Bienvenue Invité
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Lun 31 Mai - 19:43

Le soleil dardait ses derniers rayons sur la ville, teintant d’une lueur orange les rues où chacun se promenait ou rentrait chez lui, indifférents aux activités des autres. Ça et là, des marchands rangeaient leurs étals pour pouvoir mieux les ressortir le lendemain, abandonnant parfois quelques fruits pourris pour la bonne fortune de quelques garnements qui n’iraient pas dormir le ventre totalement vide. La chaleur de la journée avait cédé la place à une fraicheur revigorante et fait taire les effluves nauséabonde qui parfois faisaient plisser les nez des passants. C’est dans cette atmosphère que Marceau d’Axe déambulait dans la ville. Il avait passé la majorité de la journée enfermé dans son atelier, essayant de finaliser une commande pour un riche mais discret client qui souhaitait avoir un tableau de sa maitresse le plus rapidement possible. Cette dernière n’était passée que rapidement sous les yeux du peintre qui avait du reproduire la majorité des détails de mémoire sur l’esquisse qu’il avait faite. Encore heureux, Marceau possédait une excellente mémoire visuelle. Néanmoins l’exercice était difficile, et le peintre avait préféré s’y atteler rapidement pour ne perdre aucun détail de la silhouette assez banale somme toute, de la jeune femme. Il avait néanmoins changé un peu la lueur dans ses yeux, lui donnant une innocence que la belle n’avait sans doute plus depuis longtemps…

Ce n’était qu’en fin d’après-midi, lorsqu’il s’était rendu compte qu’il lui manquerait un pigment pour apporter la dernière touche de couleur à son œuvre que Marceau se décida à sortir. Il aurait préféré rester devant son cher chevalet, mais peindre sans matière première n’était pas possible. C’était donc avec une certaine mauvaise humeur masquée par son air calme que le noble était sorti. Le vent dans ses cheveux blonds et la fraicheur dans son cou lui avaient vite fait oublier son mécontentement et il se baladait à présent avec quelques grammes d’une poudre verte coutant une fortune dans la poche de sa veste grise. Ses yeux bleus étudiaient sans en donner l’air tous les passants, les marchands, les nobles, les basses gens. Avec malice, Marceau utilisa une partie de ce qu’il restait dans sa bourse pour acheter quelques pains avant de s’avancer dans une petite rue sombre où il les distribua à une petite dizaine de garnement qui le remercièrent chaleureusement. Il en profita pour glisser dans les mains de certains une poudre qui leur permettrait d’éviter pendant quelques jours au moins les parasites dont la plupart était infesté. Il se souvenait en avoir souffert au Monastère : l’hygiène n’était là que lorsque son frère ou son oncle venait le visiter.

Il avait reçu des nouvelles de son frère il n’y a pas si longtemps, par l’intermédiaire d’un de ses clients réguliers dans son commerce un peu plus obscur que la peinture. Marceau avait ainsi appris qu’il était oncle pour la deuxième fois, et que la petite portait le prénom de Marcelline. Luce lui avait fait un magnifique cadeau, mais cela ne suffisait pas au peintre. Sa vie à Blès était finie, comme appartenant à un homme mort. Il avait trop souffert au début de sa fuite, pour accepter de retourner là ou sa blessure se rouvrirait.

En sortant de la petite rue où les enfants criaient encore, Marceau remarqua bien vite la silhouette d’un homme d’un âge avancé qui venait vers lui. C’était un comte assez bien loti pour avoir recours assez souvent à ses poisons. Il le salua en s’approchant, puis lui demanda a voix basse de quoi se guérir d’une maladie qu’on ne pouvait attraper que dans certains bordels des moins reluisants et propre. Le blond fronça des sourcils : il détestait qu’on parle de ses talents d’alchimistes en pleine lumière, au milieu d’une rue, surtout aussi fréquentée que celle-là.

-Il me semble, Monsieur, que le soleil est encore bien haut dans le ciel pour que votre requête ait un sens quelconque. Peut-être Madame Votre Femme aurait une tout autre réponse à vos souhaits, si elle apprenait quel cadeau vous lui faite en venant me voir.


