Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le fauve traque enfin sa proie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Jeu 8 Avr - 12:38

La salle de bal du palais Botelli était bondée de monde. Les démons se croisaient, se saluaient d'un signe de tête et rejoignaient rapidement leur groupe d'amis, au son d'une musique enjouée et fantaisiste.
Nulle place pour la haine et le mépris ce soir : on dansait, on buvait, on se réjouissait de profiter des largesses de Botelli et on s'autorisait un peu de bon temps. Les dames étaient élégantes et les hommes séduisants. Les bijoux brillaient de milles éclats alors que les toilettes rivalisaient d'élégance. L'hypocrisie régnait en maître ce soir, et certains sourires de politesse sonnaient faux, mais personne n'y prêtait attention.

Une seule âme ne s'amusait pas vraiment dans tout ce fratas de luxe et de richesse. Une seule n'était là ni pour s'amuser, ni pour s'empIffrer.
On l'avait souvent salué, on s'était incliné devant lui avec respect mais Dante Cosiera, l'unique héritier de la puissante famille Cosiera, n'y avait prêté aucune attention. Ce soir, ses yeux ne cherchaient qu'un seul visage.
Son visage restait impassible, froid et hautain, comme d'habitude, mais son regard trahit le soudain intérêt qui l'anima quand il aperçut enfin l'objet de son désir. Evoluant rapidement entre les danseurs et autres convives, il se fraya un passage avec la souplesse d'un fauve.
Ce soir, Dante traquait sa proie. Pour la première fois de son existence, il passait enfin à l'action. Il avait décidé de cesser de rester dans l'ombre, comme un voleur, et d'agir enfin en homme, ou plutôt en démon. Un Cosiera devait avoir tout ce qu'il voulait quand il voulait : son père le lui avait suffisamment répété depuis sa naissance. Alors maintenant, ils e faisait fort d'appliquer ce principe !

D'un geste habile, il attrapa deux verres de vin blanc sur l'immense buffet de la salle de bal : si l'Italie était réputée pour ses vins rouges et rosés, le vin blanc était plus difficile à trouver, et donc plus raffiné. Dante ne l'avait choisi à la légère.
Les deux verres en main, il avança de nouveau le long du buffet jusqu'à se rapprocher d'un homme isolé qui semblait assister en simple spectateur au bal, sans vouloir vraiment y participer.
Son beau visage fermé était toujours aussi froid et triste que d'habitude, mais Dante s'était juré que cette mélancolie qui semblait avoir pris possession de l'âme d'Adonis Bastao ne durerait pas éternellement. Quitte à la remplacer par la haine et le mépris.
Aprés toutes ces années d'attente, plus rien ne comptait vraiment.

Il tendit un verre au démon avec un sourire enjôleur :

" Buona sera, Bastao. Belle soirée, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Jeu 8 Avr - 12:56

mmmUn bal. Comme tellement d'autre avant celui de ce soir là... Adonis n'aimait pas le bals, mais il ne les détestait pas non plus. C'était juste qu'ils étaient trop clinquants, trop bruyant et trop plein de monde pour le démon solitaire qu'il était. Mais Botelli l'y avait convié, et on ne refusait pas une invitation du Prince de Venise...

mmmEn cette occasion plutôt anodine, enfin, généralement le Prince donnait ce genre de réception une à deux fois par mois, Adonis avait troqué sa longue cape en lambeau pour une chemise à jabot de dentelle blanche. Il avait coiffé sa tignasse blonde de sorte à ne laisser qu'une unique et courte mèche de cheveux rebiquer sur son front, le reste de ses cheveux étant plaqués en arrière. Mais il n'avait put se résigner à changer de pantalon, il se sentait vraiment trop bien dans son indétrônable pantalon en cuir noir... Il avait cependant fait l'effort de retirer ses gants, offrant à la vue de tous ses longues et fines mains tatouée d'entrelacs compliqué, signe de la puissance des Bastão. Son étincelante épée était elle aussi toujours dans son fourreau accroché à sa ceinture... Et dans les replis de son jabot, la canine était bien à l'abri.

mmmLa musique n'était pas si mauvaise que ça, aussi Adonis s'était trouvé un coin à l'écart du buffet dont les relents multiples et variés lui donnait presque des haut le cœur, et assez loin aussi de la foule. Juste assez près de l'orchestre pour les voir jouer et les entendre sans être parasité par les voix stridentes des femmes et celles plus graves des hommes. Il était donc là, en position statique, debout, les mains croisées dans son dos, simple spectateur mais démon à l'affut, près à intervenir à n'importe quel moment... Il ne sursauta même pas lorsqu'un des démons présent s'approcha de lui et le salua, lui tendant un verre de vin.

- Buona sera signore Cosiera. répondit-il d'un ton monocorde, levant à peine les yeux vers l'homme Merci pour le verre mais je ne bois pas. Je n'aime pas tellement le goût de l'alcool. ajouta-t-il, fixant toujours l'orchestre, ayant, sans le vouloir, déjà glissée une main dans son cou, tirant à l'extérieur la belle canine avec la quelle il s'était mis à jouer

mmmIl n'avait même pas répondu à la question du démon. Mais peu importait... Même s'ils n'étaient du même milieu, à présent ils étaient tous deux à peu près à la même échelle. Extrêmement important pour le monde démoniaque.

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Jeu 8 Avr - 16:48

Adonis s'était fait présentable ce soir et Dante appréciera l'effort fait : non pas qu'il détestait poser ses yeux sur le torse musclé du démon, bien au contraire, mais il aimait également l'élégance que lui conférait ses vêtements, dont la magnifique chemise en dentelle blanche. Cela allait vraiment bien à Adonis...

