Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Otto Tuuli
Alchimiste détective
Adorateur de lapins
Alchimiste détectiveAdorateur de lapins
avatar

Messages : 18


MessageSujet: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Dim 28 Fév - 21:52

- Otto, encore une fois, il a réussi à s’échapper.
- J’en suis sincèrement navré !
- Alors, pour te punir de ta nonchalance, je te demande de me trouver qui a bien put assassiner Rosario Parvati.
- Je ferais tout ce que vous me demanderez !
- Je te conseille d’aller demander a Milo, il doit être encore au pont des soupirs…
- Très bien ! Alors, avec votre permission, je dois y aller !


Et c’est ainsi qu’un jeune garçon aux cheveux couleur rouilles, sort en courant d’une vieille maison, en ne prenant pas garde à un chat blanc, dont il marche sur la queue de monsieur le félin du voisin, et tombe à la renverse, pendant que le matou miaule de mécontentement et semble rentrer dans la maison en se demandant pourquoi Otto est aussi maladroit qu’il est intelligent.
Enfin, voilà que le jeune garçon place son bandeau sur son œil et court aussi vite qu’il peut, autant aller vite pour vite terminer cette affaire. Même si sûrement Milo allait encore l’embêter avec le fait qu’il était maladroit et de l’origine de son œil droit. Mais dans un sens, l’homme qui était un vieil ami de celui qui lui donnait tout son travail, allait peut-être lui donner quelques informations sur la mort de Kiaull.
Il c’était toujours demandé comment Milo faisait pour trouver autant d’informations sur tous ses gens. Certaines rumeurs disaient qu’il n’était même pas humain. Mais bon, il n’avait rien d’un démon, alors Otto ne voyait pas en quoi il ne pouvait pas être humain.

Il finit donc par arriver au pont des soupirs, ce pont réputé pour le nombre de soupirs laissé par les gens…Enfin, non, si ça se trouve il ne s’appelait pas comme ça à cause de cette raison, mais Otto le supposait. Sûrement que Milo connaissait la raison de ce nom tellement bizarre. Il faudrait qu’il lui demande. Le jeune roux souriait, tout content, mais finit par réfléchir.
Rosario Parvati, jeune homme avec un nom de fille, âgé de 29 ans, qui passait son temps de ci de là à raconter des piques sur le dos des filles qu’il draguait, sûrement que c’était l’une d’elle qui lui avait ôté la vie. Mais, ça pouvait aussi être tout autre chose peut-être. Toutes les situations étaient bien possibles. Et pour quelques indices et rumeurs, il y avait Milo. Marchant ainsi donc, il ne prit pas garde à ce bout de caillou plus grand que les autres. Oui, ce caillou qui n’était pas conforme, qui n’avait pas une petite taille, et qui dépassait d’un centimètre à peine des autres cailloux. Et Otto tombe par terre. Comme ça parce que ses pieds s’emmêlèrent entre eux. Bam.


- Aieeee !

Gémit-il une fois par terre. Bon d’accord, ce n’était que la trois cent millième fois qu’il tombait de la semaine, et la dix milliardième de fois qu’il tombait en un mois, à force il devrait être habitué, non ? Enfin, il releva sa tête et découvrir qu’en face de lui, il y a quelque chose.

- Bonjour ?

Dit-il avec un sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Raven
Confiseur ~
Informateur de la Deuxième Meute
Confiseur ~Informateur de la Deuxième Meute
avatar

Messages : 88


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Ven 5 Mar - 22:30

    Le pont des soupirs.

    Portait-il se nom pour les multiples soupirs des citoyens attendant leur conjoint, pour ceux dont l’âme sœur voulue n’est jamais venue, pour ces prisonniers qui ne voyaient là que leur derniers souvenir avant l’ombre, pour ces enfants seul, recherchant une raison de vivre, ou tout simplement pour ces passants soupirant pour une cause connue d’eux seul ? Ou alors était ce là une extravagance d’un haut placé, lui faisant porter se nom pour simplement faire parler les gens ?

    Mais Neil ne savait pas. Oui, il ne savait pas, chose rare. Mais le pourquoi du comment le pont sur lequel il se trouvait actuellement portait ce nom ne l’intéressait pas plus que ça, il aimait la part de mystère que lui offrait cette passerelle et ne voulait pas découvrir, peut-être était ce pour lui une façon de se prouvait qu’il ne connaissait pas la totalité des choses.

