lui indiquer que quoi qu'il se passe, il pouvait compter sur lui.
Mais cela ne l'empêcha pas lui-même de sursauter violemment quand Florian s'entailla les veines du poignet droit pour commencer à libérer Lukas. L'odeur du sang afflua, terrible, âcre, sournoise, et souleva le coeur du lycan dont la main serra un peu plus fortement celle de son frère. Malgré lu, un grondement sourd lui échappa.
Il détestait cette odeur, elle l'incommodait au plus haut point. Etait-ce en raison de ses instincts de prédateurs ? Ou tout simplement de mauvais souvenirs qui faisaient surface ?
En tout cas il n'aimait pas cela du tout, et son grondement se fit plus menaçant, plus instable quand Florian s'attaqua à ses propres chaînes. Le loup s'affolait, était complètement perturbé face à l'odeur démoniaque, et nul doute que le pauvre Lukas devait réagir de même. Les animaux étaient complètement déboussolés, à tel point que le loup faillit refaire surface en Valérian.

Mais il se reprit à la dernière minute, sonné et perplexe, pour s'apercevoir de la nouvelle pâleur qui marquait les traits de Florian. Dans un grondement de rage cette fois-ci, il se redressa et soutint le démon, les chaînes glissant de ses pieds pour le libérer une bonne fois pour toute. Il l'obligea à s'asseoir, le fusillant du regard, avant de se transformer subitement en loup.
Et sans attendre, il lécha avec ardeur les poignets de Florian, nettoyant ce sang qui le rendait fou et laissant agir sa salive purificatrice sur les plaies.

" Tu n'aurais pas dû..."

La voix jaillissait de la poitrine du lycan, rauque et grave, transfigurée par l'animal.

" Tu es fou..."

Il finit de lécher consciencieusement les plaies avant du bout du museau, pousser Florian pour qu'il s'allonge dans la paille et se repose un peu.
Et sentant que sa mission ne s'arrêtait pas là, il se retourna, toujours animal, et revint vers Lukas pour venir lécher sa cheville libérée et abîmée par des années d'emprisonnement dans le fer rouillé des chaînes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Elviro
Fils cadet du Prince des Lycans
Fils cadet du Prince des Lycans
avatar

Messages : 197


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Jeu 18 Fév - 13:57

Lukas regarda son frère avec un léger étonnement quand ce dernier décréta que Florian viendrait avec eux, dévoilant ses crocs en fixant le démon. C’était la première fois que le loup agissait ainsi envers Florian, et il pouvait également dire que rare étaient les fois où Valérian faisait ressortir son côté autoritaire de chef. Quand il agissait ainsi, on percevait très bien l’âme du leader qui sommeillait en lui.

Enfin au moins avec ça, le destin de Florian était scellé, et bien que l’avenir était encore bien incertain pour eux, il les accompagnerait quoi qu’il en dise, et Valérian ne comptait pas lui demander son avis une seconde fois. Lukas adressa alors un sourire narquois au démon, se moquant allègrement de son manque de prise de décision.

Mais son sourire se fana très rapidement quand Florian confirma ce que Lukas commençait déjà à se douter. Il verserait son propre sang sur leurs fers… et le loup fut légèrement abasourdi par ça. Mais jusqu’où serait près à aller Florian pour les aider ?
Ce dernier s’approcha de lui avec tout le matériel qu’il avait rapporté, et le louveteau se tendit aussitôt. Il ne savait pas vraiment comment faisait Valérian, mais personnellement, il n’aimait pas trop avoir un démon aussi près de lui, qu’il soit Florian ou pas. Il se retint de justesse donner un coup au démon pour l’éloigner de lui. Il n’y pouvait rien, c’était instinctif, et il avait beaucoup de mal à contrôler cette partie là de lui, comparé à son frère qui avait un parfait contrôle sur l’humain et le loup en lui. C’est dans ces moments-là que Lukas se rendait compte qu’il y avait un vrai fossé entre le savoir de Valérian et le sien… le louveteau avait encore beaucoup à apprendre.

Il se détendit un tout petit peu quand la main de son frère se posa sur la sienne, et observa d’un air attentionné Florian s’afférait près de lui, tentant de comprendre ce qu’il comptait faire… mais bien évidemment, c’était peine perdue.
Quand il déboucha le flacon contenant le liquide transparent, Lukas plissa le nez et fit une grimace alors que l’odeur qu’il dégageait agressait violemment ses narines. C’était… écœurant. Mais ce n’était rien à ce qui suivit. Et Lukas aurait certainement bondi en arrière loin du démon si ce dernier n’avait pas fermement tenu sa cheville prisonnière du fer.

Déjà que la seule présence du démon près de lui faisait agitait nerveusement le loup en lui… mais ajouté à l’odeur de son sang… autant dire que pour Lukas, c’était autant une torture pour lui que ça l’était pour Florian.

Un léger grognement s’échappa de sa gorge alors qu’il fermait fortement les yeux, tentant désespérément de se contrôler. Mais c’était vraiment très difficile. Et plus le temps passait, plus l’odeur du sang se faisait de plus en plus forte. Le grognement s’intensifia alors que son corps se mettait à trembler, signe d’une imminente transformation… et si jamais cela arrivait, il y avait de forte chance pour qu’il se jette droit sur le démon, crocs en avant. Ses ongles commençaient déjà à s’allonger pour devenirs des griffes acéraient, et Lukas serra fortement les poings tentant de se concentrer plus intensément, poussant dans le même temps un gémissement plaintif. Il ne se rendait pas compte qu’en serrant les poings, il venait de planter ses griffes dans la main de son frère qui le tenait toujours… mais à vrai dire, à cet instant, il n’avait plus vraiment conscience de ce qui l’entourait. Il n’avait jamais eu à ce retenir ainsi, jusqu’à présent, il avait toujours laissé libre cours au loup qui était en lui, ne réfutant aucun de ses instincts… c’était la première fois qu’il devait brider son côté bestiale et il n’aurait jamais pensé que ça serait aussi éprouvant. Plusieurs fois il eut des sursauts incontrôlés, des coups inachevés destinait au démon… mais Lukas les retenait vaillamment. Il ne devait pas blesser leur sauveur. Il ne devait pas… même si une partie de lui voulait plus que tout se jeter sur lui, et lui planter les crocs dans la jugulaire… un grognement plus féroce lui échappa à cette pensée, suivit ensuite pas un gémissement plaintif.

C’était si dur…

Quand enfin au bout d’une très longue heure, Florian réussit à faire tomber le fer qui le retenait, Lukas poussa un long soupir de soulagement. Soulagé de voir que son calvaire intérieur prenait fin, et soulagé d’être enfin libre.
Sans perdre un instant, il lâcha alors la main de son frère et bondit en arrière, tentant de mettre une légère distance entre le démon et l’odeur du sang toujours planante dans les airs. Mais déjà, rien que le fait de s’être éloigner de Florian commençait à le calmer. Ses tremblements s’estompèrent petit à petit, ses griffes se rétractèrent pour redevenir des ongles humains et le seul indice de son tourment intérieur fut sa respiration hachée.

Il lui fallut plusieurs minutes pour reprendre un temps soit peu le contrôle total de lui-même, et quand ce fut fait, il leva les yeux pour voir que Florian avait bravement continué sa tâche, s’attaquant aux fers de son frère en s’entaillant son second poignet. Valérian avait l’air tout aussi perturbé que lui par l’odeur du sang, mais il avait un meilleur contrôle que lui, c’était évident. Mais Lukas n’osait pas s’approcher d’eux, ayant peur de complètement perdre le contrôle de déjà bien éprouvé de lui-même et il ne voulait pas prendre de risque et entraver la libération de son frère. Il aurait pourtant voulu pouvoir soutenir Valérian comme lui-même l’avait fait pour lui… mais ça lui était impossible, il savait que si jamais il était à nouveau soumis à l’odeur sanguine de Florian, il ne pourrait pas se retenir de l’attaquer, et il ne savait pas si son frère serait en mesure de l’arrêter si jamais cela se produisait, surtout qu’il avait encore ses chaines alors que lui, non.

Il resta donc à l’écart, vraiment frustré par cette situation, et observa de loin le démon s’afférait sur les chaines de son frère tout comme il l’avait fait pour les siennes.

Il sursauta brusquement quand Valérian poussa un véritable grondement de rage, et il se redressa, les sens en alerte, ayant brusquement peur que son frère ait succombé à la tentation et attaque Florian, mais il fut rassuré de voir qu’il n’en était rien. Au contraire, il venait de saisir le démon pour le soutenir et le forçait à s’asseoir et de se transformer en loup.

Pudiquement, Lukas détourna les yeux, se sentant bizarrement mal à l’aise de voir Valérian léchait les plaies de Florian alors qu’il le réprimandait, faisant légèrement sourire Lukas en l’entendant. Décidément, Valérian était bien trop protecteur pour leur propre bien. Puis il s’approcha de lui, toujours à l’écart, et entreprit de lui lécher sa cheville meurtrie par les fers et dont il garderait certainement une cicatrice à vie.

Pendant que son frère s’activait sur lui, Lukas lui caressa l’encolure pour le remercier.