De bonne humeur, bien que son regard fut trop intense pour ne refléter que de la joie, Dante tendit le verre à son interlocuteur, espérant de tout coeur pouvoir entamer une conversation avec lui. Ne serait-ce que quelques phrases, mais il lui fallait au moins une amorce pour commencer son approche.
Malheureusement, cela tomba à l'eau. Dante n'eut droit qu'à l'indifférence polie d'Adonis qui refusa son verre sans même le regarder, et sembla davantage préoccupé par l'orchestre que par le noble de haut rang qui s'adressait à lui !
Dante n'était pas du tout habitué à ce qu'on l'ignore ainsi, mais il s'était douté qu'Adonis ne réagirait pas comme les autres : aprés tout, malgré leurs nombreuses rencontres, le démon n'avait probablement jamais fait attention à lui, alors même que Dante n'avait jamais cessé de penser à lui. Il n'était poli que parce que la puissance de la famille Cosiera l'obligeait à l'être. Sans quoi Dante se doutait qu'il ne lui eut même pas répondu.

C'est alors qu'Adonis sorti sa fameuse canine de sous sa chemise pour la garder prisonnière entre ses doigts. Dante la fixa avec une haine presque palpable, sachant parfaitement de quoi il retournait : voilà trop longtemps qu'il espionnait Adonis pour ne pas connaître chaque détails même intime de sa vie.
Ses doigts se serrèrent inconsciemment sur son verre et le pauvre objet n'y résista pas : il se brisa net pour tomber en infimes morceaux aux pieds de Dante qui n'y prêta même pas attention. Il n'avait d'yeux que pour Adonis.

Malgré la rage qui l'habitait, il se força à montrer un visage impassible, et d'une main rapide, il vint s'emparer de la canine qu'Adonis triturait, se moquant éperduement de ce qu'il penserait de son geste. Il était un Cosiera et en tant que tel, il avait tous les droits, même sur la personne du capitaine de la garde de Botelli.

" Tiens tiens... Un trophée de guerre Bastao ?"


Il observa quelques instants la canine avant de la laisser à Adonis, et ricana :

" A votre place, je ne garderai pas une telle horreur en ma possession."


Il détourna le regard, plongea les yeux dans la foule bigarrée et trempa finalement ses lèvres dans le verre destiné à Adonis. Le vin lui fit du bien, même s'il ne pouvait apaiser sa colère, et il marmonna comme pour lui-même :

" E maledetto."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Jeu 8 Avr - 23:08

mmmUn bruit de verre qui se brise fit tourner la tête d'Adonis. Bien que le geste de son vis à vis fut violent, le démon ailé gardait toujours son inébranlable nonchalance, il avait donc tranquillement posé ses yeux d'abord sur Cosiera puis sur les morceaux de verres au sol. L'autre démon avait tout bonnement écrasé le verre entre ses doigts et cela semblait nullement le choquer... Heureusement qu'Adonis avait prit la peine d'enfiler des soulier ce soir là, sinon, il se serait certainement coupé. Il fixa donc les bris de verre au sol avant de relever, cette fois ci plutôt vivement, le visage vers le brun. Ce dernier venait de lui ôter des mains la canine si précieuse à ses yeux.

mmmAdonis sentit soudainement un souffle brûlant remonter le long de son dos, s'insinuant dans ses côtes, enserrant son cœur et lui coupant presque la respiration. Il ne put simplement pas faire un geste, pas dire un mot, ses grands yeux marine s'étaient ancrés sur le visage impassible, presque neutre de son interlocuteur. Heureusement pour eux deux, Cosiera relâcha la canine avant qu'Adonis n'ait put reprendre l'usage de ses cordes vocales et de ses membres. Bien que, à y réfléchir, Adonis n'aurait peut-être pas été capable de lever le poing ou pire de quelconques paroles montrant sa désapprobation.

mmmLorsque la canine revînt en sa possession, Adonis la reprit instantanément entre ses doigts, la caressant furtivement, comme pour la nettoyer de l'impureté des mains du brun, et la remis entre les plis de sa chemise, bien à l'abri sur son torse. Il l'avait suivit du regard aussi reposa-t-il ses yeux sur l'autre démon dont les paroles murmurées lui étaient parvenu aux oreilles. Il n'a pas que les ailes des chauve-souris, l'ouïe fait aussi partit du programme.

- Je ne vois pas en quoi le fait que je garde cette canine vous regarde. fit-il de sa si belle voix Et je ne vous permet certainement pas de dire qu'elle est maudite !

mmmC'était peut-être imprudent et impudent de la part d'Adonis de répondre de cette manière à un homme tout de même plus haut placé que lui. Mais, en ce qui concernait Louka, Adonis ne laissait rien passer à ses interlocuteurs, bien que la plus part ne savait absolument pas pourquoi il gardait cette canine.

mmmLa soirée allait toujours de bon train et des couples s'étaient même formé devant l'orchestre qui avait entamé une valse mais Adonis n'avait plus l'esprit à écouter la musique. Puisse-t-il l'avoir eut au début...

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Ven 9 Avr - 12:38

La réaction d'Adonis ne fut pas aussi violente qu'il l'espérait. Visiblement, Adonis, bien qu'il ne soit nullement disposé à se montrer un tantinet courtois avec lui, ne cherchait pas non plus les ennuis. Du moins, pas suffisamment.
Un tout petit écart pourtant, une toute petite pointe de menace aurait suffit à Dante pour l'envoyer croupir au fond d'un cachot : en sa qualité d'héritier des Cosiera, il était bien plus influent que le capitaine des gardes.
Mais Adonis ne lui fournit même pas ce petit plaisir...

Il regarda, maussade, la canine disparaître sous la chemise du démon, et il répondit simplement :

" Les lycans à eux seuls sont une telle plaie qu'une seule de leur canine suffit à apporter le malheur."


