Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entêtante obsession [PV Aza]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antonio Calzolàio
Dominant intérimaire de la Première Meute
Loup dangereux
Dominant intérimaire de la Première MeuteLoup dangereux
avatar

Messages : 181


MessageSujet: Entêtante obsession [PV Aza]   Sam 27 Fév - 23:00

C’était un chaud début d’après-midi qui s’annonçait bien que l’été n’était pas encore là. Les rayons du soleil réchauffaient les habitants de Venise qui s’affairaient à leurs petites affaires. Les cris des marchants résonnaient, ajoutait au brouhaha de la foule, des rires des enfants… des gens insouciants menant une existence insouciante.

Sur le toit d’un bâtiment de Venise, un jeune homme était étalé de tout son long par terre, les bras croisés derrière sa tête, les yeux fermés, profitant des rayons du soleil qui doucement chauffaient sa peau. Vu le temps, il s’était débarrassé de sa lourde cape bien trop chaude pour lui, et avait revêtu un gilet léger et sans manche. Près de lui, gisait un énorme sac de lin contenant toutes sortes de choses : fruits, céréales, miel et vin.

Antonio prenait enfin un peu de repos bien mérité. Depuis quelques jours, la Meute était sur le qui-vive pratiquement à toutes heures de la journée ou de la nuit, les plus jeunes étaient excités et les plus anciens étaient nerveux. Jusqu’à maintenant, ils n’avaient jamais entrepris de grandes actions, ils avaient fait en sorte de rester les plus discrets possible, ne voulant pas attirer l’attention des démons sur eux ou celle de la Seconde Meute, alors le fait qu’ils allaient bientôt entreprendre d’attaque le Palais Botelli faisait ressortir une certaine forme de paranoïa chez certains. Ils commençaient à se méfier de ceux qui étaient extérieurs à la Meute et même parfois entre eux.
Plusieurs conflits avaient déjà éclatés, mais Antonio avait rapidement remis de l’ordre. Il était hors de question que la Meute commence à se dispatcher ainsi alors qu’ils étaient si près du but. Ça, il ne le permettrait pas, bien qu’il comprenne la méfiance qui pouvait résulter, mais pas entre eux. Ils étaient une famille, et Antonio était sûr qu’aucun traitre n’était parmi eux.

C’est pour cela qu’il avait prit la décision d’offrir un peu de bon temps à ces hommes. Il avait donc errait près du port tôt ce matin et avait pillé la calle d’un énorme paquebot au nez et à la barbe du capitaine et des matelots.
Ce soir, ils s’offriraient un bon festin.

Mais avant de rejoindre les catacombes, il s’était octroyé une petite pause sur les toits de la ville. Il faisait vraiment beau aujourd’hui, et il se sentait quelque peu réticent à l’idée de retourner se terrer sous terre, sans revoir le soleil de la journée. Depuis qu’il avait été libéré du joug de Castillo, et qu’il avait redécouvert les sensations d’être à l’extérieur, il avait décelé chez lui un certain plaisir à rester immobile et sentir la chaleur du soleil ou le souffle du vent sur sa peau. Et ça ne lui ferait pas de mal de rester encore une ou deux heures loin de la meute, sans avoir les Ancien sur son dos qui voulaient encore et toujours parler de la libération à venir. Il prenait vraiment cette mission à cœur… mais les Anciens étaient vraiment pénibles quand ils s’y mettaient.

Pour l’occasion, il avait retiré son cache-œil et offrait pleinement son visage au ciel, un petit sourire de délectation aux lèvres. Il ne s’endormait pas, mais une certaine torpeur commençait à l’envahir doucement. C’est pour cela qu’au premier abord, quand une douce et légère odeur lui parvint, il ne réagit pas complètement.
Au début, ce fut une légère odeur d’anis, et dans son état semi-endormi, il l’huma un peu plus avec curiosité et c’est là que ça le frappa ! Il y avait une autre odeur mélangé à l’anis, une odeur animale… mais pas celle d’un unique animal… c’était étrange et Antonio huma un peu plus fortement, intrigué cette fois. C’était comme-ci on avait prit l’odeur de plusieurs animaux et qu’on les avait mélangés ensemble pour créer une odeur spéciale… Antonio n’avait jamais rien senti de tel. Généralement, chaque personne, que se soit un humain, un démon ou un lycan avait une odeur spécifique et reconnaissable entre race… mais là… ça le perturbait grandement…

Et là, pour la première fois de sa vie, il se passa une chose à laquelle il n’avait jamais été confronté, et dont il n’avait d’ailleurs jamais entendu parler.

Plus il humait l’odeur, et plus il se passait quelque chose en lui. Au début ce fut un petit frémissement, puis ensuite un vrai frisson qui remonta le long de sa colonne vertébrale lui donnant la chair de poule, et à mesure qu’il respirait cette fragrance, ça empirait, jusqu’à ce qu’une véritable décharge électrique le traversa, ainsi qu’une pensée.

Je la veux !

Il se redressa brutalement à ça, ouvrant les deux yeux et ressentant à peine les picotements douloureux dans son œil gauche. Il n’avait plus qu’une chose en tête, c’était cette odeur. Odeur qui commençait à s’éloigner. La personne qui portait cette odeur était en mouvement et s’éloignait de lui. Il ne chercha pas à réfléchir, il n’y arrivait même pas. C’était comme si le loup en lui avait prit le contrôle et qu’il le poussait à poursuivre cette fragrance pour pouvoir la faire sienne.

Il se releva en un bon, et abandonnant toutes ses affaires sur place, il bondit en avant alors que d’un geste habile et vif, il positionna son cache-œil. Il sauta agilement sur le toit du bâtiment voisin et poursuivit alors cette odeur qui se dirigeait vraisemblablement vers la Basilique. Il sauta sur le toit du dernier bâtiment de l’allée et s’avança jusqu’au bord. Ses yeux observèrent alors minutieusement la foule qui grouillait sous ses pieds pour tenter d’identifier la ou le porteur de cette odeur, mais il y avait trop de monde. Il se résolu donc à rejoindre la terre ferme.
Agilement, il sauta sur une pile de caisse empilé contre le mur de la ruelle bordant le bâtiment, puis sauta à terre, se fichant que plusieurs mètres le séparaient du sol. Il atterrit souplement sur ses deux pieds, provoquant le cri apeuré d’une femme qui se trouvait à proximité et qui ne s’attendait pas à ce qu’il apparaisse de nulle part, mais Antonio l’ignora complètement, c’était à peine s’il l’avait entendu. Il redressa légèrement la tête et inspira profondément, essayant de bien démêler l’odeur animale et anisé parmi toutes les autres, puis il se mit en route.
L’odeur était entrée dans la Basilique et Antonio fit donc de même. Dès qu’il pénétra à l’intérieur, l’atmosphère changea, c’était bien différend qu’à l’extérieur. Ici, le silence était de mise, et seuls quelques chuchotements s’élevaient ici et là alors que des personnes se recueillaient ou que d’autres observaient les œuvres d’art…
Mais pour Antonio, il n’y avait qu’une chose qui importait, et il n’était qu’à quelques mètres de distance, dans un petit renfoncement sur le côté droit de la nef. Il contourna un pilier et enfin il le vit.