Marceau venait peut-être de perdre un client, mais sa tranquillité avait plus de prix que cela. Pour les badauds autour, les deux hommes n’avaient fait qu’échanger quelques mots sans importance, l’un comme l’autre ayant pesé ses mots : en menaçant le noble de parler à sa femme de ses aventures avec quelques prostitués, le peintre se mettait à l’abri d’une nouvelle demande de ce genre. Après avoir rabroué le noble, le maitre des poisons tourna les talons pour s’éloigner.

Dans son dos, il sentit le regard de son interlocuteur, qui sans doute préparait une quelconque vengeance. Qu’il fasse donc, Marceau d’Axe n’avait peur de rien. Contre sa hanche, il sentait le poids d’une lame assez fine, mais surtout dans ses manches, le poids de ses poisons le rendait assez sur de lui pour affronter une bande toute entière si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mar 1 Juin - 19:55

La journée était passée avec une lenteur infinie qui plaisait énormément au jeune Stregato. Il l’avait d’ailleurs passée à… Strictement rien faire. Il s’était pourtant levé tôt, ce jour là, mais après avoir fait quelques diverses activités peu palpitantes, il était sortit de chez lui pour se mettre à un de ses postes d’observation habituels. Il s’était simplement mis dans une rue à la fréquentation et à l‘activité particulièrement forte et s’était posé contre le mur d’une des maisons, dans une position mi-allongée mi-assise. Ainsi posé, il avait tout à fait l’air de quelqu’un de nonchalant et de feignant, passant sa vie à lézarder par terre ou à cuver son vin sans rien faire d’autre. Mais, même si il donnait l’impression d’être complètement passif, tous ses sens étaient en fait aux aguets : son regard était sans cesse fixé sur la rue et ses passants, les commerces et leurs marchands, chaque personne qui passait dans son champ de vision, celles qui avaient l’air d’être des habituées de ce lieu et d’autres qui paraissaient complètement perdues.

Cela faisait un moment que Luvio ne s’était plus coupé les cheveux qui lui arrivaient maintenant jusqu'aux épaules. Mais il en prenait néanmoins soin, les coiffant longuement chaque matin. Pour ne pas souffrir du soleil qui aurait pu taper fort là où il était, surtout à certaines heures, il s’était entièrement habillé de blanc et avait mis un voile de la même couleur qui lui recouvrait presque tout le visage. Ce jour là, il avait sagement laissé son épée chez lui pour ne prendre que quelques couteaux et une dague : c’était largement suffisant pour ce qu’il avait à faire et il n’aimait pas s’encombrer inutilement, surtout qu'il y gagnait en discrétion.

La journée avait donc été des plus tranquilles et aucun incident notable n’était survenu jusqu’à maintenant. Le soleil couchant inondait la ville et ses rues et offrait ainsi un formidable spectacle à Luvio qui ne s’en émerveillait. Il avait découverte cette image lors de son premier jour à Venise et, dès qu’il l’avait vue, il avait su qu’il ne se lasserait jamais de voir la lumière rougeâtre tomber sur les murs blancs de la ville.
C’est donc lorsque que le soleil se couchait sur l'horizon qu’une curieuse scène s’offrit à ses yeux.


Deux personnes discutaient : un vieux noble, apparemment, et un jeune homme plutôt… Beau ? Séduisant ? Luvio n’aurait su le dire vraiment… Mais il y avait quelque chose qui l'attirait, oui. Bref, ce qui pouvait paraître comme une simple discussion de courtoisie pour les badauds avait un autre sens pour les yeux avisés du Stregato. Ils avaient plutôt l’air d’être en plein dans une discussion pleine de tension… Les soupçons de Luvio ne firent que se confirmer lorsque les deux protagonistes semblaient être sur le point de se séparer. Alors que le jeune homme se retournait pour partir, le noble, lui, le regardait d'un air mauvais, presque haineux. C'est alors qu'il sortit discrètement une dague de sous sa toge et qu'il sembla lever la main pour frapper. Aux yeux de Luvio, la cible avait l'air pourtant aux aguets et il ne doutait pas qu'elle allait faire quelque chose pour arrêter, éviter, ou dévier le coup. Mais...
Mais un couteau vint soudainement frapper et arrêter la course de la lame qui échappa à son propriétaire. Luvio se leva et, d’un bond rapide, s'interposa entre les deux hommes et alla récupérer son arme et celle de celui qu'il venait de désarmer pour la lui rendre. Il lui sourit d’un air tout à fait innocent.