Il n'alla pas plus loin dans son élucubration, conscient que seule la jalousie qu'il portait à un mort lui faisait dire de telles inepties. Mais c'était plus fort que lui : il haïssait viscéralement ce lycan mort capable depuis des siècles d'obstruer ainsi l'esprit de Bastao.

La musique le sortit soudain de son élan de rage et comme sonné, il observa les danseurs sur la piste. Ils semblaient heureux de cette soirée, à des lieues de se douter de ce qui pouvait bien se tramer dans son esprit. Tout ce petit monde si joyeux connaissait-il la souffrance qu'il pouvait ressentir ? Ou bien se noyaient-ils dans la danse pour tout oublier ?

Soudain désireux d'expérimenter cela, il reposa son verre sur une table proche, attrapa sans même lui demander la permission la main d'Adonis et l'entraîna d'une poigne de fer au milieu de la piste. Les regards se tournèrent vers eux et Cosiera, relevant fièrement la tête, passa sa main autour de la taille d'Adonis pour mieux le serrer contre lui dans la prévision de la danse à venir :

" Dansez avec moi."

Et c'était là un ordre, non pas une invitation. Car Dante était las de se montrer gentil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Ven 9 Avr - 12:57

mmmAdonis fixait toujours avec intensité le sombre regard du signore Cosiera, mais ce dernier ne semblait pas vraiment avoir lu la rage imprégnée dans les prunelles marines d'Adonis. Cependant, le brun ajouta quelques mots et cette simple phrase eut le don de faire se hérisser tous les poils d'Adonis. Et avec ça, une énorme bouffée de chaleur bien pus désagréable que la première.

mmmLe genre de bouffée de chaleur angoissante, un peu comme le tract avant de monter sur scène, ou lorsqu'on doit avouer une grosse bêtise...

- Je n'ai jamais dit que cette dent appartenait à un lycan ! souffla-t-il, angoissé au possible

mmmSerait-il possible que...? Non. Non, c'était impensable, inimaginable ! Il était tout à fait improbable, absurde, que Dante soit au courant de sa liaison avec Louka, non, personne du monde des démons et de celui des lycans étaient au courant... Aucun humain ne le savait non plus ! Ils étaient... Ils avaient fait tellement attention ! Si attention à ne jamais se montrer que Louka s'était suicidé de dépit ! Et soudainement, Adonis se sentit tiré en avant.

mmmEncore sonné par cette impensable vérité, il ne comprit pas tout de suite que c'était Cosiera qui avait prit sa main, l'ayant fermement tiré vers la piste de danse. Ses yeux qui étaient plongés dans le vide ne se réveillèrent brusquement que lorsqu'il sentit le bras entourer sa taille.

mmmReprenant soudainement ses esprits, il se rendit compte qu'il avait même inconsciemment posé sa main droite dans celle de Dante et sa gauche sur l'épaule de ce dernier, totalement prêt à entamer la valse que le brun lui imposait... Ses grands yeux s'écarquillèrent de stupeur mais il fut incapable de dire un mot, incapable de faire un geste, alors qu'il sentait tous les regards posés sur eux deux et que Dante venait d'entamer les premiers pas de danse, guidant Adonis avec un véritable savoir faire.

mmmAdonis était tout simplement tétanisé sur place, se laissant faire, telle une poupée de chiffon. Seuls ses grands yeux frappés de stupeur, fixant le regard sombre de son partenaire prouvaient qu'il était bel et bien vivant.

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Ven 9 Avr - 17:51

Dante n'avait pas relevé la réplique cinglante d'Adonis à propos de la canine qu'il portait au cou. En fait, il ne désirait qu'une seule chose : oublier cette maudite canine et repartir sur de nouvelles bases avec le démon. Sans quoi ce souvenir d'un autre temps finirait par le rendre fou !
Cependant, s'il s'était penché de plus prés sur ce qu'Adonis venait de dire, il aurait été surpris ! Vu la taille de la dent, aucun doute sur son origine lupine : il avait combattu bien trop de ces vermines pullulant dans les rues de Venise pour ne pas reconnaître une canine de lycan quand il en voyait une. Quant aux démons, il n'en connaissait aucun qui arborait des canines d'un genre aussi douteux...

Il ne nota donc pas l'angoisse palpable d'Adonis, pas plus qu'il ne remarqua son étrange docilité, bien soudaine aprés son indifférence. Au contraire, il l'entraîna sur la piste de danse avec une telle autorité qu'il lui sembla normal que le démon ne s'y oppose pas. Une rebéllion de sa part lui aurait valu les réprobations de l'assemblée toute entière : on ne défiait pas un Cosiera, surtout quand ce dernier attendait quelque chose de vous.

D'une main sûre et experte, Dante fit donc valser son partenaire, évoluant avec grâce et maîtrise sur la mélodie. Son corps était ferme et agile, entraînant Adonis avec habileté sans rien laisser paraître aux autres de l'étrange stupeur du démon.
D'ailleurs, la foule n'avait absolument pas manqué le dernier coup d'éclat de l'héritier Cosiera, et tous les regards étaient dirigés sur ce nouveau couple qui s'affichait. L'homosexualité n'était nullement un tabou parmi les démons, loin de là. On autorisait des partenaires de n'importe quel sexe. Dante lui-même ne s'était jamais caché qu'il préférait les hommes, et ses nombreuses aventures d'un soir étaient exclusivement masculines. Du moment qu'il prenne un jour femme pour avoir un héritier, personne ne lui dirait rien. Mais il ne comptait pas se marier avant plusieurs siècles, et profitait de ces instants de liberté pour les consacrer entièrement à Adonis.
En dansant avec lui devant tout le monde, il l'affichait ainsi comme son nouveau partenaire, et la foule dans son ensemble comprit alors que désormais, le capitaine de la garde était la chasse gardée de Dante Cosiera. Et chacun sourit, un peu surpris par ce couple hors norme.