    Le monde de mit à tanguer, mais cela ne le troubla pas. Avant, arrière, Neil se balançait, mordillant une sucette aussi ronde que la pleine lune, une spirale partant de son centre pour tourner en rond mélangeant les couleurs orange et rose de la sucrerie. Comme un enfant en plein raisonnement, accroupi, ses mains pendant dans le vide, ses coudes sur ses cuisses, Neil se trouvait présentement sur un de pilier du pont, regardant les passants distraitement, ceux-ci lui lançant des regards étranges, le trouvant sans doute fou. Sa cape blanche volait doucement derrière lui, affrontant le vide et l’eau, faisant sursauter les voyageurs naviguant sur les gondoles.

    Un crac survint, faisant à nouveau sursauter les passants, et le regardant se demandant s’il était enfin tombé. Les décevant pourtant, Neil venait tout juste de mordre dans sa sucette, donnant ainsi cour à ses réflexions, le ramenant peu à peu à la réalité. Un sourire naquit sur ses lèvres, cachant ses débats intérieurs derrière son masque. Il arrêta de se balancer, parcourant la foule qui passait sur le pont, du regard analysant tout ce qui croisait ses yeux rouges, la jeune fille solitaire à la recherche de l’amour, le couple adultère, le vendeur de substances illicites, chaque personne passait et pourtant aucune ne faisait attention à l’autre, la jugeant trop bas gradé, trop haute ou encore inintéressante et jugée trop imparfaite pour que des yeux aussi pur que ceux des passants se posent sur elle.

    Neil soupira et un grand sourire sur ses traits, il sauta au sol, atterrissant délicatement, son manteau volant derrière lui avant de se poser dans son dos. Il ne bougea pourtant pas, son regard allant de droite à gauche avant de tomber sur quelque chose d’intéressant.

    Un homme. Pas d’élément d intéressant dans ce fait, mais cet homme avait les cheveux d’une couleur intéressante, ce qui attira son regard et le fit suivre sa marche. Il se rapprochait, chaque pas permettait à Neil de mieux le voir. Le confiseur sortit une autre sucette qu’il mit dans sa bouche, l’ancienne étant finie, et se colla à la rambarde, regardant l’homme aux cheveux couleur de rouille avancer.

    Il n’avait cependant pas prévu que ce dernier rencontre le sol de la façon la plus connue qu’il soit. Autrement dit, l’homme tomba, trébuchant sur qui semblait être un…caillou. Pour être plus précis, il tomba juste devant Neil, le nez à la hauteur de ses bottes. Il releva la tête et croisa le regard de Neil avant de lui sourire et de lui lancer un « bonjour ! ».

    Neil s’accroupi devant lui, mordillant la tige de sa sucette, tout en répondant à son sourire.

    -Bonjour. Pas trop de mal ?

    Il pencha la tête, s’appuyant sur ses genoux sans bouger dans un équilibre parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Tuuli
Alchimiste détective
Adorateur de lapins
Alchimiste détectiveAdorateur de lapins
avatar

Messages : 18


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Dim 7 Mar - 2:10

[Je m’excuse à l’avance si mes posts ne sont pas aussi bien que les tiens, en effet, je manque d’inspiration ces temps ci, et mon style n’est pas aussi bien que toi]

En face de lui il y avait quelqu’un. D’accord, c’était logique sinon Otto n’aurait pas dit ce bonjour si…Interrogatif. Mais maintenant, il voyait qui était ce quelqu’un. Un monsieur aux yeux rouges. Ah. Tiens, il se sentait moins seul. Lui qui avait des yeux vairons – même s’il en cachait un pour ne pas faire peur aux gens -. Et le monsieur – très grand vu qu’il faisait dans les 1 mètre 80 environ – avait des cheveux blanc gris. Bon, c’était un peu plus banal, mais vu l’âge qu’il devait avoir – c'est-à-dire environ dans la vingtaine d’années – ce n’était pas normal. Mais Otto ne pouvait rien dire, il avait des cheveux couleur rouilles, des yeux vairons vert et doré. Alors c’était toujours intéressant de rencontrer quelqu’un qui lui aussi avait une apparence plutôt étrange.