- Oups, je suis vraiment désolé, Messire. Je suis d'un maladroit... J’ai glissé et mon couteau est parti tout seul, j'ai eu si peur de vous blesser. Heureusement, je vous ai simplement fait échapper votre dague. Veuillez m’excuser… La voici.

Le noble esquissa un merci et, rougissant, gêné et honteux, récupéra l’arme avant de s’éloigner des lieux d’un pas rapide. Il ne savait pas trop si l'homme au couteau disait vrai ou si il l'avait percé à jour...
Luvio le regarda partir avec un air de dégoût puis il se retourna vers le jeune homme, ravi d'avoir l'occasion de faire une nouvelle rencontre.


-Bonjour, vous! Ou plutôt bonsoir.

Il remit le couteau à sa ceinture, dégagea un peu le voile sur son visage et, penchant la tête sur le côté, plissa légèrement les yeux tout en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mer 2 Juin - 8:45

Marceau avait sentit le mouvement du Comte bien avant que ce dernier m’amorce le geste pour lancer son couteau, sentant une certaine colère le prendre : l’attaquer en pleine rue était une preuve d’inconscience puérile. Les nobles avaient une tendance à devenir stupide lorsqu’ils avaient du pouvoir. En se croyant au-dessus des autres, ils en venaient à oublier les convenances et la discrétion requise dans certains milieux. Alors qu’il allait se retourner et utiliser l’un de ses poissons les plus efficaces, il entendit un bruit de métal qui lui fit ranger sa poudre rapidement dans la poche de sa veste. Le petit nuage qu’il avait pourtant prévu d’utiliser aurait été discret, mais la confusion dont aurait souffert le Comte aurait sans nul doute attiré l’attention de celui qui venait de lui porter secours. Et puis, la mort du noble qui aurait servi la vengeance de Marceau aurait peut-être pu être suspecte si une rumeur circulait par rapport à la lame qui venait de dévier le couteau du noble de son dos.

Le blond chercha des yeux celui qui lui était venu en aide et tomba sur la silhouette d’un jeune homme à la silhouette fine et aux cheveux… Blanc. Pas blond comme ceux de Marceau qui parfois pouvait passer pour blanc lorsque le soleil les frappait, non vraiment d’une blancheur assez inhabituelle. Par ailleurs, il était plutôt grand par rapport au peintre, ce qui ne le déstabilisa pas : il avait l’habitude d’être plus petit que la moyenne.

Avec un sourire appréciateur, il le vit rabrouer le noble qui s’en alla sans demander son reste. Sans doute l’autre penserait-il que Marceau avait des alliés et n’oserait-il pas l’attaquer de nouveau en pleine rue. Celui qui l’avait défendu sans même le connaitre se tourna vers lui et l’alchimiste rencontra le regard bleu-gris de son interlocuteur qui le salua.

-Bonsoir, c’est effectivement le plus approprié
, répondit Marceau.

Il regarda l’autre ranger son couteau à sa ceinture et songea un instant qu’il avait lui-même rangé ses propres armes quelques instants plus tôt. Son style était juste un peu moins ostentatoire. Le jeune homme dégagea le voile qui lui cachait à moitié le visage et Marceau ne put que constater que l’autre n’avait pas un visage beau… mais quelque chose de particulier qui faisait qu’on pouvait s’attarder sur ses traits.


-Je suppose que je dois vous remercier pour votre aide. Il semblerait que mon dernier client n’ait pas apprécié ma vision de ses traits sur ma dernière toile. La réalité a parfois quelque chose de désagréable.

Il espérait que son mensonge serait crédible, Marceau avait été habitué à dissimuler et y réussissait très bien la plupart du temps. Un reste des valeurs que la noblesse avait inculquées au peintre le poussa à déclarer :

-J’ai une dette de vie envers vous, je suppose qu’il me faudra la rembourser.