Adressant un sourire satisfait et un brin cynique à Adonis, Dante lui demanda alors, tout en continuant de danser :

" Vous semblez avoir l'esprit ailleurs. Que se passe-t-il ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Lun 12 Avr - 14:05

mmmMais le regard ahurit et un peu perdu qu'affichait Adonis ne dura pas longtemps. Déjà, Dante avait bifurqué au centre de la piste de danse. Les autres couples qui s'étaient presque tous arrêtés pour les regarder quelques instants avaient reprit leur valse et ne leur prêtaient à présent plus du tout attention. Il ne fallait pas s'attendre à ce que des démons fasse scandale devant un couple d'homme, bien qu'Adonis y avait secrètement mais aussi fugacement cru, il ne voyait pas d'autre moyen pour échapper aux bras de Cosiera.

mmmLa musique allait de bon train, les couples dansaient avec enthousiasme et Adonis aperçut même dans la foule quelques paire d'homosexuels... Comme si Dante, en l'entrainant sur la piste, avait donné le feu vert à tous ceux qui n'osaient pas trop se lancer. L'homosexualité n'étaient pas mal vu mais n'était pas non plus un sujet que l'on amenait dans les conversations mondaines... Elle gardait fine emprunte de son tabou humain. Aussi, Adonis sentit une nouvelle vague de tristesse monter en lui.

mmmDante semblait vraiment à l'aise et ses pas s'accordait parfaitement avec le rythme de la musique. Adonis avait baissé la tête, ne voulant pas regarder cet homme, ou plutôt ce démon qui se croyait le droit de l'obliger à danser avec lui simplement parce qu'il était un peu plus haut placé que lui. Et puis, sincèrement, qu'est-ce que faisait exactement les Cosiera pour les démons ? Rien, ou pas grand chose par rapport au poste occupé par Adonis qui dirigeait les armées toutes entières de Botelli, Prince des démons. Mais la famille Cosiera était trop vieille, trop connue pour que son nom ne soit pas respecter. Aussi, Adonis ne pouvait rien faire à part se laisser guider part des bras expert.

mmmFixant ses pieds qui virevoltaient, une main dans celle du brun, l'autre sur son épaule, Adonis se remit à penser à son amant déchu. A mesure qu'il virevoltait dans les bras de Dante, il sentait la canine de Louka rouler sur sa poitrine. C'était une sensation à la fois agréable et des plus déplaisantes. Adonis n'avait qu'une envie, déployer ses ailes et aller se poser sur le clocher de la Basilique, son lieu de prédilection lorsqu'il avait envie d'être seul, le plus magnifique des lieux pour observer les étoiles, penser à Louka et son sourire...

mmmAlors que le visage humain du lycan s'affichait devant ses yeux, Dante lui adressa la parole. Adonis releva alors la tête sans savoir que le sourire du lycan s'était affiché sur son propre visage, élargissant sa bouche qui ne connaissait plus vraiment pareil exercices depuis plusieurs siècles.

- Il faudrait que vous occupiez toutes ma pensée en plus de me forcer à danser avec vous ? Excusez mon impolitesse mais j'aimerais garder un tant soit peu de contrôle sur moi-même voulez-vous ?

mmmC'étaient encore des paroles à s'en faire poignarder. Pourtant, Adonis les dit sans ciller, plantant ses grands yeux marines dans l'anthracite du démon. L'orchestre choisit ce moment pour terminer leur valse et laisser place à une musique entrainante, ce genre de musique où on s'échange nos partenaires en sautillant, où l'ont passe sous un pont de bras... Le genre de musique où les femelles dégrafent leur soutien gorge et où les mâles ingurgitent des bouteilles de vin par dizaine. Fort de ses mots, Adonis en profita pour se dégager de l'étreinte forcée de Dante.

mmmLe poing sur le cœur et les talons serrés, il fit un bref salue, se penchant un peu en avant puis tourna le dos et sortit de la salle par la porte donnant sur les jardins. C'était extrêmement impoli de sa par mais il ne pouvait plus souffrir pareille compagnie. Il avait juste envie d'être seul... Enlevant sa chemise, il la posa sur la table de pierre sur sa droite et déploya ses longues ailes décharnées.

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Mar 13 Avr - 19:28

Le sourire qu'afficha Adonis avait quelque chose de désagréable. Quelque chose d'artificiel qui ranima la colère de Dante.
Bastao s'était plongé trop longtemps dans le passé, il était temps désormais de lui faire prendre conscience de ce présent bien réel, et de l'y propulser de force ! Son geste de serrer la canine lupine entre ses doigts lui revint en mémoire et il serra les dents, de plus en plus furieux. Non, il ne se laisserait pas vaincre par le fantôme d'un lycan ! Jamais ! Un Cosiera ne perdait pas, et obtenait toujours ce qu'il voulait !

Puis les beaux yeux d'Adonis se levèrent, croisèrent les siens, et il osa le défier. Une fois de plus. Une fois de trop.
Bastao était fier, et cela plaisait énormément à Dante, parce que jusqu'à présent, personne n'avait jamais eu l'audace ni le cran de le défier de la sorte. Et c'était étrangement... vivifiant.

Un sourire glacial répondit à celui de Bastao et il répondit platement :

" Et si je ne le voulais pas ? "

Parce que désormais, Adonis n'aurait plus jamais de contrôle sur lui-même : il lui appartiendrait, corps et âme, Dante se l'était promis.

La musique s'arrêta et son beau partenaire s'enfuit, trop rapide pour lui, insaisissable. Comme toujours...
Cependant Dante ne le quitta pas des yeux, et traversant la foule joyeuse, il parvint à son tour sur la terrasse, juste à temps pour admirer les magnifiques ailes noires du capitaine démoniaque. Eles étaient splendides... Tellement belles sur ce corps d'albâtre que Dante en eut un frisson.