Dans tous les cas, qu’il soit bizarre physiquement ou pas, l’inconnu avec une sucette dans la bouche – sauf si Otto se trompait – et lui souriait, lui rendit son bonjour et lui demanda s’il ne s’était pas fait trop de mal. Ah, et bien non. Etant donné qu’Otto avait l’habitude de toujours tomber par terre. C’était comme un réflexe, une manie, un tic, dont il ne pouvait pas se débarrasser. Certes, ça lui faisait toujours mal, et ça lui laissait des marques sur ses habits et sur sa peau, genre sur ses mains et ses genoux, mais à force, il finissait tout de même par s’y habituer.
Vu qu’il tombait au moins dix fois par jour.

Il souriait toujours, et remarqua que le monsieur se tenait très bien dans une position très bizarre. Mais bon, c’était amusant dans un sens. Alors, il se mit à genoux, remit bien en place le ruban blanc cachant son œil maudit, et dans son sourire gentil et juste trop naïf – quoique…- répondit à la question de l’homme aux cheveux blancs.

- Non ça peut aller. Je tombe par terre au moins dix fois par jour alors…

Enfin, cela ne l’empêchait pas de dire toujours aie à chaque fois, et de garder des traces. Ah… Dans un sens c’était plutôt amusant à voir, ce genre de personnes, mais des fois, ça vous donne envie de vous apitoyer, voir juste de vous dire que ce gars là est complètement idiot. Il se releva doucement, épousseta ses habits, et finit par chercher des yeux Milo. Qui ne semblait pas être là. Tiens, pourtant, il était souvent sur le pont des soupirs d’habitude. Peut-être qu’il était ailleurs et qu’il allait bientôt arriver, ou juste qu’il se cachait, ou juste…Enfin bref, tout ce qu’il y avait à dire, c’était qu’il n’était pas là.

Donc, Otto reporta son attention sur le monsieur aux cheveux blancs, en souriant tout gentiment. Peut-être que lui, il saurait des trucs sur Rosario Parvati. Ou même, juste, peut-être qu’il aimait les lapins ? Il leur ressemblait en tout cas ! Le jeune garçon aux cheveux rouilles, adorait les lapins blancs aux yeux rouges, il trouvait ça tellement adorable, c’était tellement mignon un lapin ! Ainsi, de sa franchise trop naturelle, il se remit donc à parler.

- Vous aimez les lapins ? Ah, et sauriez vous quelque chose sur le meurtre de Rosario Parvati ? Un ami devait peut-être m’informer sur la cause de son décès, mais il n’est point là. Alors, je tente ma chance avec vous en vous demandant si vous savez quelque chose.

Hum.
La franchise d’Otto était plus hilarante non ? Pour qu’il soit capable de parler comme ça à un inconnu qu’il venait juste de rencontrer, à qui il avait prononcé très exactement trois phrases… Mais laissons le faire.
Voyons voir le résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Raven
Confiseur ~
Informateur de la Deuxième Meute
Confiseur ~Informateur de la Deuxième Meute
avatar

Messages : 88


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Dim 7 Mar - 15:29

    Un sourire flottait constamment sur le visage de Neil, s’amusant de la façon dont l’homme aux cheveux de rouille était tombé ou alors était ce peut être parce qu’il en avait prit l’habitude…. Le confiseur posa un coude sur son genou, plaçant son menton dans le creux de sa main, détaillant le maladroit qui lui faisait face. Ce dernier répondit alors à sa question, le surprenant, il existait des gens si maladroit qu’ils en tombaient tout le temps ? C’était une chose amusante et Neil nota qu’il n’oublierai sans doute pas cet homme de si tôt, histoire d’avoir une information de plus à placer dan son cerveau.
    Le jeune homme se releva alors, mais, surprenant Neil, il resta assis à même le sol, en plein milieu du pont des soupirs. Une autre raison pour ce nom fit son appariation dans les méandres de son esprits, peut-être que les passant soupirait d’exaspération sur ce pont pour les personnes considérées comme bizarres, comme lui ou l’homme face à lui…. Celui-ci tourna la tête dans tout les sens à la recherche de quelque chose ou quelqu’un avant de reporter son attention sur Neil qui avait penché la tête, dans une interrogation.
    Puis il parla à nouveau….de….lapin. Et là Neil perdit le fil, pourquoi dont lui parlait-on de lapin ? Il ne voyait pas le rapport entre lui, le pont et le maladroit… Mais à peine eut-il le temps de penser cela qu’il avait changé de sujet et lui parlait désormais de Rosario Parvati… Neil eut un air faussement surpris. Il connaissait certes des choses sur cet homme mais il ne partagerai pas pour autant son savoir.
    Rosario Parvati, un homme de 29 ans si ses souvenirs étaient exact, plutôt bel homme qui badinait souvent à droite et à gauche, il avait mystérieusement disparut la veille et tout portait à croire que c’était un meurtre. Pourtant le corps n’avait pas encore été retrouvé et les indices pour trouver l’assassin étaient bien rares.
    Mais Neil ne s’intéressait pas à un meurtre aussi futile, il y en avait et il y en aurait encore beaucoup dans les rues de Venise.