En réalité, Marceau ne se sentait aucune obligation envers le jeune homme : il aurait pu tout aussi bien se débarrasser seul du Comte. Seulement, mieux valait que l’ont croit que cet inconnu l’avait aidé. Après tout, Marceau d’Axe était un peintre chétif et frêle dont peu de gens connaissaient vraiment les capacités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Jeu 3 Juin - 17:00

Luvio se pencha un peu pour regarder attentivement son interlocuteur, sans se cacher ni montrer aucune gêne. Sa vue ne l’avait pas donc pas trompé : il y avait bien quelque chose chez cet humain qui, peut-être à cause de sa petite taille, paraissait adorable. Le Stregato se plongea un moment dans ses yeux bleus puis, sourire en coin bien involontaire, il se redressa en passant une main dans ses cheveux blancs.

- Je suppose que oui, ça devrait se passer comme ça… Même si je ne suis pas vraiment venu à votre secours. Pas exactement en tout cas...

Soupirant, il se tourna dans la direction vers laquelle était parti le noble au comportement détestable puis il revint vers le jeune homme, s’attardant un moment sur ses longs cheveux blonds à qui le soleil couchant donnait une couleur particulière.

- C’est surtout que je ne supporte pas d’être dérangé en pleine sieste par un noble trop sûr de son pouvoir et qui se croit permis d’assassiner impunément quelqu’un en pleine rue.

Et c’était presque la véritable raison, en effet. Même si vouloir aider et rencontrer un beau jeune homme était une raison tout à fait égale à la première. Si ce n'est plus...

- J’étais entrain de regarder le soleil se coucher sur la ville… Et je n’avais aucune envie que ce spectacle soit gâché par un meurtre qui allait se dérouler en plein dans mon champ de vision. Ça aurait fait... Non, pas tâche, je ne voudrais pas vous blesser en disant une telle chose... Mais disons que ça aurait été dommage

Il sourit et, sortant un petit bout de bois finement taillé de sa poche, ignora sa dernière remarque. Une dette de vie ? Quelle idée… Luvio était sûr que, malgré les apparences, le jeune homme était prêt et aurait été parfaitement capable de se défendre face à la fourberie du noble. Il ne savait pas vraiment pourquoi… Mais c’était un profond pressentiment maintenant gravé en lui. Après, que le comte n’ait pas supporté de se voir sur une toile, c’était quelque chose de tout à fait crédible quand on il avait lui-même eu l’infini honneur de se trouver en face de lui. Luvio porta nonchalant le morceau de bois au coin de sa bouche et se replongea de nouveau dans le regard du jeune homme, plissant légèrement les yeux. Un grand sourire éclaircit peu à peu son visage

- Ainsi donc vous êtes peintre Messire… ?

C’est vrai qu’il ne connaissait même pas son nom… Mais il était plutôt content de l’avoir aidé. Un peintre rencontrait forcément beaucoup de monde, de tout rang et de tout horizon… Il devait être quelqu’un de libre, insensible aux idées de l’un ou de l’autre, se forgeant sa propre opinion au fil de ses rencontres. Quelqu'un de très intéressant, en somme... Et avec qui il serait plaisant de discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Jeu 3 Juin - 21:03

Marceau avait remarqué la façon dont l’autre l’avait observé, et s’il n’appréciait pas la curiosité, se voir ainsi dévisagé ne l’avait pas vraiment gêné : n’importe quel inconnu en aurait fait autant… Enfin le supposait-il. Il y avait quelque chose chez son interlocuteur de particulier qu’il n’arrivait pas à identifier. Habitué à faire du portrait et à observer les autres, le peintre sentait dans la physionomie du jeune homme aux cheveux blancs quelque chose qui dépassait la simple couleur de ses cheveux ou même de ses yeux. Son maniement des couteaux et ce grand châle blanc qu’il portait devait sans doute aussi faire parti du mystère. S’il n’aimait pas qu’on s’intéresse de trop près à ses secrets, Marceau était quelqu’un de très curieux : c’était sans doute pour cela qu’il avait appris à manier les poisons et les remèdes.