« - Merci. » Souffla-t-il, puis sa main descendit jusqu’à la patte de Valérian, celle qui lui avait serré la sienne alors que Florian s’activait sur ses chaines. Elle était légèrement ensanglantée, là où il lui avait planté les griffes. « - Je suis désolé. » Dit-il d’une voix pitoyable. « - Pour tout. »

Désolé de l’avoir blessé alors qu’il était déjà bien affaiblie, désolé de ne pas avoir été à tes côtés lorsque Florian le libérer, désolé de ne jamais être en mesure de rendre chaque action que son grand-frère faisait pour lui.

La cellule resta silencieuse un long moment alors que Valérian finissait de s’occuper de la plaie de son frère, tandis que Lukas reprenait totalement le contrôle de lui-même, et que Florian prenait un repos forcé. Nul doute que s’il tentait de bouger, son frère ne le laisserait pas faire.

Un bout d’un moment, quand Valérian fut satisfait de son travail, il retourna près de Florian pour s’assurer qu’il allait bien, tandis que Lukas poussait un long soupir alors qu’il baissait les yeux vers sa cheville. Maintenant que toute la tension était retombée, il prenait vraiment conscience qu’il était libre de tout ses mouvements. Le soulagement qu’il avait été incapable d’éprouver quelques minutes plus tôt à causes de ses états d’âmes, l’envahit alors. Il souleva la jambe, légèrement surpris de la sentir si légère, il avait toujours eu l’habitude d’avoir le poids des fers… mais aujourd’hui, c’était terminé.
Il la bougea un moment, appréciant le fait de pouvoir faire de grand mouvement sans entendre le cliquetis des chaînes ou être retenu. C’était plaisant.

Ses yeux se tournèrent alors vers leurs fers qui avaient été abandonné à terre sans que personne ne s’en soucie, et un sourire naquit sur ses lèvres. Il se leva en un bond, adressant un signe rassurant à Valérian qui le regarda alors avec étonnement et s’approcha des fers.

Ce qu’il allait faire, c’était puérile… mais il s’en fichait, ça le défoulerait.

Il leva sa jambe nouvellement libre, et d’un geste vif et fort, il frappa dans le fer qu’il avait si longuement porté, et l’envoya cogner contre le mur. Il rêvait de faire ça depuis qu’il était tout petit, et franchement, ça faisait un bien fou.

Satisfait de ça, il se tourna alors vers Valérian et Florian, et s’approcha prudemment d’eux. L’odeur du sang s’était évaporait maintenant que les plaies du démon étaient refermées, mais l’odeur subsistait encore légèrement dans l’air. Il se pencha au-dessus de Florian et observa minutieusement son visage et ses traits fatigués, puis un sourire moqueur apparut.

« - Wow, tu as vraiment une sale tête, tu sais ? »

Et ben oui, on ne le changerait pas.

Puis il s’installa dans la paille, près du démon et de son frère, disposé à veiller sur Florian le temps que ce dernier se rétablisse un temps soit peu, et lança un coup d’œil soucieux vers la porte de leur cellule.

« - Il va se passer quoi maintenant ? » Demanda-t-il avec appréhension. « - Les démons, ils ne risquent pas savoir qu’on a plus nos chaines ? »

Il frissonna légèrement à la pensée que Mefisto Botteli pourrait revenir et entreprendre de leur remettre leurs fers. Et il espérait vraiment qu’ils seraient rapidement libérés d’ici avant que ce démon ne revienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Ven 19 Fév - 1:49

N'avait-il donc aucun emprise sur sa vie ? Serait-ce toujours les autres qui décideront pour lui, pour ses actes et sa manière d'être ? Cependant, même s'il savait que rester avec eux n'était pas une chose à faire et qu'elle viendrait mettre à mal le crédit des lycans, l'idée dans le fond ne lui était pas déplaisante. Il voulait rester encore un peu avec eux, mais son fort intérieur venait lui rappeler que la chose n'était pas à faire, et que son égoïsme ne devait pas guider ses actes. Il allait encore rétorquer aux lycans sur sa volonté de rester seul, quand les crocs de Valérian le remit à l'ordre.
Il le menaçait ? alors qu'il ne voulait pas être un fardeau pour eux et agissait comme une personne digne de respect devrait le faire.. sur le coup il en eut le souffle coupé et ne sut plus trouver ses mots. Il semblait si sur de lui, ne laissant au démon aucun issue de secours, que lui même ne se sentait plus le coeur à l'ouvrage de mentir à lui même. Biensur il n'était pas dupe et naif de là à ne pas voir le sourire narquois qu'arborait le plus jeune, mais bon il préféra l'ignorer pour le moment et revenir ultérieurement sur ce problème. Le moment semblait mal choisit pour argumenter et le frère ainé semblait peut compératif alors à quoi bon ouvrir bataille. Le démon n'était pas fou, mais que le jeune frère ne se trompe pas, Florian ne prenait pas à la légère ses mots et il tenait toujours parole. Il n'est pas ce genre de personne volatile, profiteuse et mensongère, quand il donne son aide il ne demande jamais rien en retour.

Pour la peine, afin de calmer les moeurs des lycans et mettre un terme à toutes ces discussions, il entreprit son travail sur les cadenas. Le démon n'est pourtant pas inculte, mais il ne pensait pas que son sang agiteraient à ce point les êtres devant lui. Le liquide ocre semblait les agiter plus que tout au monde. Les démons avaient t'il de telle réaction ?? il sembla réfléchir quelques instant, mais pas trop à sa connaissance, à part ceux qui ont des liens avec la classe vampirique mais cela se comprend car c'est leur source vitale et ceux qui ont un sadisme pur et dur couler dans leurs veines. Lui même ne faisait d'aucune de ces deux catégories. Il n'éprouvait ni joie, ni écouerement et sadisme à la vu du sang, au pire il s'inquiétait, mais rien de bien extraordianire comme réaction. Cependant rien ne semblait semblable chez les lycans.
Puis lui vint l'idée que cela devait être du à son odeur et son origine. Le sang était le meilleur indicateur d'origine et surement que le fait qu'il soit un démon joue beaucoup en son défaveur. Après tout, à cause des siens ils ont vécu un tel enfer, qu'ils soient normal que sa race soit jugé comme inconcevable pour les lycans. Pourtant il acceptait bien sa présence et voulait même l'amener avec, alors que rien que l'odeur de son sang semblait les faire tellement souffrir. Cela semblait si ambigu..

En tout cas, il ne sentait pas très à l'aise pour travailler. Il n'avait pas peur des réactions des deux lycans, surement une grande naiveté de sa part, mais les grognements de mécontentements et plaintifs ne l'aidait pas du tout pour avancer au mieux. C'est d'ailleurs pour cela qu'il fut autant concentré dans sa tache, essayant de s'abstraire du monde qui l'entoure et se lancer cœur et âme dans l'ouverture du cadenas salvateur. Il était tellement concentré qu'il ne remarque même pas les griffes qui avaient remplacé les ongles du jeune lycans, son regard meurtri et sauvage qui ne rêvait que d'une chose, transformer le démon en charpie.

Et il en fut de même chez le frère ainé. Il ne voulait pas croiser son regard, sinon il sentirait la force et sa volonté s'envoler dans un profond gouffre. Même si il les libérait de leurs chaines, il lui semblait qu'il endossait plus un rôle de bourreau que de sauveur. Alors qu'il mettait fin à leur années de captivité, on aurait cru qu'il les menaçait ouvertement, les torturant avec délectation. Lui de lui cette idée sordide, d'ailleurs au fond de lui, il ne désirait qu'une chose, mettre fin à tout cela...stopper cette douleur...ces grognements, cette souffrance...et enfin ce moment vint. Quel soulagement s'empara de la poitrine quand il les vu enfin libéré de leurs chaines, seule un profond soupir et un sourire désigna cet état de fait.

Il se sentait affaibli. Son corps n'avait plus l'habitude de régénérer des hématies avec autant de vitesse. Sa vie de semi-reclus l'avait-il rendu si fragile à ce point ? il fallait le croire... même s'il n'était pas pour la violence et préférait agir pacifiquement, loin de lui la volonté de devenir faible et dans résistance. Pourtant son organisme était assez solide, mais bon, un peu d'entrainement ne lui ferait pas de mal. Par contre, même enchainé depuis leur plus jeune enfance, les deux lycans ne manquaient pas de vitalité et de force.
Il posa un regard doux sur Lukas qui désormais laissait libre court à son plaisir d'être enfin libre sans entrave, puis sur Valérian qui se changea en loup sous ses yeux. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait cela, mais il regardait toujours cette métamorphose avec émerveillement. Que la nature est bien faite tout de même... Son émerveillement prit fin sous une sensation bizarre qui prenait forme sur ses poignets.

Une petite langue rosé venait avec soin nettoyer les plaies qui couvraient ses mains, enlevant toute trace de tout ce qui venait de se passer. Le démon fut complétement abasourdi par cette action. Il n'aurait pas du tout imaginé une telle chose et un profond respect naquit dans sa poitrine. L'ainé des lycans agissait vraiment de manière protectrice, alors que n'était-ce pas lui dans le lot qui était le plus agé de tous. Il avait 150 ans après tout, et voila que ce fut des plus jeunes qui prenaient soin de lui. Il se laissa faire sans broncher, même quand la voix rauque du loup résonna dans la cellule. Fou ? hahaha qui sait... surement il l'était, mais fier de l'être alors... s'il devait le refaire, il le referait, quitte à vider tout son sang. Il attenda que le loup s'éloigne de lui, trop intimidé pour prendre la parole auparavant.