    Neil se redressa un peu, pourtant toujours accroupi, il se tourna vers le canal, regardant les gondoles avancer doucement sur l’eau. C’est alors qu’il vit un gros poisson, et il sourit, riant un peu.

    -Et bien et bien, n’est-ce pas un gros poisson qui nage en surface ? Ooh mais ce ne serait pas ce cher Rosario ? alala quelle décadence….

    Il regarda le corps voguer sans que personne ne s’en rende compte. Si des gens pouvaient trouver étrange de rencontrer la personne dont on parle, Neil trouvait ça amusant. Il se tourna vers l’homme aux cheveux roux, comme si le passage d’une personne morte et recherchée était une chose inutile, content pourtant de ce fait, il reprit une sucette, un sourire rieur sur ses traits.

    -Vous avez là votre réponse pour le corps de ce cher Parvati, pour ce qui est des lapins, bien que je ne vois pas le rapport dans la conversation, je n’en suis pas vraiment un fervent admirateur, bien que je ne les déteste pas.

    Il recommença à se balancer tranquillement, regardant de temps à autre le corps qui avait ralenti sa course, puis un cri retenti, quelqu’un l’avait apparemment remarqué…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Tuuli
Alchimiste détective
Adorateur de lapins
Alchimiste détectiveAdorateur de lapins
avatar

Messages : 18


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Ven 12 Mar - 23:07

Otto, lui, tout ce qu’il voulait, c’était vite trouver l’assassin de Rosario pour demander des questions à Milo à propos de Kiaull. Parce qu’il voulait faire payer à celui qui l’avait tué, il voulait même le tuer. Le broyer. Faire ce genre de chose qu’il ne ferait jamais. C’est une vengeance secrète, son plus profond secret. Après tout, ne dit-on pas qu’en chaque homme il y a une part de monstre qui y réside ? N’est ce pas là le principe du ying et du yang ?
Enfin bref, pour l’instant, tout ce qui intéressait le jeune garçon aux cheveux couleur rouille, c’était cet étrange monsieur qui aimait les sucettes, et qui ne cessait de sourire. Ah, mais Otto adorait les gens qui souriaient ! C’était mieux que tous ses témoins qu’ils voyaient entrain de pleurer encore et encore. Lui, ça faisait longtemps qu’il avait arrêté de pleurer.

Le jeune garçon voulait juste au moins une information, comme par exemple où se trouvait le corps, ça pourrait peut-être aider. Non ? Il observa l’homme regarder l’eau et les gondoles, en souriant et en riant et annonçant qu’il y avait Rosario à la surface de l’eau. Otto se pencha alors là où il regardait, et aperçu en effet, un corps qui lui semblait être celui décrit il y a quelques heures par son chef – avant qu’il ne se mette à courir après un énième coupable dont il a raté l’ « arrestation » -. Le rouille – vu qu’il n’est pas roux -, comprit pourquoi les filles aimaient tant ce dénommé Rosario Parvati. Il était plutôt beau, même mort et complètement trempé. Il regarda Neil, et remarqua alors qu’il souriait. Quel étrange personnage était-ce ! Qui était-il donc pour rire ainsi sans se soucier du fait qu’il y est un mort à quelques mètres de lui ? C’était très bien. Otto n’aurait pas eut envie de consoler une enième personne choqué ou triste, il ne savait jamais comment s’y prendre

Apparemment, l’homme aux cheveux blancs semblait ne pas si autant admirer les lapins qu’Otto, qui lui, les adoraient. Alors qu’il allait se mettra à répondre, voilà qu’un cri d’une femme sûrement, sembla retentir. Ah, quelqu’un l’avait remarqué. Il se pencha donc vers la gondole la plus proche, et tenta de lui demander d’attraper le cadavre. Bien sûr, celui-ci eut vite fait de faire demi-tour, et Otto était trop loin de chez son chef pour l’appeler. Alors…Comment allait-il se débrouiller ? Y avait-il du bord pas loin ? Oui apparemment. Bien parfait… Il enleva son haut, laissant dévoiler le tatouage en arabesque sur son bras droit, et le tendit à l’homme aux cheveux blanc. Il enleva également son bandeau blanc faisant aussi apparaître son œil doré.