Le peintre regarda l’autre sortir un fin bout de bois de ses poches avant de le porter à ses lèvres puis fixa son regard bleu dans celui de l’autre. Ils devaient avoir sensiblement le même âge, même si Marceau savait que l’on pouvait paraitre beaucoup plus jeune, il en était une preuve vivante. L’autre afficha un grand sourire auquel le blond répondit par un petit mouvement des lèvres qui représentait déjà beaucoup sur son visage d’habitude froid.

-Effectivement, j’ai pour métier la peinture, commença-t-il par répondre calmement. Puis il ménagea un silence dans sa phrase, sachant que rythmer son discours était souvent le meilleur moyen de rendre quelqu’un attentif à ses paroles.

-Je suis Marceau… Marceau d’Axe.

Il savait que la particule qu’il portait pouvait renseigner sur son statut de noble. Mais ne portant aucun titre de noblesse, il n’avait pas vraiment peur. Marceau ne vivait pas dans le dénuement, ses revenus étant assez confortable, cependant il était loin des excentricités que se permettaient certains puissants : une servante qui se chargeait de sa maisonnée et un garçon d’écurie pour son cheval formait l’ensemble de ses domestiques. Il n’avait pris encore aucun apprentis, ni dans le domaine de la peinture, ni dans celui de l’alchimie, et cela lui convenait : prendre un jeune sous son aile serait l’exposer à des dangers… comme le Comte par exemple.

Ses yeux se portèrent sur le soleil couchant puis sur les échoppes environnantes qui commençaient à accueillir leur premier client pour le repas du soir. Il avait encore assez dans sa bourse pour payer deux bons repas et ça serait sa manière de remercier l’homme ainsi que la façon peut-être d’en apprendre plus sur lui et cette chose qui l’intriguait. D’expérience, l’alchimiste savait que l’on obtenait parfois des réponses à des questions en ne les posant pas directement.

-Et à qui ai-je l’honneur ? Que je sache qui j’invite à manger… pour vous remercier de ce que vous avez fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Sam 5 Juin - 19:53

Luvio sourit tout en mordillant son petit bout de bois. La particule au nom de son interlocuteur ne lui avait pas échappé… Ainsi donc le dénommé Marceau était un noble ? Le Stregato, alors qu’il était habitué à observer ceux que son regard croisait, n’aurait jamais réussi à le deviner… Le peintre cachait bien son jeu, en tout cas. Et rien ne pouvait lui permettre de le comparer à l’autre noble méprisable et répugnant qui avait essayé de l’assassiner lâchement juste avant… A aucun noble qui usait et abusait de leurs pouvoirs, d’ailleurs. Enfin, il ne fallait pas aller trop vite en conclusions hâtives, ils venaient juste de se rencontrer. Si ça se trouve, Marceau… Du Vecteur, –c’était bien ça ?– était quelqu’un de tyrannique avec ses serviteurs ( peut-être des esclaves ), qui avaient bien sûr tous un boulet au pied, les tuant sans remords à la tache en les fouettant à l’aide de lanières de cuir agrémentées de petites pointes de métal. Houlà, mais c’est qu'il s'égarait inconsciemment dans la violente folie ô combien typique de son peuple, là… Pourtant, le beau jeune homme n’avait sans aucun doute pas une tête à ça… Au contraire, même. Son visage semblait emplit d’une grande gentillesse et d’une grande bonté… Mais aussi, à la surprise de Luvio, d’une profonde tristesse… Une tristesse calme et cachée, oui, mais une tristesse bien présente. De plus, la noblesse n'était pas forcément un titre péjoratif. Mais, coincé dans le cocon familial, il n'avait jamais eu un quelconque contact avec elle avant aujourd'hui... Souriant, Luvio mima une maladroite révérence.

- Enchanté, alors, Messire Marceau.

Il se redressa et, passant une main dans ses cheveux, plissant les yeux pour suivre son regard. Les échoppes situées aux alentours accueillaient déjà leurs premiers clients pour le diner… Mais aussi, dans certains établissements, pour déjà un début de beuverie, pour les plus pressés et les plus portés sur la boisson.
Il sourit intérieurement en entendant ces prochains mots. Ainsi, le beau Marceau D’Axe –Ah oui, d’Axe, c’était ça– comptait régler sa dette de vie par un repas… ? Pourquoi pas! L’idée était plutôt intéressante et elle lui plaisait. De plus, cela arrangeait bien le Stregato pour pouvoir passer un peu plus de temps avec lui et en savoir un peu plus sur Venise et ses habitants, surtout si c’était devant un bon repas.