" Vous fuyez déjà Bastao ? Le prince ne sera pas content... Mais peu importe : venez me voir au plus vite, j'ai besoin de vous parler. C'est trés important."

Et son regard ne quitta pas la silhouette élancée du démon, impatient déjà de le caresser autrement que par ses seuls yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Lun 19 Avr - 19:27

mmmL'air frais sur ses longues ailes était plus que plaisant. Il était vivifiant, et adonis ne tarda pas à décoller du sol, juste un peu, histoire d'avoir la sensation de flotter, il ne battait quasiment pas des ailes.

mmmLe démon ferma les yeux. L'image de Louka vient immédiatement voiler son esprit. Mais, cette fois-ci, alors qu'il flottait entre ciel et terre, aucune tristesse n'accompagna le sourire si tendre, si aimant de l'homme qu'il aimait. Les bras ballant contre son corps, il laissa ses lèvres s'étirer en un fin sourire, réponse à celui de son défunt amant. Il allait enfin s'élancer plus haut, afin de rejoindre son cher clocher mais une voix derrière lui le retarda.

mmmCosiera l'avait suivit, il était juste derrière lui.

mmmUn fin soupir remplaça le sourire du démon et ce dernier reposa les pieds au sol. Ses yeux se posèrent sur sa chemise mais il décida de ne pas la remettre. Il avait trop chaud et n'était pas vraiment habituer à en porter. et puis, de toute façon, il partirait bientôt.

mmmse retournant vers Dante, il ne prit même pas la peine de ranger ses ailes.

- Le Prince ne sait même pas que je suis là, et je sais qu'il se moque de ma présence, c'est juste pour son image qu'il m'a invité. Je suis peut-être le chef de sa garde mais je ne suis pas dans ses petits papiers, et je ne m'en pleins pas. fit-il dans une neutralité totale

mmmPas qu'il avait nécessairement besoin de se justifier mais, il en avait eut envie... Parce que Dante commençait profondément à l'énerver avec sa manière d'avoir réponse à tout.

mmmAinsi présenté, le torse nu, les bras ballants, ses longues ailes noires le surplombant et sa peau reflétant le clair de lune, Adonis était particulièrement beau. L'immense tatouage qui parcourait ses bras et ses épaules était d'autant plus magnifique qu'il ajoutait une part de mysticisme à son aura qui n'était absolument pas démoniaque. Peut-être juste un peu blasée.

- Si ce que vous avez à me dire est si important, dîtes le moi tout de suite. Sachez juste que si c'est en ce qui concerne la révision des effectifs que le Prince vous a demandé de contrôler, je la commence lundi prochain. Venez y assister si ça vous chante. Mais faites vite, je voudrais rentrer chez moi.

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Mer 19 Mai - 20:57

Dante n'avait parlé du Prince que pour retenir Bastao, et il l'écouta à peine lui répondre pendant que ses yeux dévoraient avec avidité la superbe image que le démon lui offrait. Mon dieu, comment pouvait-il être aussi beau ? Dante en eut des frissons et serra les poings, à la fois fiévreux et glacial. Son coeur avait trop souffert à cause de Bastao et il n'était pas question qu'il le laisse de nouveau ressentir quoi que ce soit. Mais son corps lui s'enflammait à cette seule vision de ce démon si pur et si parfait qu'il avait toujours désiré avec trop d'intensité.

Il lui fallut quelques secondes pour se reprendre mais il y parvint et il laissa un fin sourire cruel s'étaler sur ses lèvres avant de prononcer avec une délectation presque sensible quelques mots :

" Cela ne concerne pas la révision des effectifs. En fait, cela concerne... un lycan. Un lycan qui fait tâche sur vos faits d'armes Bastao."

Il laissa le démon accuser le choc avant de s'approcher d'un pas, toujours plus prés de sa victime. Et toujours trop loin malheureusement pour ses désirs.

" J'ai été désolé de lire ce que mes informateurs m'ont ramené sur vous. Non seulement vous insultez notre race, mais vous condamnez votre famille..."

Dire qu'un seul petit lycan insignifiant l'avait éloigné de lui... Mais grâce au Ciel, ou plutôt grâce aux Enfers, ce seul petit lycan misérable risquait aujourd'hui de lui rapporter la seule chose qu'il ait jamais vraiment désiré en ce bas monde : Bastao lui-même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Ven 21 Mai - 19:35

mmmUn minimum déconcerté, Adonis croisa ses bras contre sa poitrine et ne dis mot, laissant Cosiera finir sa phrase. Qu'est-ce qui était plus important que la révision des effectifs de la garde...?

mmmLa couleur, déjà plutôt absente du visage du démon ailé finit par s'enfuir totalement. Adonis se sentait soudainement entièrement nu face au regard accusateur que lui lançait Cosiera.

mmmLe démon brun aux yeux de nuit s'avança un peu plus d'Adonis. Le démon diaphane sentait la chaleur de son souffle contre sa peau et les relents acide de sa peau. Son corps s'était comme soudainement vidé de toute substance vitale et rien que l'odeur naturelle de Cosiera qu'il avait pourtant respiré le temps d'une danse lui donnait envie de vomir.

mmmUn haut-le-cœur lui fit venir des larmes aux yeux tandis que Cosiera s'était mit à parler de Louka. Et qui l'insultait. Qui l'insultait des ses paroles crues, abominables aux yeux d'Adonis qui priait soudainement le ciel qu'il lui offre sur le champ le pouvoir de la foudre afin de réduire en poussière le démon qui lui faisait face en cet instant. Mais comment, comment...