- Gardez moi cela s’il vous plaît, je vous en serais très reconnaissant.

Et tout de suite après, il sauta à l’eau, et une fois qu’il fut revenu à la surface, non loin du cadavre, alors que beaucoup de gens semblaient terrifiés, apeurés, enfin bref, n’osait pas s’approcher, il créea une espèce de plaque de glace le supportant, allant jusqu’au bord le plus proche, à l’aide de son œil doré, qui se mit briller à cet instant précis.. Il grimpa sur la glace et tenta de soulever le cadavre, sans y parvenir. Otto n’avait pas de force.

- Je vous en prie, quelqu’un peut-il récupérer Monsieur Parvati ? N’ayez crainte, la glace est consistante et assez ample pour vous laissez venir jusqu’à lui sans se briser.

Mais ce n’était pas de la glace dont les gens avait peur, mais bel et bien du cadavre. Qui allait donc pouvoir sauver Otto de sa situation, vu le peu de force qu’il avait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Raven
Confiseur ~
Informateur de la Deuxième Meute
Confiseur ~Informateur de la Deuxième Meute
avatar

Messages : 88


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Dim 14 Mar - 0:31

    De ses yeux rouges, une lueur amusée, ou peut-être malsaine, Neil observait la scène du regard, du haut de son pont comme une entité regardant le monde amuser de ce que faisait ses passe temps, jouant avec eux comme un marionnettiste avec ses poupées. Tranquillement accouder à la rambarde, il suivit le corps dérivant sur le lit d’eau, riant des réactions des gens, l’être humain était une personne tellement sensible et faible, mais surtout égoïste, promettant mont et merveille, un amour éternel mais ce dernier n’était-il pas souvent la cause de bien des meurtres ou de bien des disputes ? Encore une excuse pour ne pas être laissé. Mais les humains était égoïstes, abandonnant leur proches pour sauver leur propre chair, quel bel avenir que de vivre seul abandonné de tous parce qu’il les aurait laissé mourir. En somme, tout le monde fuyait ce que chacun allait devenir, un cadavre. Et malgré les demandes du maladroit à ses coté, personne ne se rapprocha du corps, préférant au contraire s’en éloigner.

    Il fut surpris cependant de voir le dit maladroit enlever son haut et le lui tendre, il gardait son sourire bien que sa curiosité fut piquée à vif lorsqu’il aperçut le deuxième œil de son interlocuteur et son tatouage. Il haussa un sourcil joyeux, enfin quelqu’un à découvrir et à exploiter, Neil rit.

    -Mais naturellement

    Il fit une drôle de moue lorsque le borgne pas si borgne que ça sauta, croquant dans la tige de sa sucette pensivement et le regardant débattre dans l’eau… Neil déposa les vêtements sur la rambarde, détaillant chaque geste de leur propriétaire. Son sourire s’agrandit lorsqu’il le vit faire de la glace, quelqu’un de pas très normal on dirait…il pouvait donc désormais le déplacer au rang de « personne à surveiller ». Il n’avait pas croisé beaucoup d’alchimistes dans sa vie mais leur pouvoir était des plus intéressants et en voir un à l’œuvre juste sous ses yeux le remplissait d’une joie certaine.

    Le maladroit monta plutôt habillement sur la glace et sembla en difficulté pour déplacer le corps, il parla mais de là ou il était Neil ne pouvait l’entendre, aussi il descendit jusque là où il se trouvait, marchant un peu bizarrement, se balançant dans sa démarche.

    Il s’accroupi à nouveau non loin de là, s’adressant à l’homme aux cheveux rouilles.


    -Besoin d’aide ?