Et là, l’horreur le frappa.

Pas que cette personne soit laide ou abominable, bien au contraire, ça avait l’air d’être une douce et exquise créature. Antonio le voyait de dos, mais il savait que c’était un jeune homme, les courbes de son corps menu le lui disaient. De longs cheveux noirs qui avaient l’air soyeux… et bien qu’il ne le voyait pas, le loup était convaincu qu’il devait avoir un visage magnifique, à l’image du corps qu’il entrevoyait, mais son flair l’avait trompé.

Il avait senti une odeur animale alors qu’en réalité il s’agissait d’un…

« - Démon. » Souffla-t-il dans un grondement animal alors que tous les muscles de son corps se tendaient.

Il aurait pu s’éloigner le plus rapidement possible avant que le démon ne découvre sa présence, mais la stupeur le clouait sur place. Comment avait-il fait pour confondre un démon avec… avec… il ne savait pas… Comment pouvait-il… désirer… cette odeur ? Non… c’était impossible.


Dernière édition par Antonio Calzolàio le Mer 3 Mar - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aza Rhys
Peintre amateur
Peintre amateur
avatar

Messages : 211

Âge : 26

MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Mar 2 Mar - 15:51

Une frêle bise frôlait doucereusement son corps, apaisant ainsi les rayons salutaires de l'astre du jour qui venaient agréablement lui chauffer la peau. Le démon soufflait un instant, adossé contre un mur, les mains liées derrière le dos. Pour se récompenser d'avoir su achever - enfin - son emménagement au sein de cette ville, la magnifique Venise, il s'était accordé la journée. Mais visiter un lieu aussi grand n'avait en rien de reposant, bien au contraire. En même temps, il y avait tellement à découvrir.... Il avait déjà l'impression d'être chez lui.

Sa chère France lui manquait, obligatoirement. Il avait par ailleurs eu du mal à la quitter... Mais ce n'était pas comme si il l'avait rayé de sa vie définitivement! Il la reverrait, sa douce France, c'était certain. Son seul regret était d'avoir voyagé en solitaire. Il aurait tant aimé que le vieil homme l'accompagne dans ce modeste périple. Qu'il découvre des ces propres yeux l'habitat de son égoïste de fils, et surtout qu'il lui remette en main propre la maudite lettre. Évidement, cela était inconcevable. Le vieil homme n'aurait su le suivre jusqu'ici.

D'ailleurs, à propos de cette fameuse lettre, Il allait devoir songer à entreprendre les recherches. Il se détacha du mur, affichant une légère grimace. Il préférait expédier au loin cette perspective de son esprit. Aujourd'hui, il profitait de la journée offerte par Dame Nature et aucun énergumène ne lui briserait le moral. Humeur qui faisait échos au beau temps, cela dit. Il s'épousseta les vêtements. Il s'était vêtu au plus simple; une ordinaire chemise blanche légèrement entrouverte et un pantalon classique en cuir. L'artiste se fondait parfaitement dans la masse de monde qui grouillait la grande place. Ce n'était pas dans sa nature de jouer les extravagants, de toute façon.

Son regard se perdit brièvement sur le ciel dégagé, puis il amorça de nouveau le pas. Il aurait apprécié partager ce voyage avec un visage amicale, mais ici, il ne connaissait personne véritablement. Et à vrai dire, il n'avait réellement envie de se lier d'amitié avec qui que se soit. Aza restait juste le temps d'une requête acceptée, une fois celle-ci accomplie, le démon rentrerait chez lui. Tout était clair dans son esprit. Le peintre ne désirait s'attacher à cette ville, bien qu'elle soit des plus accueillante.

Les gens d'ici semblaient beaucoup plus calmes et posés comparer au Français. Eux qui courraient on ne savait où, bousculant parfois sans politesse ceux sur leur passage. Tout paraissait un peu plus civilisé, ici. La France lui manquait, mais certainement point les personnes qui y habitaient.

Aza s'immobilisa sur la place inconsciement, la tête perdue dans d'anodines réflexions. Le démon hésitait sur la prochaine destination. Rentrerait-il dans son habitation de fortune où traînerait-il encore un peu dans la ville? Il pouvait se permettre de s'y enfoncer sans craindre de perdre son chemin, de toute façon. Son don était assez pratique pour cela. La journée était encore nullement terminée, elle débutait même. Il serait bête de ne pas en profiter plus, n'est-il pas ? Et puis, le démon avait encore certains achats à effectuer.

L'artiste décida de poursuivre son expédition à la recherche de commerces équitables. Cependant, son objectif dévia légèrement lorsqu'il vit l'impressionnante Basilique San Marco.... Il ne put se résoudre à l'ignorer alors qu'elle lui faisait pratiquement de l'oeil. Il était la pour visiter, de plus. Les commerces se passeraient bien de sa présence une heure ou deux.

L'extérieur du bâtiment était déjà magnifique, mais l'intérieur était tout bonnement splendide. Il en restait muet d'admiration, comme un enfant qui découvrait pour la première fois le monde qui l'entourait. Ses yeux jais coulèrent sur les murs, sur le plafond qui le dominait entièrement, tout en avançant silencieusement dans la Basilique. C'était vraiment beau. Il s'émerveillait aussi facilement d'un rien. Le démon se dirigea naturellement vers les murs où ils offraient des peintures représentant des scènes du nouveau et de l'ancien testament.

Le démon était nullement religieux mais ça ne l'empêchait d'observer et d'apprécier ce qu'on lui présentait sous les yeux. Il poursuivait son observation minutieuse de chaque peinture, s'arrêtait plusieurs minutes devant elle puis, passait à la suivante. Il aboutit dans un coin de la nef sans y prêter réellement attention, celle-ci portée aux présentes oeuvres.