mmmD'où tenait-il ces informations...? Qui lui avait parlé de sa funeste liaison avec le loup-garou...? Non, c'était impossible... Ils avaient fait tellement attention à ce que ça ne se sache pas... Ils avaient tellement bien joué leur rôle de maître et d'esclave pendant tout ce temps ! Personne n'avait jamais rien suspecté. Adonis avait toujours veillé à être cru et froid avec Louka en présence d'une tierce personne. Et il était tellement doux avec lui dans l'intimité... Le démon se souvenait de chacune de leurs étreintes, de leurs baisers. Les paroles du démon n'en étaient que plus amères, plus horribles.

mmmUne larmes finit par couler sur l'une de ses joues mais son regard se métamorphosa avant qu'elle ne touche le sol. Son visage affichait à présent un rictus de haine colérique comme jamais auparavant. L'aura démoniaque d'Adonis s'était soudainement mise à crépiter tant et si bien que même un humain aurait put la détecter.

mmmLe corps entier d'Adonis scintillait d'une lumière noire et assassine. Il avait déployé ses ailes et ses pieds ne touchaient plus le sol, planant légèrement à quelques centimètres au dessus de l'herbe. Les sourcils froncés, les crocs serrés et le regard meurtrier. D'un geste, il dégaina son épée alors qu'un souffle le propulsait en arrière. Il était juste assez loin et assez haut dans les airs pour tenir Cosiera à la pointe de sa lame, appuyée contre une veine palpitante au cou halé.

- Un mot de plus et je te tue. Tu entends Cosiera ? Je te tue ! murmura Adonis d'une voix rauque qu'il ne reconnaissait pas comme la sienne

mmmIl y avait bien longtemps qu'il ne s'était pas mis en colère de la sorte. Pas depuis la mort de son bien-aimé...

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Jeu 15 Juil - 12:36

Le mouvement fut rapide et bien trop impulsif pour que Dante s'écarte à temps : déjà la lame s'appuyait contre sa carotide, menaçant sa vie d'une manière bien trop passionnée pour être prise au sérieux par le démon.
Il ne tressaillit même pas et se contenta de toiser Adonis d'un air sombre, partagé entre la rage de le voir réagir de la sorte pour un cadavre qui pourrissait en terre depuis longtemps, et l'excitation de constater qu'Adonis n'était pas aussi blasé ou déprimé qu'il ne cessait de l'afficher en permanence. Non, dans ce corps merveilleux subsistait encore un peu de cette étincelle qui l'avait autrefois subjugué, et qui continuait de hanter ses rêves.

" Tu en es incapable et tu le sais, alors baisse cette arme. Tout de suite."


C'était un ordre, lancé d'une voix froide mais intransigeante : personne ne dirigeait son arme contre un Cosiera sans en redouter les conséquences.

" Pour ce seul geste, je pourrai te faire enfermer pour l'éternité Bastao. Mesures-tu l'ampleur de ta folie ? "

Il lui suffisait de s'écarter durant une demi-seconde de la lame mortelle, d'appuyer sur la lame pour l'éloigner de lui avant de sauter à la gorge de Bastao, tout cela dans un laps de temps si court que même Adonis ne comprendrait pas ce qu'il lui arriverait... Des centaines d'années à travailler ses aptitudes démoniaques avaient fait de Cosiera un combattant hors pair, comme tous ceux de sa lignée avant lui. Chose que Bastao semblait avoir définitivement oublié, aveuglé par sa passion.

" Le rapport est déjà sur mon bureau. Combien de temps ta famille survivra-t-elle avant d'être exécutée pour trahison, à ton avis ? Tue-moi et cela accélérera sa chute."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Jeu 15 Juil - 19:31

- ... Hahahahahahaha !

mmUn rire des plus diaboliques raisonna soudainement contre le mur du palais.

mmA un mètre du sol, la pointe de son épée toujours pointée sur la gorge du brun, Adonis riait à gorge déployée, la tête renversée en arrière, la bouche vers le ciel étoilé.

mmC'était un rire retors, pervers, pas du tout naturel... Le genre de rire qui fait peut aux petits d'hommes. Le genre de rire apparenté à la gente légendaire... Adonis n'était pas de ces démons qui aiment à faire peur, c'était bien la première fois qu'un son aussi horrible sortait de sa bouche. Mais il n'avait rien pu faire. Cosiera était tellement drôle...

mmMais ce rire ne dura pas. L'instant d'après, il toisait de nouveau Cosiera de ses yeux de nuit et raffermit sa prise sur le pommeau de son épée.

- Je suis peut-être fou mais toi tu es idiot Cosiera !
siffla Adonis de cette voix qu'il ne reconnaissait toujours pas comme la sienne Aurais-tu donc oublié que je suis le dernier des Bastão ? Tu veux amener la honte sur ma famille en publiant ton rapport, mais je suis le seul en vie ! Il m'importe peu que tu salisse mon nom, il m'importe peu de mourir ! J'exècre juste la seule pensée qu'un être vivant salisse la mémoire de la personne que j'aime ! Et je suis prêt à tuer pour le venger... TU M'ENTEND COSIERA ?! JE TE TUE SI TU OSE ME DÉFIER !

mmFou ? Adonis l'était sans contexte... Fou amoureux d'une personne dont il n'aurait pas du. Fou d'amour d'un lycan qui s'est suicidé à cause du poids de leur amour interdit. Alors oui, Adonis était dingue, fou à lier, malade, bon à enfermer ou même à tuer... Mais il ne pouvait tout simplement pas oublier Louka.

mmIl ne pouvait pas se défaire de ses grands yeux verts qui venaient lui rendre visite chaque nuit et lui hurlait dans son sommeil qu'il était mort par sa faute. Le fantôme de Louka hantait chacun de ses rêves depuis sa mort. C'était bien la raison pour laquelle Adonis ne dormait que très peu, préférant passer ses nuit sur le clocher de la Basilique, à penser au sourire de Louka plutôt qu'à ce visage transfigurer par la haine qu'il voyait dans ses rêves. Alors, la mort était la solution, ça, Adonis en a toujours eut conscience.