- Luvio Teberino... Merci pour l’invitation, Messire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Dim 6 Juin - 19:25

Marceau acquiesça d’un hochement de tête la réponse positive de son vis-à-vis. Il était de plus en plus curieux face à cet homme aux cheveux blancs qui avait décidément quelque chose de particulier. C’était étrange comme ressentit, néanmoins, Marceau avait souvent des pressentiments proches de la réalité : avec son passe-temps d’alchimiste et surtout de fabriquant de poisons, il avait besoin pour survivre de se fier à ses instincts. Jouer et marchander avec des tueurs nécessitaient d’avoir le même flair qu’eux. Et puis… ne faisait-il pas parti de leur groupe ? Le noble s’interdit d’afficher sur ses traits le trouble que venait de faire surgir ses pensées.

D’une voix qu’il voulait calme, il proposa :

-Je connais une bonne auberge où la nourriture est plus que bonne. La maitresse des lieux sera ravie de nous accueillir à un coin d’une de ses tables. Enfin, si vous n’êtes pas trop regardant sur les bonnes manières.

Luciana était une très bonne cuisinière qu’il avait rencontrée peu après son arrivée à Venise. Alors qu’il dinait dans un coin de la salle de son auberge, l’époux de cette dernière avait malencontreusement renversé une pleine marmite d’une soupe bouillante sur ses cuisses, se brulant assez gravement. Il avait aidé à transporter l’aubergiste dans une chambre à l’étage et avait proposé ses services dans le plus grand secret. Marceau avait adapté ses tarifs à la bourse de ses clients, mais il aurait de toute façon fait quelque chose : la douleur de la brulure était trop intense chez l’homme pour qu’il le laisse sans soin. Depuis, Marceau avait une table à chaque fois qu’il désirait manger un des délicieux plats de Luciana.

D’un geste de la main, il invita Luvio à le suivre plus loin dans la rue. La chaleur de la journée déclinait, mais Marceau ne refuserait pas un peu du vin que l’aubergiste faisait venir spécialement d’une petite campagne italienne ou il avait des cousins. Rafraichissant et subtile au palet, il était traitre et montait à la tête assez rapidement. Mais habitué à l’alcool grâce à ses voyages et ses rencontres, le jeune noble ne voyait plus l’ivresse que très rarement et seulement dans l’intimité.

Est-ce que son interlocuteur le supporterait aussi bien ? Et s’il lui jouait ce vilain tour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mar 15 Juin - 18:13

Le sourire franc qui était jusque là resté sur le visage de Luvio disparut un très court instant en l’écoutant mais revint presque aussitôt. Pourtant, ce n’était plus qu’en façade… Même si il était toujours aussi ravi de rester avec le beau noble. Pourvu que son interlocuteur ne devine pas son soudain changement d’état. C’était tout de même étrange, le destin… Il y a encore quelques minutes il était seul et ne connaissait personne, et voilà que parce qu’un noble avait eu la « bonne » idée d’en attaquer un autre, il faisait la connaissance d’un jeune homme qui l’invitait maintenant à manger avec lui.
C’est donc d’une voix qu’il voulait calme qu’il accepta.


- Cela me va, je vais vous faire confiance… Je vous suis, alors.

Non, ce n’était pas le point sur les bonnes manières qui l’avait fait tiquer ainsi. Cela ne le dérangeait pas le moins du monde, car même si lui faisait un effort pour en avoir, l’absence ou le peu de bonne manière chez certaines personnes ou dans certains lieux ne le dérangeait pas tant que ça. Même si, bien sûr, il y avait un seuil minimum. De toute façon, dans une auberge, si la nourriture était bonne c’est déjà un grand pas et en quelque sorte une bonne manière, non ? Si en plus l’accueil était chaleureux… Tout était parfait, n’est-ce pas ? Et bien non. Car ce qui avait fait tiquer Luvio, c’était quand Marceau d’Axe avait parlé de la « maitresse des lieux ». Lui qui détestait par dessus tout les femmes et encore plus leur présence… Si en plus c’était une de… De ces créatures qui venait l’accueillir, lui parler, le servir… Mais il allait devoir faire un effort, pour une fois, si il voulait passer un peu de temps avec ce bel inconnu et en savoir plus sur la vie vénitienne… Donc il supporterait bien la présence d’une femme pendant une soirée.