Il ne sentit pas instantanément la présence du lycan qui s'approchait de lui. Ou plutôt, il n'en fit véritablement point attention. Son pouvoir détectait tellement de présence que cela lui était presque insignifiant. Une de plus ou de moins... qu'elle soit Lycane, démoniaque ou encore humaine, il n'avait pas de quoi s'inquiéter. Il ne courait aucun risque. Du moins, le pensait-il. Et de toute façon, il était bien trop absorbé par ce qu'il avait sous la main pour se rendre compte d'un quelconque danger, aussi minime soit-il.

C'est en plongeant son regard en travers la salle qu'il le vit. Un lycan. Une bonne centaine de mètre les séparait et pourtant, d'ici, il pouvait sentir comme une sorte d'aura menaçante transparaître autour de l'individu. Il fronça imperceptiblement les sourcils, alarmé et légèrement mal à l'aise. Le regard qu'il lui offrait de son seul oeil visible ne lui plaisait nullement. Ses yeux se perdirent un instant sur le reste de la salle, à la recherche d'une possibilité de fuite, avant de revenir sur la silhouette de l'homme. Il avait encore le moyen de revenir sur ces pas.

Son coeur s'affolait doucement. Ses pensées se firent rassurantes, afin de le calmer. Il fit un mouvement de la jambe, fixant toujours avec inquiétude le lycan, revenant sur un de ses propres pas. Il était évident que cet homme n'allait certainement pas l'attaquer dans la Basilique. Il ne risquait rien, de ce coté la. Du moins, il espérait. Il aurait certainement du ignorer l'appelle de l'artiste qui avait voulu découvrir cette endroit.


Dernière édition par Aza Rhys le Mar 2 Mar - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonio Calzolàio
Dominant intérimaire de la Première Meute
Loup dangereux
Dominant intérimaire de la Première MeuteLoup dangereux
avatar

Messages : 181


MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Mar 2 Mar - 16:58

Antonio restait figé sur place alors que son esprit réfléchissait à mille possibilités tout en prenant en compte les facteurs de risque. Et il devait avouer que l’environnement ne jouait pas à s’en faveur. La Basilique était tellement silencieuse que le moindre bruit de lutte ou même un seul cri suffirait à attirer toute l’attention sur eux, et cela, Antonio ne le permettrait pas. Il ne voulait pas que n’importe quel démon ou lycan sache qu’il était ici… de plus, personne n’ignorait que la Basilique était un endroit idéal pour venir y comploter quelque chose. Et il ne faudrait pas longtemps pour que le doute soit semé dans les esprits de ses ennemis et bien que sa présence dans un tel lieu n’avait rien à voir avec ça, cela pourrait les faire remonter jusqu’à son vrai but.

A cet instant, le démon se tourna alors vers lui et Antonio se raidit, se retenant de justesse de lâcher un sourd grognement menaçant qui se serait certainement répercuté dans toute la basilique. Il devait se ressaisir et réfléchir à une meilleure solution, car attaquer maintenant ne serait pas une idée judicieuse mais si ce démon lançait les hostilités, il n’aurait pas d’autres choix que de riposter. Lentement, il leva une main à ses côtés et ses yeux s’écarquillèrent une fraction de seconde alors que sa main se refermait sur du vide.

Bon sang !

Antonio eut l’image mentale de son épée resté sagement avec ses autres affaires et le sac de provision sur le toit du bâtiment qu’il avait quitté il y a quelques minutes. Il se maudit intérieurement, comment avait-il pût être aussi inconscient ? Courir après un démon en étant désarmé ? C’était une erreur que les jeunes loups sans expérience faisaient… mais lui ? Il serra fortement les mâchoires alors qu’il se fustigeait mentalement. Si jamais cela avait été une quelconque embuscade, il aurait été dans de beaux draps. Heureusement, le démon était seul et de ça, il en était certain.

Son œil valide fixa alors intensément le démon d’un regard à la fois menaçant et inquisiteur. Il ne l’avait encore jamais vu ici, ni dans les troupes de Botelli, ni dans aucune autre formation de démon. Un étranger ? D’où venait-il ? Dans quel but ? Etait-il une future menace ? Bien sûr qu’il en était une, tout démon n’était jamais bon pour un lycan.
Alors que toute son attention était portée sur le démon, un bruit lui parvint aux oreilles. Un bruit qu’il reconnut aisément et cela le fit sourire méchamment intérieurement. Ce battement sourd, il l’aurait reconnu entre mille. C’était le battement d’un cœur. Des battements rapides et irréguliers qui témoignaient de la peur. Le démon avait peur…

Bien, voilà qui était mieux. Et Antonio comptait bien jouer là-dessus pour obtenir quelques informations. Même s’il restait conscient que la peur pouvait parfois pousser les gens à attaquer sans réfléchir… il devait donc rester méfiant à chaque geste que ce démon pourrait faire. Il se tint sur ses gardes et tous ses muscles se tendirent quand le démon amorça alors un premier pas dans sa direction. Antonio ne le quittait pas des yeux, observant petit à petit le démon avançait lentement en avant mais se décalant petit à petit vers la gauche pour pouvoir passer à ses côtés, puis sortir de l’alcôve et filer vers la sortie.

Ce démon pensait pouvoir partir comme ça ? Si c’était vraiment le cas, Antonio lui montrerait à quel point il est bien naïf de penser ainsi. Tant pis s’il n’était pas armé, il était suffisamment aguerrit pour faire face à un seul démon. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne le laisserait pas partir tant qu’il ne serait pas certain qu’il n’était pas un futur allié de Botelli et donc une menace pour sa Meute et lui. Et s’il pouvait détruire une menace avant qu’elle ne le devienne réellement, alors ça ne pouvait être que bien.

Aussi immobile qu’une statue, il suivait calmement des yeux la progression du démon et la distance qui les séparait. Vingt mètres. Dix mètres. Vingt pas. Dix pas. Cinq pas. Trois pas.

A cet instant, d’un mouvement vif et rapide, Antonio bougea alors et se mit sur la trajectoire du démon, lui coupant toute retraite et se retrouvant à deux pas de lui. Prêt à lui infliger un coup si jamais le démon se prenait l’envie de résister. Mais la distance entre eux était si minime maintenant que l'odorat d'Antonio fut pleinement agresser par la succulente odeur du démon. Il avait été tellement choqué par sa découverte qu'il l'avait presque oublié.... mais maintenant... impossible de le faire... Le loup serra fortement le poing, se plantant les ongles dans la paume pour tenter de passer outre cette odeur qui malgré lui le faisait à nouveau frissonner.