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Ven 16 Juil - 16:47

Dante aurait pu supporter beaucoup de choses de la part d'Adonis : même le fait qu'il brandisse son arme contre lui ne le mettait pas en colère... Satan seul savait qu'un autre démon aurait péri sur le champ pour un tel affront, mais pas Adonis.
Cependant, qu'il ose ainsi lui rire au nez, avec ce regard aussi fou que le plus dément, fit voir rouge à Dante. Adonis pouvait le haïr, le redouter, le craindre, voire même l'ignorer, mais le mépriser de la sorte lui serait à jamais interdit !!

Il n'attendit pas la suite de cette exclamation pleine d'absurdité que déjà, son corps bougeait. Imperceptiblement, mais il bougeait. Et il fit exactement ce qu'il avait prévu : il esquissa la lame, la repoussa d'un coup de main habile et rapide sur le côté et tendit son autre main vers la gorge d'Adonis. A peine ses doigts s'étaient posés sur sa carotide que sa main gauche glissait et remonait à la vitesse de l'éclair le long de la lame pour en attraper la poignée, et il tordit violemment le poignet du démon pour le forcer à lâcher prise.
En quelques secondes, Adonis se retrouva menacé par sa propre lame, un Cosiera plus redoutable que jamais devant lui. Et ses doigts serrèrent le cou gracile du démon avec la force d'un damné.

" S'il t'importe peu que je salisse ton nom, peut-être t'inquiéteras-tu du nom de ta famille toute entière..." grinça-t-il entre ses dents, un regard noir posé sur le visage de Bastao. " Ou de la sécurité de la famille de ton cher lycan. Car elle, est toujours en vie d'aprés mes informateurs."

Soudain, au-delà de son amour pour ce démon insaisissable, le fait qu'Adonis ait trahi sa race pour se fourvoyer avec un lycan lui parut monstrueux. Et instinctivement, ses doigts serrèrent plus fortement.

" Ne parle pas d'amour entre cette abomination et toi Bastao !! Tu es encore plus pitoyable que lui ! "

Il fut tenté d'assener un coup fatal, de réduire subitement à la poussière cet être qui le faisait souffrir depuis trop longtemps, mais ses doigts lâchèrent brusquement et il repoussa Adonis sur le sol avant de jeter son arme plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Sam 17 Juil - 15:24

- ... Tue-moi grand sot... siffla Adonis, une main sur sa gorge Tu sais aussi bien que moi que c'est la meilleure solution alors tue-moi !

mmAdonis était au sol, son vis a vis l'y avait projeté.

mmIl avait été plutôt surprit, que le brun réagisse de la sorte. Mais il ne l'avait pas montré. Ses yeux étaient restés aussi fous que pendant sa tirade. Même menacé de sa propre épée, son expression n'avait pas changée...

mmIl avait pourtant haleté, suffoqué, ses mains étaient montées jusqu'à sa gorge pour tenter de défaire l'étreinte de l'aristocrate. Mais il n'avait rien pu faire d'autre qu'écouter les paroles acerbes du démon. Des paroles qui se voulaient violentes et qui pourtant, ne lui firent ni chaud ni froid... Cosiera était pourtant très bien informé. Mais Adonis était fort, il ne devait pas se laisser aller à la panique, bien qu'il soit bel et bien blessé par les mots du démon, il ne devait rien laisser transparaître. Pour Louka.

- Je... haleta Adonis Je ne peux pas croire qu'un démon de ta classe puisse s'abaisser à ce genre de chantage... Tu insulte ces loups mais au final tu ne te comporte pas mieux qu'eux... !

mmUne main toujours à sa gorge rouge, Adonis se servit de l'autre pour se redresser un peu et ramper vers son épée jetée non loin de là. Agrippant le pommeau argenté, il fit coulisser sa main jusqu'à la pointe de la lame et la tendit à son vis à vis en lui présentant le pommeau.

- Comporte toi comme le veux ton sang ! Ne joue pas. Tu vois bien qu'il n'y a qu'une seule solution. Alors tue-moi !

mmDe ses yeux fous, une larme rigola sur sa joue diaphane. Il avait replié complètement ses ailes et les entrelacs sur son corps miroitaient sous la lueur de la lune. Tout son être n'aspirait qu'à la mort et... Il ne pensait pas qu'elle viendrait si tôt.

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Dim 18 Juil - 13:33

Adonis lui fit pitié.
Et Satan savait combien la pitié était un sentiment honni chez les démons. Car cela n'avait rien de noble ni de digne.
Tout honneur avait disparu de son regard, et son attitude à elle seule insultait la race entière des enfants de Satan ! Il était... pitoyable, et Dante sentit son propre coeur se serrer alors que la rage se décuplait en lui et devenait plus puissante que jamais.

Il jeta un regard méprisant sur l'arme tendue et ne daigna même pas y toucher. Adonis avait sans doute perdu la raison, mais Dante quant à lui n'était pas prêt de perdre la bataille. Et en l'insultant, il dévoilait une faiblesse de plus... Une faiblesse de trop.

" Je ne tue pas les loques comme toi Bastao."

Ce fut plus fort que lui : son bras se leva et il gifla violemment le démon à terre, lui imprimant la marque de ses cinq doigts sur sa joue blanche. En cet instant il le haïssait si fort qu'il aurait pu l'étriper sur place !!
Mais Bastao ne le méritait même pas... Avoir levé la main sur lui était déjà un honneur auquel il n'avait pas droit.