" mais je suis content de vous voir libérer de vos chaine. Cette folie n'a pas de prix alors..."

Oui elle n'a pas de prix, car il assistait avec joie à une libération et à un renouveau chez les lycans.Le démon, prit appui contre le mur, se reposant, reprenant tout doucement des forces pour les événement à venir. La salive du loup avait fait son effet et l'organisme du démon fit qu'a peine quelques minutes à peine, les traces sur son poignet étaient presque un mauvais souvenir. Il sentait doucement l'énergie refluer dans son corps et n'hésita pas à rétorquer lui aussi au jeune lycan.

" Désolé de vous décevoir, mais ca ne sera que de courte durée.Vous aussi vous avez meilleur mine à ce que je vois "

Il lui lança un léger sourire, et le démon se laissa entourer des deux lycans. Il se sentait peut être de trop dans cet instant de renouveau pour les lycans, mais il se sentait bien aussi. Même s'il avait la force, il ne voulait pas bouger pour le moment et profiter encore de cette fébrile quiétude qui les entourait.
Elle fut de courte durée, mais cela permit au démon de se reposer et de reprendre des forces. Il sentait de nouveau ses sens en alerte et son corps presque totalement remis, cependant il reste toujours sur le sol froid de la cellule. Il serait bien assez obligé de bouger par la suite..

"Impossible..le mécanisme n'est relié a aucun sort de rappel. Ils ne pourront jamais le savoir. Les démons étaient bien trop confiant en leur système pour douter de son efficacité. Tout ce qui reste à faire et attendre que les lycans lancent l'attaque contre le palais Botteli et viennent vous libérer. Vous pouvez vous reposer sur vos deux oreilles jusque là. Je serais le seul à venir hanter les geôles d'ici là. Cependant ne risquez rien d'inconsidéré jusque là... ca ne serait pas le moment d'attirer la suspicion".

Le démon ne savait pas beaucoup plus de ce que tramaient les lycans. Ils l'avaient informé sur le plus gros de l'affaire, mais pas de quoi connaitre les détails. Ou allaient t'ils attaquer ? comment ? pouvaient t'ils seulement passer les hordes de gardes. Il se devait d'être confiant...sinon c'est lui qui agirait pour eux et trouverait un moyen de les faire sortir des cette prison.

" Tout se passera bien... je ne laisserais pas les choses échouer " souffla t'il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 2 Mar - 13:53

Le sang coulait encore sur sa pattes, souvenirs de la tension qui s'était emparé de Lukas pendant l'intervention de Florian. Bizarrement, Valérian lui en était presque reconnaissant : l'odeur du sang démoniaque l'avait complétement estourbi et sans doute aurait-il attaqué Florian en cédant à son instinct si l'odeur de son propre sang ne l'en avait pas écarté. La douleur de sa main, griffée par Lukas, lui avait permis de rester terre-à-terre et de ne pas céder à des pulsions subites et destructrices. Son propre sang l'avait calmé et lui avait fait gardé toute sa tête, à la différence peut-être de Lukas qui en avait vraiment bavé... Jamais encore Valérian ne l'avait vu dans un tel état et l'envie de le serrer contre lui pour le rassurer et le contrôler avait été puissante, uniquement contrecarrée par cette peur stupide qui entravait chacun de ses gestes désormais.

Cela dit, l'épreuve était enfin finie, et Valérian avait aussitôt bondi pour prêter secours à Florian, dont le visage atrocement pâle reflétait suffisamment la douleur qu'il avait ressenti. Il l'avait forcé à s'allonger, un peu furieux contre lui d'être allé aussi loin, et s'était assuré que tout allait bien, avant de se rapprocher de Lukas pour lécher ses plaies. L'instinct protecteur était toujours le plus fort chez le chef de meute, et toutes ces années passées dans les geôles de Botelli avaient apparemment renforcées celui de Valérian, surtout dés qu'il s'agissait de son jeune frère... Et également quand il s'agissait de Florian depuis quelques temps.
Ce besoin de savoir que le démon allait bien, qu'il ne souffrait pas et resterait à leurs côtés lui était devenu essentiel. Peut-être parce que pour la première fois de sa vie, il autorisait quelqu'un à entrer dans leur binôme soudé depuis des années... Et ne voulait pas le laisser partir.

Assuré que Lukas allait bien, il finit par s'éloigner et trottina jusqu'à Florian, toujours sous sa forme lycane. Il se laissa tomber à terre dans la paille fraîche et jeta un coup d'oeil à ses deux compagnons.
Rapidement, la joie de Lukas, certes un peu puérile mais terriblement adorable, explosa dans la prison et Valérian sourit doucement, dévoilant de superbes crocs blancs d'une manière presque comique. Les loups ne souriaient pas, mais les lycans avaient développé une technique qui ressemblait fort à celle de l'homme. En tout cas, Valérian souriait, et il grogna de contentement en voyant le visage ravi de son jeune frère.

Il ne remercierait jamais assez Florian de leur avoir offert cela ! Même s'ils ne sortaient jamais d'ici, s'ils ne revoyaient pas la lumière du jour, Lukas auraient au moins eu cette petite compensation de se sentir libre durant quelques journées. Et cela était bien suffisant.

Valérian soupira et baissa la tête pour se coucher, guettant toujours du coin de l'oeil les réactions de Lukas et Florian. La remarque de son petit frère sur la 'sale tête' de Florian le fit une nouvelle fois sourire et il lâcha un petit rire amusé, qui ressemblait presque à un grognement.
Décidément, la joie de Lukas faisait plaisir à voir, et Valérian se maudit intérieurement de ne pas avoir le coeur d'y participer... La liberté nouvelle de leurs chaînes de lui apportait pas celle du coeur malheureusement, et il détestait ce voile qui s'était posé sur son esprit. Un voile de douleur et d'horreur, qui semblait laisser une marque indélébile sur chacun des évènements de sa vie.

Il soupira et finalement reporta son regard lupin sur Florian... Ce démon était un peu une sorte de génie pour eux. Un être hors du commun, descendu du monde d'en haut pour venir à leur secours.
Ils lui devaient beaucoup, Valérian en était conscient, et c'est pourquoi l'idée de l'abandonner derrière eux comme on jette un objet désormais inutile lui avait hérissé les poils. Quoi qu'il se passe, Florian viendrait avec eux !
Et puis... Quelque part, il l'appréciait vraiment beaucoup. Florian n'était pas seulement une bouffée d'air dans cette geôle sinistre, il était... un ami, un vrai, un soutien également, quelqu'un sur qui ils pouvaient compter. Quelqu'un qui lui plaisait, par son caractère doux et calme, toujours posé, à des kilomètres de la rage qui bouillonnait parfois en Valérian et lui obscurcissait l'esprit. Non, Florian n'était pas comme lui mais cela lui plaisait. Il aimait de plus en plus son sourire, appréciait de plus en plus sa voix... Il y avait vraiment quelque chose dans ce démon qui assagissait le lycan, qui l'apaisait et le réconfortait. Différemment de Lukas, sans comparaison possible.
Sans Lukas, Valérian n'aurait plus le goût de vivre. Mais sans Florian, il se sentirait bien seul...

Et instinctivement, comme si le loup avait conscience de l'importance nouvelle du démon, Valérian se rapprocha de lui. Quelques centimètres tout au plus, sans se faire remarquer de Lukas (du moins l'espérait-il, car la jalousie de ce dernier semblait n'avoir aucune limite). Puis quelques centimètres supplémentaires, le loup avançant à l'aide de ses pattes pour se rapprocher du démon, le museau toujours plaqué contre le sol et ses yeux guettant la moindre réaction de Florian.

La peur l'envahit, tenace, sordide depuis son agression par Botelli, mais il se refusa à en tenir compte. Là, tout de suite, il ne voulait pas avoir peur, il voulait simplement... sentir Florian, le toucher, ressentir sa présence et son aide, quérir son attention... Il ne savait pas trop pourquoi mais il le voulait : que le regard si doux de Florian se pose à nouveau sur lui.

Et quand enfin il fut suffisamment proche, il taquina du museau la main du démon qui reposait sur le côté de son corps, donnant un tout petit coup de langue comme pour réclamer des caresses... Même si ce qu'il voulait réellement était bien davantage qu'une simple caresse. Mais il n'aurait jamais pu le formuler : pour l'instant, un seul geste de la part du démon suffirait.
Comprendre qu'il n'était pas seul face à ses problèmes... Face à ses peurs.
Lukas était trop jeune et Valérian ne pourrait jamais lui avouer ce qui s'était passé dans les appartements de Botelli. Mais il savait que Florian avait tout compris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Elviro
Fils cadet du Prince des Lycans
Fils cadet du Prince des Lycans
avatar

Messages : 197


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Ven 26 Mar - 1:27

Lukas poussa un soupir de soulagement en entendant dire que les démons ne pourront jamais savoir qu’ils venaient de se libérer de leurs chaînes… le premier pas vers leur véritable liberté. Un pas qui était peut-être infime, mais c’était déjà bien énorme pour eux.