« Concentre-toi, pour l'amour de Dieu ! » Se réprimanda-t-il.

Son œil noisette se vrilla dans les deux onyx du démon, le regardant avec un air à la fois menaçant et suspicieux.

« - Doucement mon ami. Toi et moi, on ne va pas se quitter si rapidement. » Lui dit-il d’une voix qui ne cachait en rien ses intentions menaçante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aza Rhys
Peintre amateur
Peintre amateur
avatar

Messages : 211

Âge : 26

MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Mar 2 Mar - 20:19

Quel démon valeureux il était! Fuir devant l'adversité, si ce n'était pas juste pitoyable. En même temps, il n'avait aucune aptitude pour le combat et n'avait ni arme, ni pouvoir afin de se construire une piètre défense. Il fût tout de même rassuré de ne voir aucun matériel de combat chez son vis-à-vis, du moins, celui-ci n'était visible à ses yeux. Il inspira un bol d'air qu'il expira de suite, essayant d'afficher une certaine contenance. Ce lycan devait être ravi de le voir dans cet état.

Lui qui ne désirait aucun ennuis, qui avait voulu simplement passé une journée agréable et sans souci... Il était servi. Pourtant le démon ne constituait une menace pour quiconque. Jamais il était venu dans l'intention de faire du mal à une tierce personne. Aza n'était même pas au courant des complots qui se tramaient dans la ville de Venise et même si il l'avait été, jamais il n'aurait désiré y participer. De toute façon, d'un camp comme dans l'autre, il n'aurait su aider. Il ne l'aurait certainement pas voulu, surtout. Son seul but était de mettre la main sur le fils du vieil homme afin de lui remettre la lettre, et rien d'autre.

Les bains de sang n'avaient été ce qu'il aimait le plus. Et il se refusait de participer à quoi que se soit de tel. Il avançait prudemment vers l'homme sans avoir nul autre choix. Si l'artiste était totalement désarmé face à lui, l'individu au contraire avait largement de quoi réprimer n'importe quel geste de défense qu'il pourrait commettre. Étant un lycan d'origine, il avait encore ces armes naturelles. Le démon lui, était comme une fragile proie faisant face à un féroce prédateur.

Ses pas étaient assez hésitant, mais en même temps, il n'avait guère d'autres options. Il pouvait toujours tenter de lui échapper, même si cette simple idée semblait complètement ridicule. Venise ne paraissait plus si accueillante que ça, finalement. Le regard qu'il lui lançait le pesait énormément. Il s'interrogea sur l'origine de ce geste. Pourquoi l'observait-il avec autant d'insistance et de méfiance ? Il n'avait pourtant rien fait pour attirer ces foudres. D'ailleurs, il n'avait rien accomplit pour attirer les foudres de quiconque à Venise.

Lui qui était toujours polit, qui débordait d'une générosité excessive... C'était un comble qu'on lui veuille du mal. La distance se raccourcit à chaque pas qu'il franchissait avec de plus en plus d'appréhension. Ils ne se quittèrent des yeux une seule fois. Lui essayant de fuir, l'autre attendant le bon moment afin de l'interpeller.

Finalement, son présent ennemi lui barra la route lorsqu'il fut à quelques pas l'un de l'autre. Il regretta vaguement de ne savoir se défendre, cela aurait été utile ce coup ci, même si l'idée même de se battre l'abhorrait entièrement. Il se retenu de sursauter lorsqu'il surgit devant lui. Bien entendu, il avait parfaitement deviné qu'il ne le laisserait prendre la poudre d'escampette mais cela ne l'empêcha d'être surpris par la vitesse de cet homme.

Il se pinça la lèvre inférieur en une expression en rien aguichante. Il était dans la mouise, jusqu'au cou. Aza se doutait bien que le lycan ne se terrait devant lui seulement pour converser. L'artiste ne connaissait ce qu'il désirait de sa simple personne. Il n'allait tarder à en connaître la raison, même si il n'était nullement pressé. L'atmosphère semblait s'être refroidie autour des deux hommes.

Même si la peur envahissait son corps, jamais il ne baisserait les yeux devant lui. C'était un sentiment tout à fait normal lorsque l'on affrontait un adversaire d'un niveau beaucoup plus supérieur au sien. Il croisa les bras sur son torse, comme pour se protéger d'un bouclier invisible à l'oeil nu. Le démon ne remarqua à peine la résistance que devait produire son homologue face à sa présence, face à son odeur. Et à vrai dire, c'était le cadet de ses préoccupations.

« - Doucement mon ami. Toi et moi, on ne va pas se quitter si rapidement. » Sa voix annonçait clairement le ton qu'allait prendre cette petite entrevue.

C'est pas l'envie qui manque, pourtant...

Il aurait voulu fuir aussi loin qu'il le pouvait et disparaître durant plusieurs jours dans son atelier. Là au moins, il était sur de ne jamais tomber sur ce genre de personne. Dans d'autres circonstances, il aurait pris le temps de le détaillé et d'apprécier ce que la nature lui avait confié. Il était indéniable que cet homme était d'une grande beauté. La couleur noisette de ces yeux était adorable, mais néanmoins froide. Ces cheveux châtains semblaient agréable au toucher...

Mais c'était surtout son regard et son charisme qui charmait et troublait faiblement le jeune démon. Mais le moment n'était fait pour s'extasier sur le physique d'un être qui pourrait vous éliminer d'un simple coup de patte. Ses mains enserraient son corps plus fortement. Cette situation le dépassait, amplement. Ces sourcils étaient légèrement froncés, affichant son anxiété à son vis-à-vis. Le démon se sentait faible face à lui, et dieu seul savait comme c'était agaçant de ressentir ce sentiment.