    Il lui sourit, se leva et avança tranquillement sur la plaque de glace, nullement gêné par la composition de cette dernière, il s’approcha du corps, souriant comme un enfant à qui on offrait un jouet.



    -C’est incroyable ce que vous avez fait, vous êtes une sorte de magicien ?



    Tout en parlant, il prit dans ses bras le corps du défunt Rosario, le portant sans aucun problème, ce qui pouvait être contradictoire à son physique. Il marcha à nouveau sur la glace, effrayant les gens qui étaient restés pour voir, le cadavre se rapprochait d’eux et la fuite était la meilleure des solutions pour eux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Otto Tuuli
Alchimiste détective
Adorateur de lapins
Alchimiste détectiveAdorateur de lapins
avatar

Messages : 18


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Sam 20 Mar - 0:09

[Le truc sur Pilate c’est le vrai truc ._. J’ai fouillé dans le missel de ma mère O_o]

Les gens n’étaient que des imbéciles trouillards, incapables de pouvoir aider un pauvre monsieur aux cheveux rouille qui voulait juste résoudre une « enquête » le plus vite possible. Il demandait juste, qu’on soulève le corps de Rosario Parvati, pour l’emmener au moins au bord ou encore chez Lucio ! Mais personne ne bougeait le moindre petit doigt de pied, trop effrayés par la vue pâle du cadavre qui était trempé. En quoi un macchabé était si effrayant que ça ? N’était ce pas plus apeurant, un homme vivant, muni d’un couteau ? Là, comme il n’y avait plus d’âme dans son corps, il ne ferait rien, il ne bougerait pas ! Etait-ce contraire à la religion catholique, qui aux yeux de tous était encore la meilleure chose qui soit ? Dieu avait-il dit un jour de ne pas toucher aux cadavres ?
Quels imbéciles aveugles et puérils. Ils étaient juste comme Ponce Pilate, ils ne pouvaient pas se salir les mains. Lui qui c’était lavé les mains alors que les juifs avaient choisis Barabbas et en déclarant « je suis innocent du sang de cet homme ; c’est votre affaire ! »

Alors qu’Otto se disait qu’il allait devoir trouver une astuce utilisant le principe de l’équivalence, pour réussir à porter le corps de Rosario tout seul, voilà que l’homme qui lui tenait son haut, normalement, arriva, et demanda s’il avait besoin d’aide, pour finalement, sans aucun gêne s’avancer sur la plaque de glace très solide, comme l’avait déclaré le jeune garçon. Mais personne ne l’avait cru, trop apeuré par la simple vue de ce cadavre. Par le simple fait qu’il y ait un macchabé et qu’il faille le récupérer. Enfin, l’homme aux yeux rouges semblait peut-être prêt à l’aider. Il se pencha vers le corps, en souriant. Oh, il souriait lui quand il voyait des morts.
Mais Otto n’avait rien à dire, c’était mieux qu’avoir peur. Et puis ça mettait un peu de joie dans ce décor sinistre et macabre. Aussi, dans un sens, le rouille trouvait le blanc un peu étrange. Sauf que lui aussi était bizarre dans son genre, alors qu’avait-il à dire sinon rien ?
Il le regarda prendre le corps – sans aucun problème d’ailleurs -, en l’écoutant.

-C’est incroyable ce que vous avez fait, vous êtes une sorte de magicien ?

Peut-être que ce monsieur ne savait pas ce que c’était un alchimiste. En fait, en y réfléchissant, peu de gens connaissaient l’existence de ces gens capables de faire des potions le plus souvent, et tout ça tout ça. Lui il avait juste le pouvoir de transformer des choses selon l’équivalence des autres. Après tout, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Il le suivit, en regardant bien comment il marchait pour ne pas tomber à l’eau, maladroit comme il était, et tout en répondant, ignorant les gens qui s’enfuyait sur le chemin

- Je ne suis pas un magicien. Je suis ce que les gens appellent un alchimiste. Suivant le principe de l’équivalence, de cette phrase qui dit « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », même si j’avais voulu, s’il n’y avait pas eut d’eau, je n’aurais pas put faire de la glace. Je ne peux transformer les choses qu’à partir d’autres. Grâce à mon œil droit.