Et maintenant, ils devaient patienter… attendre… peut-être durant des jours, des semaines, ou pire des mois, mais Lukas et Valérian attendaient depuis toujours, alors attendre encore un peu, ce n’était rien pour eux. Des jours ou des mois, c’était de la broutille comparé à ce qu’ils avaient déjà vécu.
Et puis… Florian serait là pour veiller sur eux…

En entendant le démon dire ça, Lukas eut chaud au cœur, c’était vraiment gentil de sa part de faire tout ça pour eux. C’est vrai, après tout, ils ne se connaissaient pas depuis très longtemps, et pourtant Florian avait déjà tant accompli pour les aider. Il les avait nourris, soignés et à moitié libéré, et ce, en se fichant complètement du sort que ses semblables lui réserveront si jamais ils mettaient la main sur lui.
Finalement, peut-être que tous les démons n’étaient pas comme Botelli… peut-être y en avait-ils d’autres qui étaient comme Florian… peut-être y avait-il des onces de bonté dans ces âmes démoniaque.

« - Merci. » Murmura Lukas.

Puis finalement, après tous ces évènements, le jeune loup sentit une grande fatigue s’abattre sur lui. Toutes ses émotions et la force intérieure qu’il avait dû déployer pour s’empêcher de planter ses crocs dans la gorge de Florian avaient eu raison de son énergie.
A présent, il se sentait complètement las et pour le moment, tout danger était écarté. Pas besoin de rester sur le qui-vive, il pouvait enfin se délasser un peu. Valérian était là maintenant, il n’était plus parti il ne savait où entre les griffes de Botelli et Florian venait de lui assurer que personne ne viendrait leur remettre leurs chaines… tout allait bien pour le moment, il n’avait pas à s’inquiéter. Et les deux seraient là pour veiller l’un sur l’autre, Florian pour soigner les blessures encore présente de son frère, et Valérian pour obliger Florian à continuer à se reposer un peu.
Et de plus, une vraie sieste lui ferait du bien, pas comme l’évanouissement forcé qu’il avait subi quelques heures auparavant à cause de ce démon qui avait soi-disant voulu l’empêcher de se faire mal. Effectivement, sur le coup il s’était évanoui et avait donc cessé de s’acharner sur les barreaux et offrant un peu de répit à Florian dans le même temps mais, ce genre de sommeil n’était pas du tout réparateur.

Lukas bailla grandement tout en s’étirant, s’émerveillant à nouveau de sentir sa cheville libre de tout poids et de mouvement, puis lentement, son corps gracile commença à se modifier, sa peau devenant fourrure, ses bras et jambes devenant pattes et son visage s’allongeant. Quelques instants plus tard, le canidé avait prit à la place de l’humain, un loup au pelage roux et à la carrure assez petite, plus celle d’un louveteau mais pas encore celle d’un adulte.

Lukas poussa un autre bâillement tout en se levant sur ses quatre pattes. Il s’étira une nouvelle fois dans sa forme animale faisant bruisser la paille sous lui puis il tourna ensuite sur lui-même pour trouver une bonne position et se vautra ensuite dans la paillasse, complètement roulé en boule. Le loup émit une sorte de mi-couinement, mi-aboiement, adressant de cette façon une sorte de « bonne nuit » à ses deux compagnons tandis qu’il ramenait sa longue queue touffue sur son museau comme pour se protéger de la faible luminosité de la cellule et se plonger complètement dans les ténèbres, comptant bien profiter pour une fois d’un sommeil bien mérité.

Le jeune loup ne mit pas longtemps à sombrer dans un profond sommeil, quelques minutes tout au plus, si ce n’est pas des secondes, se plongeant dans un monde rien qu’à lui, qui pour une fois, était peuplé d’une liberté qu’il espérait bientôt pouvoir profiter.


[Bon après mûre réflexion, j’ai décidé de vous laisser un peu d’intimité à tous les deux, mais je vous préviens, je vous ai quand même à l’œil alors flirtez pas trop xD Et je vous informe aussi que je me ferais un malin plaisir de revenir quand vous vous y attendrez le moins *rire démoniaque* Bye bye]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 6 Avr - 0:58

Les démons étaient-ils des êtres pourvus de bonté ? L’était-il vraiment ? Dans un sens oui, mais vu sous un autre angle peut être moins. Sa famille était un fervent partisan du prince démoniaque et nombres de lycans avaient péris sous leurs armes. Le jeune démon n'avait certes jamais tué de ses propres mains, mais les siens avaient fait le travail pour lui. Il avait assisté à certain pogrom en spectateur outré, et même si maintenant il s'était rangé en tant qu'alchimiste, il pouvait concocter des poisons mortels.
Ce n'est que pour ce défendre bien sûr, mais la limite entre meurtre et légitime défense reste bien mince. Tout le monde peut devenir meurtrier ou victime selon l'angle de vue. Lui même ne cherchait pas véritablement de réponse à ces questions... à quoi bon se tourmenter d'avantage, il ne pouvait plus revenir en arrière.

Un léger sourire étira ses lèvres et il secoua la tête sous le merci du jeune lycan. Pourquoi le remercier ? ils n'étaient pas encore en dehors de leur cellule, et selon lui ses actes étaient tout a fait normaux. Il voulait les aider, il agissait de la sorte, point à la ligne. Il ne pensait vraiment pas apparaître comme un sauveur, ou un justicier de la veuve et des orphelins. Ses actions étaient dictés par sa conscience. Il ne pouvait laisser ses deux protégés ici.
Sa vie avait connu un nouveau tournant, mais il ne fallait mieux pas y penser vraiment. En tout cas, il devrait changer encore une fois de logement. Pour une fois qu'il l'avait arrangé à sa façon, et qu'un propriétaire voulait bien de lui sous son habitation.
Tout le monde en ce début de renaissance ne désirait pas d'un hurluberlu sous son toit. La religion était très forte à Venise et autant dire, que malgré les grandes avancées scientifique qui fleurissaient un peu partout, aux yeux des humains, le démon était un sataniste, sorcier, bon à finir sur le bûcher.

Florian était tout bonnement dans ses songes qu'il remarqua à moitié que le plus jeune des lycans s'endormait, et que l'aîné se rapprochait de lui à tâtons. Souvent le démon, partait dans ses petites réflexions personnelles. Il n'était pas spécialement rêveur de nature, quoiqu'on pourrait y croire, mais son esprit bouillonnait constamment de questions. D'ailleurs il s'en posait de nombreuses sur les lycans, mais le moment était mal choisit pour assouvir sa curiosité maladive.

Un sursaut le fit redescendre brutalement à la réalité. Un long frisson remontait son échine, sa peau opaline se crispant légèrement sous ce courant électrique. Une sensation bizarre et chaude lui chatouillait la main. A peine le temps de se remettre de ses palpitations que son regard ébène se posa sur l'intrus qui venait le tourmenter à ce point. Un petit bout rose de langue glissait sur la peau de sa main, le loup étant presque collé à lui, le regardant du coin de l'oeil.
Cette vision le troubla encore d'avantage que la surprise vécu précédemment. Il ne s'était pas du tout attendu à ça, et sentit malgré lui, ses joues prendre une légère teinte pourpre. Il se maudit intérieurement d'être si prévisible et que son visage reflète le moindre de ses états d'âmes..

Si le loup était hésitant, c'est qu'il ne faut mieux pas se trouver à l'heure actuelle dans l'esprit du démon. Le pauvre était tout chamboulé. Les relations humaines, voila un domaine où il est totalement novice. Valérian malgré ses conditions de vie misérable dans les geôles, connaît cette chaleur humaine auprès de son cadet, mais Florian lui, n'a jamais goûté à cette sensation, à cette demande d'affection et d'attention de la part d'autrui.
Sa main avança doucement, avant de reculer au dernier instant. Avait-il seulement le droit de poser un doigt sur lui ? Valérian était un prince lycan, il n'avait pas l'autorisation d'agir de la sorte.
Pourtant sa main était attiré irrémédiablement par lui, par ce pelage soyeux, par ce regard qui guettait le moindre de ses gestes.

Sans vraiment s'en rendre compte, sa main finit par se poser sur le pelage du loup, caressant avec douceur celui-ci. La sensation était bizarre pour le jeune démon, mais plaisante. Un doux sourire franchit ses lèvres et son visage s'apaisa.
Il avait compris ce qu'avait vécu Valérian, comment ce prince ingrat et méprisant avait oser lui ôter son innocence et le souiller impudemment. Il avait eu peur, qu'en tant que démon, il allait lui rappeler ces cauchemars, mais le lycan ne bougea pas sous ses caresses.
Avec douceur le démon lui gratouilla derrières les oreilles, comme on viendrait câliner avec affection un chat. Valérian n'était certes pas un chat, mais il n'était pas devin sur les loups non plus.. Cet échange était emprunt d’une très grande tendresse et une fois de plus, comme la fois où le démon croisa pour la première fois le regard de Valérian, Florian se sentit troublé par la présence du loup.

Même s'il ne voulait pas l'admettre, le démon se sentait terriblement attiré par ce lycan. Son être, son caractère, son regard, tout venait tourmenter ses sens.
Florian n'osa pas tout de suite prendre la parole, ne lui vint même pas à l'esprit de voir ce que faisait Lukas qui aurait pu lui sauter à la gorge rien que pour avoir osé poser un doigt sur son frère.