« Que me vous voulez vous ? » Interrogea-t-il de sa voix douce et sans aucune animosité. Aza avait fourni un effort surhumain pour que celle-ci ne tremble. Même si la peur dominait, la politesse restait. Et puis, il se voyait mal l'agresser verbalement alors qu'il était en position de faiblesse. Espérait-il juste que cette conversation s'achève au plus vite...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonio Calzolàio
Dominant intérimaire de la Première Meute
Loup dangereux
Dominant intérimaire de la Première MeuteLoup dangereux
avatar

Messages : 181


MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Mer 3 Mar - 0:12

Antonio pouvait sentir la peur suinter de tous les pores de la peau du démon. Il l’avait déjà sentit quand il s’était retrouvé qu’à quelques pas de lui, mais maintenant, c’était plus que flagrant et un sourire narquois fleurit sur les lèvres du loup. Sourire qui s’agrandit légèrement quand le démon croisa les bras dans une veine tentative de protection. C’était une manie qu’il avait souvent remarqué chez les gens, notamment les mortels, quand ils se sentaient menacés ou en difficultés ils croisaient les bras devant eux. Antonio avait toujours trouvé ça risible car à ses yeux, ce n’était pas ça qui les protégeraient d’un coup de patte dévastateur ou un éclair foudroyant démoniaque.

Quoi qu’il en soit, même un louveteau aurait parfaitement vu que ce démon était aussi inoffensif qu’un agneau tout juste sorti du ventre de sa mère. Cet interrogatoire ne rimait donc à rien, jamais Botelli n’aurait fait appel aux services d’un tel démon… à moins qu’il ne cache bien son jeu… mais en toute franchise, Antonio en doutait fort, et il ne s’était jamais trompé sur quelqu’un.
Son œil descendit le long du corps du démon, l’évaluant rapidement d’un air critique. Pas assez musclé. Trop élancé. Trop petit.

Non franchement, Antonio perdait son temps avec lui, et valait donc mieux pour lui qu’il retourne d’où il venait avant de s’attirer des ennuis qui le mettrait dans une situation hasardeuse.

La voix du démon s’éleva alors doucement dans les airs, une voix douce et poli. Pas une voix de démon qui vivait pour tuer. Et rare était les démons polis. Non, celui-là avait une voix trop calme, ce qui confirmait les pensées du loup, ce démon n’était visiblement pas un combattant. Et encore moins un combattant de Botelli. Antonio se mordit la lèvre pour retenir le rire un brin moqueur qui lui remontait la gorge à la pensé de ce démon-là pouvant le combattre un jour, précisément durant LE jour or il avait peur de lui alors que le loup n’avait fait que rester immobile… risible, vraiment très risible. Mais ses efforts pour cacher son amusement devaient être vains car son œil pétillant devait très certainement le trahir.

Il se pencha vers le démon pour lui répondre, se faisant, son nez vint frôler une longue mèche de cheveux noirs qui cascadait autour du visage de poupon du démon. Il prit une profonde inspiration malgré lui, s’enivrant une dernière fois de cette étrange odeur qui le rendait complètement fou avant de lui répondre.

« - Rien. » Souffla-t-il dans son oreille. « - Tu n’en vaux pas la peine finalement. »

Il se redressa, puis sans rien ajouter d’autre et sans plus jeter un seul regard au démon, il tourna les talons et s’éloigna. Se désintéressant complètement du démon à qui il tournait le dos et tâchant de le faire sortir de sa tête, lui et cette odeur qui l’avait poussé jusqu’ici.

Il était temps de cesser de jouer maintenant. Il avait des choses plus importantes à faire que de courir après un démon couard et sentant délicieusement bon mais s’il continuait à trainer ainsi, les membres de la Meute risqueraient de s’inquiéter et de sortir à sa recherche. Après tout, cela faisait depuis ce matin qu’il était parti sans prévenir personne, bien sûr, c’était une chose qu’il faisait très souvent, en temps normal, Antonio ne partageait pas grand-chose avec la Meute quand cela ne la concernait pas directement, mais il veillait toujours à ne pas trainer trop longtemps pour ne pas les inquiéter alors il devrait donc se mettre en route au plus vite. Sans oublier qu’il devait d’abord faire un détour pour récupérer son épée et les victuailles qu’il avait abandonné sans plus d’inquiétude derrière lui. Il espérait qu’un démon ne soit pas tombé dessus… encore pour les victuailles, il s’en fichait, ce n’était que matériel, mais son épée par contre…

Prenant un air aussi décontracté que possible, il entreprit de faire marche arrière jusqu’à la sortie de la basilique, captant un mouvement suspicieux dans un coin d’ombre au fond de la nef, il baissa la tête pour tenter de camoufler un tant soi peu son visage derrière ses longues mèches de cheveux pour éviter qu’un quelconque individu le remarque ou ne le reconnaisse. Puis, il marcha à grand pas vers les portes de la Basilique, bien décidé à sortir de cet endroit et de ne plus y remettre les pieds avant bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aza Rhys
Peintre amateur
Peintre amateur
avatar

Messages : 211

Âge : 26

MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Mer 3 Mar - 18:56

Les apparences pouvaient être parfois trompeuses... Bon, il était vrai que dans son cas, ce proverbe était complètement faux. Son apparence reflétait véritablement son être. Il aurait voulu devenir un autre; plus fort, plus charismatique... Mais on ne changeait d'allure comme on le souhaitait. Et d'ailleurs, il n'avait jamais eu à confronter ce type de problème auparavant. Et c'est inconnu se moquait implicitement de son physique et de la peur qu'il pouvait ressentir.

Il était au courant que sa condition laissait à désirer pour un quelconque combat au corps à corps - et même autres styles. Aussi, il ne voulait battre un individu. Généralement, il évitait juste les ennuis lorsqu'une personne ou une situation ne lui était favorable. Rien de plus. Ses sourcils se froncèrent doucement, mais nullement emprunt d'une inquiétude démesurée. Ce lycan commençait lentement à l'agacer. Il se fichait de lui, ouvertement qui plus est. Le loup avait beau se contenir, son oeil visible brillait clairement d'une étincelle railleuse.

Pour qui se prenait-il pour ainsi le juger, ce jeune loup dont l'éducation égalait son manque de courtoisie ? Devait-on être conditionné pour la bataille pour obtenir une faible considération, dans cette ville ? Alors oui, il en avait nullement le droit. Aza n'avait aucune aptitude dans ce domaine, et il n'en désirait aucune. Il n'y avait que les imbéciles pour s'entre-tuer, lui n'en faisait parti.

Lorsque le jeune loup se pencha à son oreille, il ne fit aucun mouvement. Même si la colère grimpait doucement en lui, l'anxiété était toujours présentes mais elle s'était amoindrie. Dans son regard, il pouvait lire qu'il ne le considérait absolument plus comme une menace. En même temps, jamais il n'en avait vraiment constituer une. La phrase susurrée le rendit de glace.

« - Rien. Tu n'en vaux pas la peine finalement. »

Le lycan ne dit rien de plus, se contentant de cette réplique mordante pour ensuite abandonner le démon sur place. L'artiste en resta pantois.