Ensuite, les détails assez embêtants sur comment il c’était procurer cet œil doré, n’était pas très important. Otto était content que quelqu’un est put lui récupérer le cadavre. Il allait pouvoir commencer à l’examiner, ce qui n’allait pas être très joyeux, parce qu’en réalité, il n’aimait vraiment pas faire ça. Non pas qu’il avait la frousse. Juste que c’était étrange. Dans des cas comme ça, c’était plutôt à Lucio ou Milo de s’en occuper.

- Merci pour votre secours. Sans vous, j’aurais sûrement du m’occuper du corps de Parvati seul et vu le peu de puissance que j’ai…


Et tout en parlant de sa puissance, alors qu’il était sur la terre ferme, Otto tomba à nouveau la tête la première par terre, en ayant le réflexe de se rattraper avant de se taper contre les graviers. Oh, ça ne lui aurait fait que quelques bosses par ci par là. Là il n’aurait qu’un bleu ou deux sur le genou et la main, ou juste une croûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neil Raven
Confiseur ~
Informateur de la Deuxième Meute
Confiseur ~Informateur de la Deuxième Meute
avatar

Messages : 88


MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   Sam 20 Mar - 21:07

    (il me semble que Lavoisier n’était pas né à la renaissance et que donc ça formule n’existe pas encore mais passons :p XD)

    Antoine Lavoisier hein ?
    Voila une référence bien connue que le jeune maladroit lui offrait. Neil le trouvait d’ailleurs peu discret, il annonçait tout haut son secret et c’était une chose qui pouvait être mal perçu, il fronça les sourcils. Il faudrait vraiment qu’il le surveille, il ne faudrait pas qu’il tombe dans les mains Démones, il pouvait être un bon élément mais un redoutable ennemi sans doute.
    Pourtant, son sourire revint bien vite, l’atmosphère pesante et glacée qui prenait peu à peu possession des lieux était des plus exquises, et le corps mort de ce cher Rosario sonnait comme des notes de piano gelées, attirant les regards sans pour autant qu’on veuille s’en approcher. La mélodie était sinistre mais Neil souriait. Oui, il aimait ça, cette peur que l’être humain possède tout le temps au fond de son cœur, pour une chose minime pour l’un, ou un traumatisme pour l’autre. Les êtres humains, censés être différents les uns des autres, et pourtant tous semblables. A ne pas pouvoir se mêler des combats, à ne pas pouvoir utiliser sa lycanthropie, Neil s’était rabattu sur l’information et cela l’attristait autant qu’il adorait. Découvrir les secrets de chacun, percer à jour chaque sentiment caché au fond de l’âme et observer le tout avec un détachement, comme s’il ne faisait déjà plus parti de ce monde était quelque chose de solitaire mais cela ne le dérangeait pas, bien au contraire, ayant depuis bien longtemps décidé de ne plus se mêler aux autres, le drame qu’il avait lui-même commis lui restait encore bien gravé sur les parois de son cœur.
    Mais cela n’est pas le sujet, toujours est-il qu’il regarda avec fascination le corps de ce séducteur, mort d’une façon inconnue mais pourtant stupide si Neil croyait son instinct. Les gens autour de lui devait le trouver fou mais il s’en moqua, faisant juste mine d’écouter le plus attentivement possible le garçon aux cheveux rouilles, faisant comme s’il apprenait ce que lui racontait le jeune homme.

    -C’est vraiment un pouvoir intéressant !

    Il croqua à nouveau dans sa sucette et déposa le corps qu’il tenait encore dans ses bras, rigolant légèrement au nouveau trébuchement du jeune homme.

    -Ce n’est rien, je n’allais pas vous laisser comme cela dans l’eau glaciale avec un cadavre sur les bras. Vous êtes vraiment maladroit au passage.

    Il haussa les épaules et se remit accroupi, le cadavre n’avait pas de sang, et temps mieux pour lui, le maladroit et tout les passants des alentours, il n’aurait déjà pas du s’approcher du cadavre si il saignait, mais il semblait intacte, comme s’il dormait… ; La mort était une si belle fin…

    -Bien, et que faisons-nous maintenant ? Devrions-nous appeler la police ?

    Il leva son regard vers le garçon aux cheveux rouilles, en ce disant qu’il faudrait qu’il sache son nom tout de même et si il devait lui donner le sien, pas très enclin à donner son identité à n’importe qui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur le pont des soupirs, on y danse on y danse ! [PV l'confiseur :D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venise la Magnifique :: Le Pont des Soupirs-