"je.."

Une syllabe perdue dans une voix tremblante, à peine audible, le démon se sentant d'un coup intimidé par le regard félin de Valérian. Sa gorge était sèche, les paroles ne voulaient pas sortir de sa bouche. Son regard doux se posa sur le loup, puis sa main interrompit ses caresses pour enfin oser finir sa phrase.

" je te protégerais..." souffla t'il

Cela semblait si banale comme phrase, mais Florian l'avait dit avec tout son coeur, nouant une promesse entre les deux êtres, à l'intimité des regards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 6 Avr - 12:34

Valérian n'était prince que de nom et d'origine. Au fond, aprés toutes ces années passées à croupir dans cette geôle infecte, il ne savait plus vraiment qui il était. Le statut de prince lui semblait tellement ironique alors qu'ils croupissaient ici... C'était un peu pathétique de continuer à se voir ainsi alors que personne ne les traitaient en tant que tel depuis des années.
Avec son frère Lukas, Valérian avait grandi ici comme n'importe quel homme normal : en luttant pour sa survie et en se réchauffant à la seule chaleur possible, celle de l'amour profond qui le liait à son cadet. Il n'avait rien d'un prince, mais tout du prisonnier dont le coeur continue de battre avec l'espoir fou qu'un jour il puisse sortir de cet enfer.

Et peut-être qu'en ce sens, il était proche de Florian. Ce dernier semblait aussi dissimuler quelque chose de désespéré dans son regard quelquefois. Comme si la vie l'avait lui aussi blessé et qu'il n'en était pas ressorti indemne.
Alors à ce titre, il avait tous les droits pour le toucher. Valérian ne désirait même que cela : une simple caresse pour illuminer un peu la détresse qui menaçait de le noyer.

Son agression par Botelli le hantait littéralement, mais il n'arrivait pas à en parler ni même à l'extérioriser. C'était coincé au fond de lui et continuait à le faire souffrir. Comme un cancer qui ne cesse d'évoluer jusqu'à faire étouffer le malade.
S'il ne tentait pas de s'accrocher à quelqu'un, il sombrerait. Valérian en avait l'intime conviction.
Et il ne pouvait pas demander à Lukas d'assumer ce fardeau. L'idée même que son frère comprenne ce qui lui était arrivé le terrorisait. Non, Lukas ne devrait jamais rien savoir. Il devait rester pur et ne jamais s'inquiéter pour son frère.

Mais Florian, lui, connaissait la vie, et avait déjà tout compris. Le loup en était sûr. Seul Florian pourrait l'aider. Même si ce n'était qu'en lui assurant sa présence, mais cela serait suffisant. Savoir qu'il n'était pas seul face à sa détresse serait déjà trés important pour Valérian.

La main douce du démon glissa dans sa foururre et le loup en gémit de bonheur, donnant même de légers coups de tête comme pour approfondir la caresse.
Puis il se calma et observa sagement Florian, remuant légèrement les oreilles de temps en temps. Mais son regard ne cilla pas alors qu'il se posait sur le démon et cherchait à en décrypter tous les mystères.
Il sentit son hésitation, sa timidité, son désarroi face à ce 'quelque chose' étrange qui se passait entre eux et qui les dépassait totalement.

Aucun d'eux ne se rendit vraiment compte que Lukas s'était endormi non loin de là, trop absorbés dans leurs propres regards.

Et les mots sortirent. D'abord timides, coupés, puis plus assurés. Avec cette intimité chaleureuse qui réchauffa le corps meurtri de Valérian.
Oui, Florian le protégerait. Pas des ennemis extérieurs, mais de ses propres démons, et ce seul réconfort était déjà une promesse enrichissante pour le lycan.
Un soupir lui échappa, long, grave. Et son regard ne quitta pas un seul instant celui de Florian, conscient de sa sincérité et de son émotion.

Lentement, le loup fit place à l'humain. Cela se passa en douceur, comme pour ne pas effrayer Florian. La fourrure s'allongea, redevenant la longue chevelure flamboyante de Valérian, alors que ses membres s'humanisaient, faisant disparaître ses poils pour redevenir une peau douce au toucher.
Il était couché sur le côté, en chien de fusil, mais ses yeux n'avaient pas quittés ceux de Florian un seul instant, par peur de briser ce lien qui était en train de se nouer entre eux.
Il tendit la main et attrapa celle du démon, doucement, tendrement. Comme dans une caresse. Pour la ramener ensuite vers lui, prés de son coeur.

" Reste avec moi."

Pas uniquement pour le protéger. Pas uniquement pour le réconforter.
Pas uniquement en tant qu'ami.

Mais les mots ne voulaient pas sortir, les idées ne franchissaient pas le barrage de l'esprit de Valérian. Il savait qu'il attendait quelque chose de ce démon, qu'il voulait quelque chose, mais il n'arrivait pas encore à en saisir toute l'importance.

" Je ne veux pas te quitter."


Et toujours sans quitter les deux prunelles brillantes de Florian, le loup tendit son visage et déposa un tout petit baiser sur le poignet du démon, comme pour sceller l'accord tacite qui se nouait entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Ven 9 Avr - 0:25

Cela semble si banal, et n'importe qui ne relèverait sans doute pas la phrase banal du démon. "Je te protégerais", 3 mots sortis tout droit des romans d'amour courtois du moyen age qui pullulent encore dans les échoppes vénitiennes. Cependant, dans de telles circonstances, à l'heure actuelle, tout semblait amplifié...comme si le moment présent avait suspendu son vol l'espace d'un instant.
Pour le démon, ces mots revêtaient une note particulière et une importance nouvelle qui venait s'imposer à lui. Florian était un être qui offrait souvent l'aide à son prochain et d'ailleurs lui même n'avait pas hésité à tout de suite aider Lukas et Valérian sans même les connaître, mais jamais il ne s'était engagé aussi loin. Il les soignait, les nourrissait, les écoutait, mais aussi, il les appréciait, les aiderait quitte à provoquer sa propre chute, et se troublait un peu trop face à l'ainé.

Il ne voulait pas poser des mots sur le tourbillon de sensations qui venaient enserrer son cœur. Cela n'a plus aucun rapport avec ce lycan qu'il avait laissé mourir devant ses yeux par le passé. Ce n'était pas dans la volonté de laver ses péchés qu'il agissait comme ça avec ces deux protégés. Non il y avait bien plus, et petit à petit cette pensée venait voiler le regard du démon.
Il le savait, il se rendait bien compte, que l'instant présent, si tendre, si intime n'était pas une chose qui avait sa place dans cette cellule, entre lui et Valérian, mais une partie de lui ne voulait s'y soustraire. Il se sentait comme un papillon prit dans une toile, attiré imperceptiblement vers la lumière et la tendresse que lui offrait le lycan. On l'aurait maudit pour ses gestes, ses frères l'auraient sans doute mit au pilori pour avoir pactisé avec ce peuple, mais depuis bien longtemps il était passé au dessus de ses convictions là.

L'avis des autres, Florian n'en prenait plus ombrage. Une attitude blasée surement, las des blessures morales qu'on lui a affligé. Valérian n'apparaissait pas comme un baume auprès de lui, mais il revêtait une position encore plus fragile...une position que le démon ne voulait pas admettre car elle semblait si improbable et éphémère.
Même si tout ceci semblait un rêve, le démon ne voulait pas se réveiller. Il assistait avec convoitise et une admiration muette à la transformation humaine du lycanthrope. Sa main qui caressait toujours le poil du loup, se stoppa en découvrant la sensation douce d'une peau inattendu.

Il déglutit, mal à l'aise, comme si il franchissait une barrière interdite sans le vouloir. Son regard se perdit dans celui de son hôte, envoutant, songeur, et les mots du lycan finirent par harmoniser encore plus ce moment. Avec recul, le démon ne serait même plus capable de dire ce qui s'est passé dans sa tête, comment il a réagit sur l'instant présent. Comme si la force qui avait regagné son corps avant, avait disparu dans un battement d'aile. Il était émue, que dis-je profondément bouleversé par les mots du lycan.
Ne pas le quitter, rester avec lui.... un instant, on aurait cru à une déclaration d'amour entre deux amants au bord de la séparation.. Comme dans un dernier dénie, Florian ferma les yeux, ôtant cette image stupide sortant tout droit de son imagination. Non cela ne peut être ?? son esprit ne peut être que mal placé pour imaginer de telle sornette. Et même si son esprit passait en boucle qu'il était fou à imaginer de telle chose, qu'il devait tout de suite arrêter, une petite partie de lui, voulait y croire.

Un sursaut sous le léger baisé sur sa main, puis dans un élan soudain, mais avec douceur, le démon enlaça Valérian. Ses mains entourèrent se corps, blessé et pourtant plus puissant et robuste que le sien. Il ne voulait pas se séparer de cette étreinte... du moins pas tout de suite
Sa tête s'enfouit dans le cou du lycan, ses cheveux tombant en cascade, coupant pour la première fois véritable l'échange de leurs regards. Il devait lui répondre, mais était-ce vraiment nécessaire ? ses gestes ne reflétaient-ils pas sa véritable pensée ?? Dans un murmure, il prit la parole, sa voix frémissant dans l'oreille du lycan, comme pour que ses paroles ne touchent que lui et ne se perdent pas dans l'immensité froide des geôles.