Bienvenu à Venise pensa-t-il.

Il n'était certainement pas aussi courageux que lui, certes, mais il n'avait aucune raison de l'insulter de la sorte. Cet homme pensait que la discussion était close mais pour lui, elle ne le serait nullement. Du moins, il ne la laisserait s'achever ainsi. Il faisait face peut-être à une personne un tantinet couarde, mais lorsque l'on alimentait le feu, il fallait s'attendre parfois à se brûler. Peut-être était-il aussi faible qu'un agneau mais même ce dernier pouvait montrer une certaine férocité.

Ce lycan avait eu le don de gâcher sa bonne humeur de la matinée. Il n'allait le laisser filer d'entre ses filets. Il pouvait se dépêcher autant qu'il le souhaitait, Le démon était décidé à le suivre et lui barrer la route et surtout, qu'il lui fournisse des excuses. Poltron, peut-être. Mais un poltron borné et impulsif.

Finalement, il revint sur ces pas à grande enjambée. L'artiste avait nul besoin de son pouvoir pour deviner que l'homme prenait la sortie. Il se contre fichait des regards inhospitaliers qu'on lui portait alors qu'il était pratiquement en train de courir dans le lieu saint, rasant les murs. Rien n'avait plus d'importance que de rattraper l'individu. C'était comme une idée fixe qu'on avait encré dans son esprit. Et il l'aurait, sans aucun doute possible. à l'habituelle, il ne s'offensait point lorsque de blessantes paroles faisaient siffler ses oreilles mais elles étaient toujours justifiées. A la différence de celle-ci qu'il ne méritait absolument pas.

Les commerces allaient devoir patienter encore un moment, le temps de régler ce petit problème de politesse. Le démon n'était plus très loin, à présent. Il ralentit un peu l'allure, faisant de petits et rapides pas. Jusqu'à ce qu'il le vit, il allait s'apprêter à descendre les quelques marches afin de rejoindre la place. L'artiste accéléra alors, le doublant pour lui bloquer le passage. Aza était bien décidé à obtenir ces excuses.

Il planta son regard aux apparences froides dans l'oeil noisette de son homologue.

« Pour qui vous prenez vous !? Vous foudroyez les gens du regard, vous leur riez pratiquement au nez et ensuite vous les insultez en disparaissant comme si de rien n'était. Où vous a-t-on appris les bonnes manières, jeune homme ?! » Il fit une brève pause. Il ne pensait même plus avoir peur et de toute façon, il était tellement en rogne qu'il ne prêtait attention à la voix qui le semait de se calmer. « Vous pouvez être sur que je ne vous laisserais pas en paix tant que je n'aurais eu satisfaction. Et par là, j'entends bien sûr des excuses. » Ses bras se croisèrent sur son torse, en une position d'attente cette fois. Un de ses pieds était posé sur une marche supérieur à l'autre. La grandeur de l'homme se faisait d'autant plus forte et impressionnante. Son regard sombre était dur, mais nullement menaçant. Il ne demandait pas grand chose, à vrai dire.



[j'ferais mieux au prochain, j't'assure ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonio Calzolàio
Dominant intérimaire de la Première Meute
Loup dangereux
Dominant intérimaire de la Première MeuteLoup dangereux
avatar

Messages : 181


MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Mer 3 Mar - 22:08

Antonio passa les portes de la Basilique en poussant un petit soupir et leva un bras à hauteur de son visage pour protéger son œil alors que la lumière de l’extérieur lui agressait la pupille après avoir passé tant de temps dans la Basilique où il faisait plus sombre à l’intérieur. Il marqua une courte pause de quelques secondes le temps de s’habituer à la luminosité avant de reprendre son avancée. Puis il reprit tranquillement son avancée sans plus se soucier de ce qui venait de se passer.

Cependant, sa tranquillité fut d’une très courte durée car à peine avait-il entamé la descente des marches de la Basilique qu’une furie brune le dépassa pour ensuite se poster droit sur son chemin. Il l’avait reconnu presque aussitôt, son étrange odeur ayant suivit son mouvement, laissant une vive trainée derrière lui. Antonio sentit à nouveau son succulente fragrance attaquer son odorat et lui causer des fourmillements partout dans le corps.

Bien que de savoir que le porteur de cette odeur était un démon et que cela avait largement refroidi ses ardeurs, cela n’empêchait pas la bête qui sommeillait en lui de se mettre à rugir d’envie à chaque fois qu’il la sentait. Antonio retint de justesse un véritable grognement animal alors qu’il plantait froidement son seul œil visible dans le regard noir de son vis-à-vis. Il n’avait qu’une envie, c’était de repousser le démon hors de son chemin et de s’enfuir en courant pour ne plus jamais avoir à sentir ça, ni à ressentir ça. Mais que lui arrivait-il donc ?

Seigneur, est-ce qu’au moins ce démon avait-il conscience de ce qu’il lui faisait subir ? A voir comment il venait de le rattraper, visiblement, il ne savait pas.

Antonio n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche pour dire quoi que se soit ou même faire un geste pour écarter le nuisible démon de sa route que ce dernier se mettait à déblatérer à vive allure sur son manque de politesse. De toute évidence, le petit était énervé et Antonio était légèrement stupéfait de son audace. Rare étaient ceux qui jusqu’à présent avait osé élever la voix contre lui… il y en avait eu que deux dans sa vie : son père et Angelo. Il était trop jeune quand son père le faisait, mais du temps d’Angelo, généralement ça se terminait toujours en lutte, même si c’était à chaque fois pour finir à terre, entièrement maitrisé par son mentor. Et quand Angelo s’en était allé à son tour, il n’avait jamais laissé personne d’autre lui manquer de respect comme ce démon.

S’ils n’avaient pas été en public, Antonio l’aurait immédiatement fait taire d’un coup de griffe propre et efficace au niveau du cou. Puis il aurait abandonné son cadavre sanguinolent sans le moindre état d’âme. Oh oui, le démon avait beaucoup de chance mais il ne fallait pas non plus continuer à le pousser à bout. Parce que public ou pas public, il finirait par lui arracher la langue s’il continuait sur cette voie-là.

Il garda un visage neutre alors qu’il écoutait le démon déverser sa colère en son encontre. Une partie de lui était amusé de le voir agir ainsi, comme un enfant qui voulait se faire respecter par son parent. Mais l’autre partie de lui était excédé de le voir agir ainsi.