De plus il avait une sorte de parade contre ça, même si c’était risqué : le vin. Lorsqu’il buvait, un phénomène étrange apparaissait, c’était comme si ce dégout disparaissait complètement et qu'il oubliait alors le ressentiment qu’il avait envers les femmes. Mais cette méthode était à double tranchant : Il ne supportait pas trop l’alcool et, quand il était saoul, il avait encore plus de mal à maîtriser sa forme animale qui avait tendance à apparaitre de manière intermittente et incontrôlée.

Mais Luvio Teberino restait néanmoins serein… Si jamais il sentait arriver le moindre problème, il trouverait bien une façon polie de s’enfuir. Mais il allait prier de toutes ses forces pour ne pas en arriver là, tout de même… C’est que la présence du noble semblait plus qu’agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Lun 21 Juin - 0:35

Marceau avait perçu un subtil changement chez son interlocuteur. Comme un vent qui était passé un instant sur son visage, juste quelques instants avant que Luvio ne reprenne une expression souriante. Le peintre n’aimait pas les fausses expressions, elles se ressentaient sur les toiles lorsqu’il peignait… Ou peut-être était-il le seul à le percevoir. Néanmoins, l’autre semblait se ressaisir et il accepta sa proposition. Le blond se retourna alors, l’invitant à le suivre de la main alors qu’il commençait à marcher. De la vie monacale, il avait gardé une démarche silencieuse, sans toutefois le boitement qui le caractérisait quand il était jeune : ses onguents avaient bien fonctionné sur la plaie gangrénée du cilice, lui laissant néanmoins une vilaine cicatrice. Tout en marchant, il essaya d’entamer la conversation :

-Etes vous vénitien ? La ville n’est pas si grande pour que votre visage me soit inconnu…

En fait, cela aurait pu très bien être, mais avec tout autre que Luvio. S’il était de la ville, s’ils s’étaient déjà croisés, nul doute que Marceau aurait gravé dans son esprit un visage et une couleur de cheveux aussi particulière. Déformation ou pas, il se voyait déjà en train de faire jouer la lumière dans les mèches claires de son interlocuteur. A coup sur la toile serait une merveille. Luvio avait quelque chose… Il n’était pas beau comme on aurait pu qualifier certains habitants de Venise que Marceau avait eu plaisir à dessiner sur une toile, mais il était… particulier. Et c’est cette particularité qui intéressait Marceau : d’où pouvait-elle venir ?

Marceau se passa une main nonchalante dans le cou et se crispa légèrement : sous ses doigts la peau chaude témoignait d’une exposition au soleil qui lui déplaisait : pourtant, il avait choisit les heures les plus fraiches de la journée… Il haïssait cette peau blanche qui virait au rouge au moindre rayon insolent se glissant par l’interstice de ses vêtements. Il aurait fallu mettre un onguent sur cette brulure superficielle, mais il avait promis un repas à son interlocuteur… Le soin attendrait qu’il soit rentré chez lui.

Tout en avançant, il pensait à un bon verre de vin frais, rien de comparable avec ce que pouvait fournir les vignobles français, mais assez pour le rafraichir et oublier la plaque rouge à la base de la nuque qui a coup sur laisserait encore une marque disgracieuse. Peut-être trouverait-il les ingrédients nécessaires dans la cuisine de l’auberge pour se faire un onguent… Nul doute que la tenancière n’hésiterait pas à préparer la mixture selon ses instructions s’il lui demandait. Elle avait été une très bonne aide. Néanmoins, il faudrait alors patienter jusqu’à ce que son compagnon soit parti pour l’appliquer, donc autant attendre d’être revenu à ses quartiers.