" je ne te quitterais pas.."

Il enserra un peu plus la silhouette de Valérian, ses mains se crispant légèrement sur le corps du lycan.

" ....jamais..."

Il se sentit bien bête d'un coup, et lâcha prise, reculant, admirant ce regard de suif. Une légère teinte rose trônait sur ses pommettes, mais contre ça le démon ne pouvait pas lutter. Peut être était-il allé trop loin ? il y avait des chances, mais impossible de revenir en arrière.
Même s'il voulait jouer l'innocent, et qu'il n'était pas très connaisseur au niveau relationnel, il savait ce qui était en train de se produire au fond de lui. Il le redoutait, le désirait... tout cela était si difficile à comprendre, même pour lui même.
N'allait-il pas regretter ce qui se passait dans son fort intérieur par la suite... et si il le disait, n'allait-il pas perdre bien plus ? une amitié, une intimité, une affection... toutes ses découvertes semblaient sur la sellette depuis que son cœur se retrouvait tant troublé rien que par la présence du lycan.

" je crois que je suis fou..."

Vu sous un angle, la chose n'était pas fausse.. se mettre à apprécier tant un lycan, lui, un démon !! c'est de la folie pur et simple et n'importe qui vous le direz. Sa dernière phrase, il l'avait dit plus pour lui, que pour ses hôtes, un léger rire nerveux s'échappant de ses lèvres. Jamais de sa vie, il n'avait fait étalage de tant de sentiment, ne s'était enchainé inconsciemment à quelqu'un. Même sans le promettre à Valérian, il n'aurait pas voulu s'éloigner...pas pour le moment...pas maintenant...Son cœur connaissait à peine les premiers frémissements qui s'emparaient tout doucement de lui..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Dim 11 Avr - 16:39

Il se passait quelque chose dans l'esprit de Florian, tellement transparent à travers ses prunelles foncées. Quelque chose qui répondait aux émotions du lycan et y faisait écho avec intensité.
Bizarrement, Valérian comprit que l'un comme l'autre étaient complètement désemparés et perdus face à ce qui leur arrivait. Tous les deux ressentait un truc étrange qui les dépassait et qui leur donnait l'impression désagréable qu'il leur manquait quelque chose, et qu'ils étaient à deux doigts de l'obtenir, sans vraiment savoir de quoi il retournait précisément.

Sans que cela soit perceptible, il se rapprocha sensiblement du démon, ses yeux accrochés à ses lèvres comme dans l'espoir d'y entendre enfin les mots que son propre coeur ne parvenait pas à trouver.
Oui, il se passait bel et bien quelque chose, mais le lycan tout comme le démon étaient incapables de le définir, ou même d'ouvrir les yeux sur sa réalité.

Et comme par magie, les bras de Florian se tendirent et happèrent le corps meurtri de Valérian, sans dégoût ni rejet. Ils l'enlacèrent avec une tendresse que personne n'avait jamais eu pour lui, hormis son frère, et sa mère il y avait trés longtemps de cela.
Le drame qu'il avait vécu dans les appartements de Botelli fit soudain irruption dans son esprit et son coeur s'affola, en proie à une peur sourde qui faillit lui faire perdre pied. Il revit Botelli, il sentit en lui la douleur de son intrusion dans son âme, et il se cambra légèrement dans un halètement désespéré.
Florian n'avait rien à voir avec Botelli évidemment, mais un court instant, le cauchemar remplaça la réalité et fit frémir le lycan, lui obstruant le regard et le coeur.

Pourtant, le démon ne le lâcha pas tout de suite. Bien au contraire, il murmura des mots à son oreille d'une telle tendresse et remplis d'une telle émotion qu'ils chassèrent rapidement l'image de Botelli de l'esprit de Valérian. Comme la brise fraîche un jour d'orage, les mots de Florian mirent du baume au coeur du loup, qui sentit enfin la peur le quitter. Il pu alors se concentrer sur la tendresse de ces mains, si différentes de celles de Botelli. Il pu ressentir le coeur de Florian qui battait si vite dans sa poitrine, serrée contre lui.
Et il sentit ce léger crispement quand le démon précisa qu'il ne l'abandonnerait jamais. Comme si cela lui était soudain vital que Valérian le croit et reste à ses côtés lui aussi.

L'émotion de l'instant le prit à la gorge, si bien que Valérian remarqua à peine que Florian venait de le relâcher, aussi soudainement qu'il l'avait enlacé. Il restait perplexe, désorienté et surtout tourneboulé par ce charivari d'émotions qui le submergeaient.

De nouveau, les mots de Florian claquèrent dans le silence lourd de la cellule, et Valérian bondit : il leva sa main et plaça son doigt sur les lèvres du démon pour l'obliger à se taire, avant de secouer la tête.

" Non."

Le rire nerveux de Florian lui semblait soudain être une insulte à ce flot d'émotions qui les envahissaient tous les deux. Prendre à la dérision ce qui se passait relevait de l'infamie, car de toute sa vie... Valérian n'avait jamais rien ressenti d'aussi fort.

Il avait aimé ses parents comme seul un fils peut aimer ses géniteurs, sans jamais poser un regard sur leurs défauts. Il aimait son petit frère à la folie et aurait tout fait pour lui, parce que Lukas était une partie de lui-même.

Et là, en cet instant, il avait la certitude qu'un sentiment similaire s'emparait de lui. Sans aucune raison ni obligation. Sans aucun lien qui puisse lui faire comprendre pourquoi il se sentait aussi attaché à Florian. Un démon qui plus est ! L'ennemi de sa race, un de ces êtres qui leur avaient tout ôté à lui et Lukas : leurs parents, leur meute, leur liberté et leurs vies.

Mais l'idée de perdre Florian, cet être tellement pur et tellement doux, le rendait presque aussi fou que s'il s'agissait de perdre Lukas.

" Tu n'es pas fou."

Parce que dans le cas contraire, ce qu'ils vivaient en cet instant n'aurait plus de sens.

" Et moi non plus."

Ses yeux se fixèrent sur les lèvres de Florian, là où son doigt était encore posé. Et doucement, il fit glisser ce doigt pour caresser la texture douce de cette bouche.
Son coeur se mit à battre à toute vitesse et il déglutit, horriblement conscient qu'il n'avait qu'une envie : remplacer son doigt par ses propres lèvres, et capturer cette bouche comme pour s'approprier Florian. Qu'il ne soit qu'à lui, et lui seul.

Il s'obligea à fermer les yeux et retira lentement sa main, tremblant légèrement.

" ... Ce n'est pas uniquement parce que tu es la première personne du monde extérieur que l'on voit depuis des années. Ca n'a rien à voir, tu comprends ? C'est... différent."


Florian ne comprendrait sans doute pas ce que Valérian tentait d'expliquer. Et lui-même ne savait pas vraiment pourquoi il tenait à le préciser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Lun 19 Avr - 1:38

La folie, un terme si vaste et dévastateur, mais pourtant si vrai dans l'instant présent que vivait le démon. Non, il n'était pas fou, quoique certaines activités qu'il pratiquait pourraient le désigner comme tel, mais son esprit à l'heure actuelle était si tourmenté qu'il croyait le devenir. Depuis si longtemps il ne s'était pas sentit si submergé par une vague de sentiments, le rendant fébrile et si peu sur de lui. Lui qui affichait un calme olympien la plupart du temps, agissait comme un enfant qui était devant l'objet de ses convoitises, mais qui n'ose pas le toucher, à part du regard.

Oui...il devenait fou à se poser tant de questions, à ne pas comprendre ce qui le troublait ainsi.. à devoir se mentir de la sorte. Pour une fois, il mettait tous ses principes cartésiens et scientifiques à rude épreuve. Les sentiments, voila quelque chose qui relève d'un autre monde. Une chose si impalpable, et pourtant si dévastatrice.

Jamais ô grand jamais, quand il fut engagé malgré lui par Botelli, il n'aurait imaginé se retrouver dans un tel état de confusion, emprunt d'une profonde tendresse. Le démon se délectait inconsciemment de ces sensations toutes nouvelles à ses yeux. Si seulement il avait déja éprouvé ça une fois dans sa vie, il pourrait y mettre clairement des mots dessus...mais non rien, le néant.. il est tel un aveugle qui peu à peu recouvre la vue.
Son soupir n'était pas insultant, du moins il n'en n'avait pas cette vocation et jamais il ne voulu mettre en doute le lycan, mais avouait qu'il y quoi se retrouver perplexe dans une telle situation.

Même si petit à petit il arrivait à se saisir de cette vérité, elle disparaissait aussi vite au détour d'une question. Un démon..un lycan.. tout ce que la société vénitienne maudissait de plus sur son territoire. Déjà tolérer la cohabitation était très dur, mais si on pouvait lire à l'heure actuelle le coeur du démon, il serait banni en enfer à jamais. Si c'est le cas, l'enfer n'a jamais eu un goût si divin.

Le doigt de Valérian sur ses lèvres le fit frémit, d'appréhension, d'attente, toutes ses sensations qui ébranlent un peu plus un homme sur la voie de la perdition. Il n'osa même pas prendre la parole, ses prunelles ébènes fixant avec intensité le visage de son vis à vis.