Ses yeux prirent une teinte plus froide, plus menaçante. Et quand il vit le démon prendre la pose, croisant les bras sur sa poitrine et semblant attendre quelque chose, Antonio en conclut qu’il avait terminé.

Sa voix froide s’éleva alors dans l’air, aussi claquante qu’un fouet.

« - Finalement tu n’es peut-être pas aussi poltron que je le pensais. Mais tu dois certainement être très stupide. »

Il lui fit un léger sourire moqueur avant de reprendre son air froid et impassible.

« - Je t’ai pris pour ce que tu n’étais pas et j’en suis resté là, tu devrais t’en sentir soulagé au lieu d'oser venir me demander des comptes. » Déclara-t-il, la mâchoire serrée. « - Tu attends quoi de moi maintenant ? Des excuses ? »

Il eut un rire cynique à ces mots.

« - N’y compte pas gamin, si c’est vraiment ce que tu attends, tu es tombé sur la mauvaise personne. »

Puis il fit un pas en avant, descendant les quelques marches qui les séparait et vint se planter directement devant le démon, le dépassant d’une bonne tête, et il plongea son regard dans celui qui lui barrait le chemin, le défiant mentalement de rester une seconde de plus immobile.

Il comptait bien continuer sa route, mais il ne le contournerait pas. Il attendrait que le démon s’écarte de lui-même, piteusement, et s’il ne le faisait pas, alors Antonio comptait bien le faire bouger à sa manière, et quelque chose lui disait que ça ne serait peut-être pas du gout de son obstacle vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aza Rhys
Peintre amateur
Peintre amateur
avatar

Messages : 211

Âge : 26

MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Jeu 4 Mar - 23:06

Honnêtement, il ne comprenait cette agressivité gratuite envers sa personne. Tout cela parce qu'il était démon, simplement. Il ne fallait le cataloguer de suite de monstre sans coeur ou encore tueur au sang froid. Visiblement, ce n'était les termes pour le qualifier. Il n'avait rien du démon que l'on contait dans les légendes. Il ne supportait d'ailleurs aucune comparaison avec lui. Comme il ne supportait également de se faire insulter de lâche. Il avouait qu'il n'était franchement courageux, mais lorsqu'on ne détenait aucun moyen afin de rivaliser face à un quelconque adversaire, si vous voulez vivre la dernière des solutions était encore de fuir.

Ce n'était pas qu'il était involontairement couard, seulement qu'il tenait un temps sois peu à la vie. L'artiste avait toujours vécu ainsi, pour ainsi dire. Toujours il fuyait. Aza avait hérité cette qualité de ses parents, il fallait le croire. Aussi courageux qu'eux. Aussi déterminé et fier qu'eux... Heureusement pour lui qu'ils n'aient eu la volonté de le garder. Sans cela, jamais il n'aurait su rencontrer le vieil homme, l'être qui lui était le plus cher au monde. Qui lui est le plus cher au monde. Finalement, il était assez fier de son parcours.

Il était évident que si il avait été doter d'un quelconque don ayant le pouvoir de lui faire ravaler ces sourires, il les aurait utiliser avec grande joie. Mais même sans don perfectionné et efficace, le démon saurait lui faire regretter ces paroles. Les mots pouvaient être aussi employés comme arme, et surtout, ils savaient être aussi redoutables qu'elle.

Il s'était décidé à le rattraper, la simple idée d'obtenir une quelconque forme d'excuse face à son impolitesse comme force afin de guider ses pas. Et lorsqu'il fut devant lui, lui barrant la route de son simple corps, le démon lui dit le fond de sa pensée sur son geste. Oh, c'était peut-être idiot, oui. Cela, il ne le niait nullement. Sous sa présente colère, il ne remarqua vraiment les réactions de son homologue. Il n'en faisait attention, surtout. Et il s'en fichait éperdument, aussi. Tout ce qu'il désirait était des excuses, de simples et inoffensives excuses.

Alors qu'il croisait les bras, signe qu'il n'allait certainement pas se déplacer pour ces beaux yeux tant qu'il n'aurait été satisfait, le jeune loup pris à son tour la parole d'une voix glaciale. Essayait-il de l'impressionner ? Sûrement. Mais à cet instant, la peur avait fuit son corps. Et ce ne serait certainement pas en adoptant une voix sous entendant 'malheur et massacre si jamais tu osais défier le maître' qu'il allait se plier si facilement.

Il continuait de l'insulter. Encore. N'avait-il point saisi le sens de ces paroles ? Où simplement, l'homme les niait. De toute manière, il obtiendrait satisfaction d'une façon ou du autre, et peut importe le temps que cela prendrait. Un sourire moqueur se dessina un bref instant sur ces lèvres, achevant sa première réplique, mais son visage redevint inexpressif lorsqu'il reprit la parole sous l'écoute d'un démon excédé par autant de fierté. Un de ses sourcils se souleva à l'entente du rire qu'il lui porta. Un rire moqueur et méchant.

Aza leva également les yeux au ciel. Ce fut en décrochant le regard du sien qu'il la vit. Sa main ou des larmes du liquide carmin coulaient faiblement de celle-ci. Ce détail ne lui fut accordé qu'une courte seconde à ses yeux las, son regard de jais affrontait de nouveau celui noisette du lycan, plus proche de lui à présent. Le démon ne faiblit, et restait courageusement immobile face à cet être qui dégageait une aura menaçante, défiante.

Il l'évalua brièvement, ses perles sombres au fond de ceux, plus claires, de son vis-à-vis. Un faible sourire éclaira son visage de poupée, bien moins cynique de celui qui avait orné les lèvres du loup précédemment. Il semblait presque doux.

« Vous êtes dans le juste, finalement. Je n'aurais du poursuivre une personne qui se prends pour ce qu'il n'est. Pour cela, c'était idiot de ma part. Vous ne valez également pas la peine que je m'emporte pour si peu. » Sa main plongea dans l'une de ces poches pour en sortir un fin tissu de soie, et dans un même mouvement, Aza lui appuya ce même tissu contre son torse.« Pour votre main. » Fit-il presque mystérieusement. Comme pour répondre au souhait du jeune loup, il se décala finalement et décida d'abandonner cet être. Il ne vérifia si l'homme avait pris possession de son bien que déjà, il quittait les lieux.

« Au plaisir de ne plus vous voir. » Lança-t-il pour finir, s'éloignant de lui.