" Continue ainsi et je tuerai la famille de ce lycan pour le seul plaisir d'entendre leurs cris de douleur ! Lentement et avec toute l'horreur dont je suis capable... Tu verras ses petits frères crever sous tes yeux impuissants et là seulement, tu auras le droit de me demander de mourir Bastao."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adonis Bastão
Capitaine de la garde
Capitaine de la garde
avatar

Messages : 273


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Lun 19 Juil - 0:22

- Tu es un monstre...

mmAdonis était toujours au sol. Son vis à vis lui avait assené une si violente gifle qu'il en crachait du sang. Il s'était frotté la bouche avant de parlé et son poignet était à présent barbouillé de sang, tout autant que son beau visage diaphane.

mmLe capitaine de la garde démoniaque en avait vue de bien pire ! Ca n'était pas une petite claque qui allait le faire frémir mais... En ces circonstances là, la fine larme qu'il avait versé quelques secondes auparavant fut rejointe par une seconde. Cosiera avait cherché à blesser Adonis par ses mots et y avait réussit. Il n'était pas obligé d'employer la violence en plus... Quelle était donc cette rage qui animait à ce point l'aristocrate pour le mettre dans une fureur pareille ?

- Comment un démon de ta classe peut-il être aussi abjecte et répugnant...?
siffla Adonis tout en s'asseyant au sol, passant de nouveau sa main sur sa lèvre en sang Tu vois, je pensais que tu étais différent de toutes ces grosses têtes qui ne sont que moutons de Panurge ! Certes, tu courrais après les lycans comme tous les autres mais... Finalement, tu es peut-être aussi bête que tous ceux de ton rang !

mmCette dernière phrase, Adonis la lui avait crachée au visage. C'est vrai que jusqu'ici, Adonis avait toujours pensé que ce démon à l'allure magnifique et au regard noir toujours emplit de douceur était quelqu'un de bien. Quelqu'un au dessus de tout ça... Mais il ne savait pas que ce regard doux n'avait toujours été destiné qu'à lui, peut-être inconsciemment de la part de ce démon qui l'aime à cœur perdu mais... Dante Cosiera était bien loin d'être l'homme qu'imaginait Adonis. Et il était en train d'en faire les frais.

- ... A quoi te mène donc tout ça au final...? Me hais-tu donc pour m'infliger un tel traitement, une telle humiliation ?! Qu'ai-je fais pour que tu me qualifie de la sorte ?!

mmEn un bond, Adonis s'était relevé et avait sauté à la gorge de son vis à vis, empoignant le col de sa chemise de ses poings et lui crachant presque littéralement au visage. Ses yeux n'étaient plus fous mais exorbités de fureur.



[HJ] Alors là, si c'est pas une immense perche que je te tends très chère, je ne sais pas ce que s'est... x)

_________________
m
mVoici tout ce qu'il me reste : ma chair, mon sang et mes souvenirs.
m
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cache-yaoi.trivial-love.fr
Dante Cosiera
Noble de l'aristocratie Démoniaque
Noble de l'aristocratie Démoniaque
avatar

Messages : 31


MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   Mer 22 Sep - 20:13

Ainsi donc, Adonis le trouvait abject et répugnant ? Mais c'était exactement ce que recherchait Dante ! Au plus profond de lui, répondant à sa nature première démoniaque, il voulait être cet être horrible et infernal que les imaginations humaines fertiles avaient imaginé. Il voulait faire honneur à sa race, à sa famille et à son sang en agissant comme si la bonté et l'espoir n'étaient que des utopies surréalistes.
S'il en était arrivé là, au sommet de la hiérarchiez démoniaque, c'était bien parce que tous les croyaient sans coeur et sans âme. Et c'était exactement ce que voulait Dante... A ce détail prés qu'il avait bel et bien un coeur et que ce dernier brûlait pour un démon aveugle et borné, incroyablement pathétique nimbé de sa nostalgie amoureuse.

Il fixa impassiblement le démon à ses pieds, dont le visage teinté de sang semblait encore plus livide que d'habitude.
Sale habitude qu'il avait de toujours se plaindre... De toujours quémander. De toujours exiger, alors même que cela faisait des siècles que Dante se taisait. Des siècles qu'il l'observait de loin, qu'il l'avait vu dans les bras de ce lycan abject, qu'il l'avait ensuite vu se morfondre sur cet amour perdu... Des siècles qu'il subissait : désormais c'était fini. Et peu importe le nombre de larmes ou de gouttes de sang qu'Adonis verserait pour apaiser les sentiments tourmentés de Dante : comme tous les autres démons, le capitaine de la garde se plierait aux désirs de Dante désormais.

Heureusement, il sembla enfin réagir et sauta pratiquement à la gorge de Dante, réveillant enfin le démon qui sommeillait en lui, cessant de pleurnicher comme un gamin débile. Et cette seule réaction effaça l'impassibilité du visage de Dante, qui s'étira en un sourire cruel.
Sa main se leva, agrippa brusquement la nuque d'Adonis et le força à se rapprocher. En un instant, ses lèvres se collèrent rageusement aux siennes et il lui vola un baiser possessif et intransigeant. Le baiser d'un chasseur sur sa proie... Peu importait ce que Adonis en penserait : il n'aurait désormais plus qu'à subir.
Dante se régala du goût ferreux et métallique du sang qui emplit sa bouche... le sang d'Adonis... Ce même sang qui n'aurait dû vibrer que pour lui...

Le désir monta, puissant, presque insupportable aprés une si longue attente et il repoussa brutalement le démon dans la crainte que son corps ne lui obéisse plus. Mais son regard ne quitta pas celui d'Adonis alors qu'il annonçait d'une voix légèrement essoufflée :

" Voilà la seule finalité de tout cela Bastao. J'ai besoin d'un compagnon. Et je t'ai choisi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le fauve traque enfin sa proie...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand le fauve traque enfin sa proie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venise la Magnifique :: Salle de bal et réception-