Ce regard...il en était presque paralysé..ce doigt qui glisse sur sa peau..grisant..
Aaaah, il allait vraiment devenir fou. Devant cette main tremblante, Florian ne put s'empêcher de la happer entre la sienne et d'y déposer un léger baiser. Il ne comprenait même plus ses gestes, mais se gardait pour une fois d'élucider ce mystère.
L'explication de Valérian le fit sourire de plus belle, et voila que son esprit le trouve adorable. La deuxième main du démon devant tant de maladresse se perdit dans un geste tendre dans la chevelure flamboyante.

" Ne dit rien..."

Qu'il n'essaye pas de s'exprimer, pas pour le moment..sinon il sentait qu'une partie de lui allait craquer et dieu seul le sait comment il réagirait à ce moment la.

" Tu es adorable"

Et voila...trop tard, une partie de lui doit déjà avoir du succomber. Tout doucement, il entoura de nouveau le lycan de ses bras, se blottissant presque contre lui, profitant de la chaleur de leurs deux corps. Il ne faisait rien, mais rien que ce contact le grisait au plus haut point. Il était bien, apaisé. Depuis quand n'avait-il pas sentit se sentiment de plénitude l'envahir ? cela devait être bien loin car il ne s'en souvenait même plus. Peut être n'avait-il jamais d'ailleurs connu ça... sa vie avait été bien terme auparavant.

Cette proximité, le souffle chaud de Valérian dans son cou, ses mains qui touchait son dos, ses mèches rubis qui glissait sur son visage..tout ce tourbillon autour de lui firent réagir le démon. N'importe qui de bien censé ne resterait pas de marbre, et même si il était encore cet enfant hésitant devant un magasin de bonbon, il osa franchir le bas de la porte.

Doucement les lèvres du démon se posèrent dans le cou du lycan dans un léger baiser. Geste bien dérisoire pour tant d'autres, trop timide, mais il ne faut pas brusquer un être qui découvre petit à petit les délices de l'amour. Oui c'est bien l'amour qui l'agite, mais Florian ne veut pas encore vraiment se l'admettre, mais ses gestes le trahissent malgré lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mer 14 Juil - 13:15

Il écarquilla légèrement les yeux aux mots de Florian.
Adorable... Il le trouvait adorable...?
Pour un peu, Valérian en aurait éclaté de rire : il était tout sauf adorable. Lukas l'était, à sa façon un peu gauche et terriblement attendrissante d'affronter la vie avec ses yeux d'adolescents. Florian aurait pu l'être, dans ses manières un peu trop polies et respectueuses envers deux êtres considérés comme des moins que rien par sa race... Mais il ne l'était pas vraiment.
Non, adorable n'était pas un terme qui collait, mais Valérian n'en dit rien, persuadé qu'un seul mot de lui briserait à jamais l'ambiance doucement feutrée qui s'était installée entre eux.

Une nouvelle fois, les bras du démon l'attirèrent dans un étau protecteur et le lycan s'y abandonna, presque rassuré de sentir à nouveau la chaleur de Florian. En deviendrait-il dépendant si jamais le démon se décidait à réitérer l'expérience ? Trés certainement... Jamais encore, en vingt ans de réclusion, il ne s'était senti aussi serein ni aussi détendu. La colère et la rage qui l'habitaient en temps normal semblairnt s'évanouir comme neige au soleil devant la douceur du démon, et son coeur s'en trouvait apaisé, appréciant cette nouvelle expérience à sa juste valeur.
Mon dieu, oui, il se sentait vraiment bien en cet instant. Et même ces délicieux frissons qui parcouraient son corps au fur et à mesure que les mains de Florian glissaient doucement sur sa peau ne semblaient pas vouloir troubler cette sérénnité nouvelle.

Pourtant, ils se firent de plus en plus insistants, de plus en plus troublants alors que déjà, le démon remplaçait ses mains par ses lèvres et le touchait là où personne n'avait jamais osé le toucher... Sur cette jugulaire qui était le point sensible de tout lycan, l'endroit le plus intime peut-être de son corps car il était sa faiblesse principale. C'était au cou que les loups dominants attrapaient les membres de la meute pour les soumettre. Au cou qu'ils attaquaient leurs proies et leur volaient leurs vies... Embrasser cet endroit, c'était se montrer plus fort que l'autre, et se laisser embrasser, c'était se soumettre... Ou admettre l'autre dans un cercle plus restreint que la simple amitié.
Florian ne devait pas le savoir, évidemment, mais cela rendit son geste encore plus troublant.

Le fantôme de Botelli s'était évanoui définitivement devant cet assaut charmant, et Valérian en lâcha un petit gémissement avec une voix qu'il ne reconnut pas.
Son coeur battait trop vite, sa tête tournait trop rapidement... Et il n'était pas sûr de vouloir s'abandonner dans ce gouffre si tentant.

Pourtant, ses bras s'enroulèrent autour de Florian sans qu'il pense même à les retenir. Et s'il s'écarta légèrement, ce ne fut que pour permettre à ses lèvres de venir chercher celles de Florian, pour un contact qu'il n'avait jamais expérimenté mais qui lui semblait soudain vital et absolument nécessaire.
Elles ne se posèrent pas avec fougue sur celles de Florian, ne lui volèrent pas un baiser empli d'une passion qu'il ne ressentait pas encore. Elles furent au contraire douces, autoritaires mais incroyablement tendres, et presque gênées tant l'inexpérience l'empêchait d'avancer. Ses mains se perdirent dans la chevelure sombre du démon et s'y agrippèrent comme pour le retenir.

Et le loup, possessif, grogna de plaisir d'avoir enfin trouvé SA meute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Elviro
Fils cadet du Prince des Lycans
Fils cadet du Prince des Lycans
avatar

Messages : 197


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mer 21 Juil - 13:50

Lukas était complètement éreinté.

Les derniers évènements qui étaient survenus en si peu de temps dans leurs vies l’avait complètement lessivé.

Et tout s’était enchaîné tellement rapidement que les diverses émotions avaient suivis, vidant complètement la réserve d’énergie du jeune lycans.
La colère durant la visite de Botelli, l’inquiétude quand Valérian avait été emmené, la démence quand Lukas s’était retrouvé seul sans savoir ce qui se passait, et à nouveau inquiétude quand son frère lui avait été redonné dans un état physique inquiétant et déplorable…
Sans compter l’effort commensurable qu’il avait dut fournir quand Florian avait retiré sa chaine… c’était la première fois qu’il bridait son instinct animal, et il n’aurait jamais cru que se serait aussi difficile de retenir le loup en lui.

Bref, tant d’émotion s’étant succédé chez lui, Lukas n’avait pas fait long feu et avait donc fini par s’endormir sereinement, sachant son frère en sécurité avec Florian, et vise versa. Il savait également qu’il pouvait dormir en paix parce que ses ‘proches’ étaient là avec lui, sain et sauf.

Alors le jeune loup s’endormit paisiblement, plongeant presque aussitôt dans des rêves sans queues ni têtes, mais tous reflétant le désir de Lukas de pouvoir enfin sortir de cette sordide geôle et de goûter pour la première fois à la liberté. Florian avait allumé un véritable brasier d’espoir en lui, et même dans ses rêves les plus fous, cet espoir perdurait.

Cependant, son sommeil ne fut pas aussi profond et bienfaiteur qu’il ne le pensait. Pour une obscure raison, quelque chose en lui le démangeait. Quelque chose qui le pousser hors du sommeil et qui petit à petit, le faisait revenir à la conscience. Lukas tenta de se débattre contre cette impression, il était trop fatigué pour songer à rouvrir les yeux tant qu’il n’aurait pas dormi encore quelques heures de plus, alors il bougea, changeant de position pour s’étaler un peu plus et s’installer plus confortablement.

Mais cela ne changea rien. Car bien que cela ait calmé cette sensation, elle revint gêner Lukas plus fortement qu’avant. Il se passait quelque chose, c’était ce que son instinct voulait lui dire. Dans un demi-sommeil, le loup tendit alors l’oreille, mais aucun son ne provenait de l’extérieur et Valérian et Florian n’étaient pas préoccupés ou anxieux et toujours près de lui.

Cependant, un son finit par retentir à ses oreilles, les faisant se dresser sur sa tête. Un grognement. Léger et subtile. Mais il provenait de son frère, il le savait. Pourtant, il n’avait jusqu’à présent jamais entendu un tel son, il était différent de ceux qu’il poussait généralement.

Maintenant franchement intrigué, Lukas finit alors par rouvrir les yeux, décidant de suivre son instinct.

Il lui fallut de longues secondes pour que ses yeux enregistrent ce qui se déroulait devant lui, et l’incompréhension la plus totale l’envahit, ainsi qu’une énième petite pointe de jalousie en voyant son frère et Valérian bien trop proche à son goût, et qui se touchaient d’une manière qui déplu totalement au jeune lycan.

Instantanément, il reprit alors forme humaine, son réveil étant passé inaperçu aux deux autres tant ils étaient plongés dans leur petite bulle de bien-être.

« - Qu’est-ce que vous faites ? » Demanda alors Lukas qui était assit dans la paillasse et qui regardait son frère et Florian avec les sourcils froncés.

Il savait qu’il ne pouvait pas aller à l’encontre de ce qui se passerait entre son frère et le démon, il savait que c’était un lien d’un tout autre genre qui se formait entre eux. Mais cela ne l’empêchait pas de ressentir de la colère à l’encontre de Florian pour toucher son frère alors qu’il avait à peine accepté cette idée.