Les commerces allaient devoir se passer complètement de sa présence aujourd'hui, il n'avait plus le coeur de terminer sa visite des lieux. Il profiterait de la fin de cette journée par une tout autre activité, et dieu seul savait combien il en avait besoin pour le moment. Se plonger dans l'art, sa passion, afin de décompresser et d'éloigner les mauvais états d'âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antonio Calzolàio
Dominant intérimaire de la Première Meute
Loup dangereux
Dominant intérimaire de la Première MeuteLoup dangereux
avatar

Messages : 181


MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Ven 5 Mar - 13:44

Antonio eut un sourire désabusé alors que les mots du démon lui faisaient plus de mal qu’il ne voulait bien l’avouer. Effectivement, il se prenait pour ce qu’il n’était pas, il se cachait derrière un mur épais en projetant aux autres une image qui n’était pas lui. Il se faisait passer pour quelqu’un de sûr de lui, de respectable, de confiant… alors qu’il n’était qu’une parjure. Un être incapable de ressentir quoi que se soit, qui considérait sa Meute comme un poids sur ses épaules, un loup qui tuait ses semblables sans sourciller, et un être si impulsif et violent par moment qu’il en devenait dangereux pour ses proches.
Et il donnait l’impression d’être quelqu’un de fort, de connaitre sa force, alors qu’en réalité, il avait des sueurs froides rien qu’à la pensée que très prochainement, il serait face à Botelli et à sa garde personnelles, des démons puissants qui pouvaient tout détruire d’un claquement de doigt.
Alors oui, il avait ses propres craintes, mais non, il ne les montrerait jamais. Et si pour cela il devait paraître vaniteux, trop confiant et imbu de lui-même, alors qu’il en soit ainsi.

Et également, il n’en valait pas la peine lui non plus, mais ça, il n’avait pas besoin de se l’entendre dire pour le savoir, il le savait depuis de très nombreuses années déjà. Peut-être même que ce démon valait plus que lui finalement, il l’avait mal jugé depuis le début, alors pourquoi pas là-dessus ?

Ce démon ne savait pas à quel point ses mots étaient véridiques. Mais Antonio préféra ne rien dire. A quoi bon ? Ses états d’âmes ne regardaient que lui, il ne comptait pas en faire un étalage public, et encore moins devant un démon qu’il ne connaissait point.
Il se contenta donc de garder un visage impassible, ne trahissant aucune émotion tandis que ses yeux ne quittaient pas son interlocuteur.

Il fut complètement prit au dépourvu quand le démon plongea alors la main dans une de ses poches, et avant que le loup ait pu réagir ou reculer en qu’à t’attaque, il sentit le démon presser quelque chose contre son torse. Antonio leva alors une main à sa poitrine pour rattraper le morceau de tissu que le démon venait de lui donner. Pour sa main, avait-il expliqué.
Sans comprendre, le loup observa alors sa main pour s’apercevoir alors que sa paume saignait légèrement. A force de serrer fortement les poings pour combattre son ‘obsession’, il s’était plantait les ongles dans la peau, jusqu’au sang et à présent de fins filets carmins gouttaient le long de ses doigts.

Quel genre de démon donnait un tissu à un lycan pour qu’il panse ses blessures ? Certainement pas le genre de démon qu’il avait côtoyé jusqu’à maintenant.

Antonio ne le remercia pas, il se contenta de refermer le poing sur le morceau de tissu et de regarder le démon en fronçant les sourcils, complètement perdu par les réactions de ce dernier. Et quand bien même il aurait voulu adresser le moindre mot, il n’en aurait pas eu le temps car le jeune démon brun avait déjà prit congé de lui, se détournant sans plus chercher à discuter et souhaitant qu’ils ne se recroisent plus jamais.

« - Tss… » Fit Antonio alors qu’il restait immobile sur les marches de la basilique, observant la silhouette du démon disparaitre dans la foule. « - Bon vent… » Murmura-t-il à haute voix pour lui-même.

Lui aussi ne souhaitait plus jamais recroisé ce démon aux senteurs… déroutantes. Il ne comprenait toujours pas, et il ne comptait pas chercher à comprendre. Il ne le reverrait plus jamais, alors pourquoi devrait-il se poser des questions sur ce phénomène ?

Quand le démon fut complètement hors de vue, Antonio entreprit à son tour de repartir d’où il venait. Ses affaires l’attendaient. La meute l’attendait. Discrètement, il regagna les toits de la ville et rejoignit l’endroit où il avait laissé ses effets personnel. A son plus grand soulagement, son épée était toujours là où il l’avait laissé, ce qui le débarrassait d’un grand poids car il ne se serait pas sentit d’humeur à ratisser toute la ville pour retrouver le marchand ambulant qui vendrait surement cette fine lame pour en tirer un bon prix.

Alors qu’il s’agenouillait pour rassembler ses affaires, il remarqua alors que son poing était toujours serré autour du morceau de tissu que le démon lui avait donné. Il aurait dû le jeter à la seconde même où il l’avait obtenu, ça aurait mieux valu, mais à la place, Antonio l’avait gardé. Il desserra la main et l’observa. C’était un simple tissu blanc, maintenant légèrement tâché de son sang, sans aucun autre artifice. Aucune broderie, aucune armoirie, aucune initiale… ce tissu entièrement blanc était à l’image de son propriétaire : incolore. On ne savait rien sur lui.

Sans vraiment sans rendre compte, il le porta à son nez et le renifla, provoquant depuis très longtemps, l’accélération des battements de son cœur. Ce mouchoir portait l’odeur du démon. Elle n’était pas aussi forte qu’elle l’avait été quand elle provenait du démon lui-même, mais elle était quand même présente.

Son côté raisonnable lui conseilla de se débarrasser de ce vulgaire bout de chiffon. Qu’il n’en avait de toute façon pas besoin et que cette odeur était néfaste pour lui, qu’il ne devrait plus avoir la moindre effluve à proximité pour y penser sans cesse…

Mais pour une fois, il n’avait pas envie d’être raisonnable.

Il entoura la paume de sa main avec le mouchoir avant de rassembler ses affaires et de se mettre en route vers son ‘chez lui’.

De toute façon, il ne reverrait plus jamais ce démon, alors quel mal y avait-il à garder ce mouchoir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aza Rhys
Peintre amateur
Peintre amateur
avatar

Messages : 211

Âge : 26

MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   Sam 6 Mar - 19:08

[ Topic terminé ]

Suite: Soirée épique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entêtante obsession [PV Aza]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entêtante obsession [PV Aza]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venise la Magnifique :: Basilique San Marco-