Mais le sentiment le plus prédominant en lui, c’était surtout de l’interrogation. Qu’est-ce que son frère et Florian faisaient ? Pourquoi ? Il avait bien vu que les lèvres de Valérian étaient sur celles de Florian. Jamais son frère ne l’avait embrassé là, alors il supposait que c’était en rapport avec ce lien qu’il ne comprenait pas.

« - Pourquoi vous faites ça ? »

Qu’y avait-il de si intéressant à poser ses lèvres sur celles de quelqu’un d’autre ?

Son regard se posa sur Valérian, puis sur Florian, et ainsi de suite pendant de longues secondes, démontrant ainsi sa curiosité, son interrogation et son incompréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florian Vitto
Démon alchimiste géôlier à ses heures
Démon alchimiste géôlier à ses heures
avatar

Messages : 66


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 24 Aoû - 20:14

Que dire ne serait-ce que Florian était tout bonnement ailleurs. Son esprit s'était évadé de ce monde lugubre, de ses géôles sombre et humide pour se retourver dans une bulle pleine de douceur et de chaleur. Il était bien là, et une partie de lui ne semblait plus du tout pressé de regoûter à l'amertune et tristesse de la réalité. C'est impressionnant comme un regard, un geste, un frôlement pouvaient rendre un esprit complétement désoeuvré, mais dans le bon sens du terme pour une fois.


C'est avec la plus grande innocence qu'il déposa ses lèvres dans le cou de Valérian, sans savoir de quoi il en était question. Ils sont certes issu de deux espèces différentes, mais un baiser à cet endroit n'a rien de comparable de par chez lui. Pas un moment il n'imagina ce scénario. Lui prendre devenir le dominant, soumettre le lycan à sa volonté, comme l'asservir de son plein gré ? il n'était pas cet homme là, il n'oserait l'enchainer à son tour par de telle entrave. Cependant, même sans savoir cela, Valérian le laissa faire, poussant un bref gémissement qui troubla un peu plus notre démon si la chose était possible.

Le regard brûlant et incompris de Valérian le rendaient ivre de plaisir et le geste qu'il n'osait franchir par pudeur, par respect, c'est le lycan qui le brisa.Il sentit ses lèvres rosés prendre les siennes de manière hésitante, mais cela ne faisait que rendre ce moment plus précieux, car il savait que tout deux se livraient à un autre pour la première fois. Il n'aurait pas imaginé chose possible, même pas avec un démon de sa race, alors pensez vous que l'idée d'avoir ce genre de relation avec un lycan, un homme de surcroît, le dépassait de très loin. Mais voila, la dernière barrière qui les retenait était franchit.

Florian s'agrippa un peu plus à l'être qu'il tenait dans ses bras, appuyant un peu plus l'échange de leur baiser. Les paroles qu'ils avaient échangé peu de temps avant, semblaient bien fade face à leurs gestes désormais. Il lui avait sonné de rester auprès de lui, mais à l'heure actuelle jamais cette pensée ne viendrait lui obscurcir l'esprit. Comment oserait-il le laisser ? non, il ne pouvait pas, il a besoin de lui.

Cependant toute bonne chose à une fin, et une bulle aussi douillette soit-elle ne peut pas compléter s'extraire du vrai monde qui les entoures. Le baiser prit fin au moment ou la voix de Lukas retentit dans la pièce.
A ce moment là seulement Florian redescendit de son nuage, son visage s'empourprant d'être démasqué de la sorte. Il sentait une légère colère s'immiscier dans la pièce et le démon réalisa ce qui venait de se passer. Non pas qu'il était inconscient, il avait voulu se qu'il s'était passé, mais comment expliquer cela. Il s'écarta de Valérian son regard ébène croisant son vis à vis, avant de fixer le plus jeune des frères.

Lui qui ne le portait déja pas particulièrement dans son coeur, risquait de la hair. Le peu de confiance qu'il avait réussi à construire devait être réduit en miette désormais, mais que voulez vous..les sentiments ne peuvent se contrôler..
Il ne savait même pas trop comment réagir. Il voulait baisser la tête, mais agir de la sorte était une offense à ce qui venait de se passer.
Sa verve habituel semblait se murer dans son fort intérieur laissant notre démon dans un léger silence pendant quelques secondes. Il n'osait même plus regarder Valérian à ce moment là, seul le regard lourd de Lukas lui faisait face.

"car.." sa voix se perdit tout doucement, sans finir ses dires..

Comment mettre un mot sur ce qu'il avait vécu ? comment ne pas blesser Valérian ?

" car ton frère est important pour moi.. pas seulement comme personne, pas seulement comme ami... mais bien au delà de cela "

La réponse serait-elle suffisante aux yeux de Lukas, il ne savait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http:// [url=http://venisesombre.forumactif.org/alchimistes-f52/
Valérian Elviro
Fils aîné du Prince des Lycans
Fils aîné du Prince des Lycans
avatar

Messages : 180


MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   Mar 21 Sep - 18:37

Dans ses plus anciens souvenirs, ceux d'une époque révolue où il était libre de ses mouvements et où il possédait encore une famille heureuse et unie, Valérian revoyait ses parents ensemble, sa mère enlacée par son père, et leurs lèvres unies dans un baiser presque magique pour l'enfant qui les regardait avec émerveillement.
Il se souvenait que ce getse avait un symbole trés particulier, qu'il formait un lien qui semblait ne jamais vouloir se desserrer...

Et en cet instant, ses lèvres collées à celles de Florian, il aurait aimé que ce lien ne se brise jamais. Qu'il reste éternellement là, blotti dans ces bras, ses lèvres possédant celles du démon et son corps s'embrasant comme jamais auparavant. Ce n'était pas la chaleur coutumière de la colère, ni même celle de la culpabilité qu'il ressentait parfois au réveil aprés un terrible cauchemar où il avait revécu le massacre de ses parents...
Rien n'était comparable à ce baiser qui les réunissait et Valérian sentit son coeur fondre un peu plus, sa raison s'effacer lentement alors que son corps prenait le contrôle et réclamait plus... Quelque chose qu'il ignorait encore mais qu'il était déjà impatient de découvrir.

Il lâcha un petit grognement d'aise, chercha une position un peu plus confortable, quand la voix de Lukas l'extirpa violemment de ce rêve éveillé. Subitement, il y eut comme une fissure en lui et la réalité reprit ses droits, brisant définitivement la douce langueur qui s'était emparée de lui.
Se raidissant, il s'éloigna brusquement de Florian, les yeux écarquillés comme s'il se rendait compte seulement maintenant de son geste, et il tourna un visage cramoisi vers son jeune frère. Son regard croisa celui rempli d'étonnement de Lukas et il rougit encore plus, atrocement gêné et incapable même d'expliquer clairement ce qui venait de se produire.

Il regarda une nouvelle fois Florian, complètement perdu, et l'écouta sans vraiment comprendre ses paroles. S'il n'avait pas été aussi désarçonné, il aurait sûrement pu réagir avec davantage d'intelligence et de self-control...
Si seulement il avait pu contrer la panique qui s'emparait de lui.... Une panique qu'il ne connaissait que trop bien pour l'avoir déjà expérimenté.

Car en croisant le regard légèrement teinté de reproche de son jeune frère, il comprit que quelque chose était en train de les séparer. Quelque chose l'arrachait à la seule famille qu'il possédait, menaçait de détruire le lien qu'il avait toujours eu avec Lukas et cette seule idée le fit frémir.
Il aurait pu supporter une armée de Botelli déchaînés, mais certainement pas la rancoeur ou l'inimitié de son frère, c'est pourquoi, détournant son regard de Florian, il se releva précipitamment et revint se blottir contre son jeune frère. Il passa ses bras autour de lui dans un geste résolument protecteur et fraternel, tentanr de le rassurer à sa manière en blottissant son visage dans sa chevelure désordonnée.

" Ce n'est rien Lukas. Rien du tout, tu n'as rien à craindre."


Sa main passa affectueusement dans le dos de son jeune frère et se refusant toujours à croiser le regard de Florian, terriblement conscient que quoi qu'il fasse, il trahirait l'une des deux personnes qui comptaient le plus en ce monde pour lui, il ajouta :

" C'était juste pour essayer. Ca ne compte pas Lukas. Ne t'inquiéte pas."


Il se raidit brusquement et ses mains se crispèrent involontairement sur le corps frêle de Lukas. Son regard se perdit dans le vague quelques secondes avant de redevenir alerte, et il releva la tête, tous ses sens en alerte :

" Vous... vous avez entendu ? Ce bruit, là..."


Et s'il s'agissait à nouveau d'un démon venu les détruire un peu plus ? Et si ce démon s'en prenait à Lukas ? Non content de l'avoir déjà souillé, Botelli avait peut-être envie de s'en prendre également au lycan qui lui avait mordu la main... Rien n'était impossible avec ce fou, et Valérian vit rouge, terrifié à l'idée qu'on vienne à nouveau les torturer.

" Quelqu'un vient ! Il y a quelqu'un je vous dis ! Merde...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une existence dans les chaînes...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une existence dans les chaînes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venise la Magnifique :: Les geôles-