Ils arrivaient déjà devant l’auberge et Marceau invita Luvio à passer devant lui. Ses yeux bleus en profitèrent pour de nouveau parcourir la silhouette, essayant d’en analyser les proportions pour un éventuel croquis. : le physique assez mince, les muscles fins sans doute habitué à manier les couteaux… Peut-être représenterait-il aussi sa cape blanche mais étalée au sol dans un drapé artistique, comme-ci le jeune homme l’avait laissé tombée. Marceau ouvrit la porte de bois de l’auberge se situant sous une insigne à la forme d’une poule bien grasse. De l’intérieur s’échappait un brouhaha animé et quelques notes de musique ainsi qu’une bonne odeur de nourriture plutôt alléchante.

-Si vous voulez bien vous donner la peine d’entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Sam 26 Juin - 21:35

A son invitation gracieuse et silencieuse, Luvio hocha la tête et le suivit docilement, à sa façon. En effet, Luvio avait toujours prit l’habitude, quand il marchait avec une ou plusieurs personnes, de se tenir un peu en retrait, légèrement sur le côté à juste un pas derrière pour tout de même garder une présence dans le groupe. Cela lui donnait un côté garde du corps que certaines personnes de son entourage ne supportaient pas. Mais c’était aussi parce qu’il ne supportait pas sentir une présence dans son dos, surtout quand il s’agissait de quelqu’un qu’il ne connaissait pas ou peu… Ou quelqu’un en qui il n’avait pas confiance.
A sa question, un sourire joyeux et franc remplaça celui de façade.


- Pas si grande ? Vous me flattez, Messire… Venise est la ville la plus grande que je connaisse, vous allez me gêner.

Il marqua une pause dans sa réponse. Pour deux raisons : rythmer sa voix pour qu’elle ne soit pas monotone… Et aussi susciter un peu plus la curiosité de son interlocuteur qui semblait s’intéresser à lui… Mais… Simple question de politesse ou véritable curiosité à son propos?

- Mais vous avez bien deviné, je ne suis pas vénitien… Ma famille habite un petit village non loin d’ici... Et je suis venu m’installer à Venise il y a peu. Et vous, Messire Marceau, d’où venez-vous ? Votre nom n’a pas une connotation Italienne il me semble…

Luvio posa alors ses yeux sur la nuque du jeune homme devant lui. Il aimait beaucoup cette partie du corps qui invitait souvent le regard à se poser sur elle ou, mieux, des baisers et des caresses. Et cette peau banche exquise et appétissante… Si il n’avait pas appris à se contrôler, ses instincts l’aurait fait plonger ses dents dans le creux de son épaule pour mordiller sa peau et la goûter avec délectation. Mais il pouvait aisément se retenir, même face à une peau aussi blan… Blanche ? Non, la base de sa nuque semblait avoir été rougie par le soleil… Soleil qui avait été fort aujourd’hui, et qui donc ne laissait aucune chance à une telle peau…
Lentement, Luvio défit le foulard blanc qui lui avait servit de voile et le posa sur les épaules de Marceau pour couvrir sa nuque.


- Je sais que soleil est déjà entrain de se coucher mais…

Il sourit timidement puis, lorsqu’il l’invita à passer devant, se crispa un instant avant d’obtempérer, comprenant qu’ils étaient arrivés ; mais il se détendit aussitôt que le jeune homme ouvrit la porte de l’auberge d’où s’échappa une odeur tout à fait délicieuse. Frémissant de plaisir en humant l’air, il faillit d'ailleurs pousser une sorte de long miaulement étrange tout en se transformant mais, heureusement, se retint juste à temps.
Il sourit, l’ambiance à l’intérieur avait l’air festive… Mais ça voulait peut-être dire aussi qu’il y aurait encore d‘autres femmes. Enfin, il fallait mieux pas y penser…


- Mais avec joie, Messire Marceau.

Il retira discrètement le petit bout de bois qu’il avait toujours au coin de ses lèvres, le brisa entre ses doigts et le jeta dans un coin de la rue. Puis, enfin, il entra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Lun 28 Juin - 21:57

Marceau ne s’offusqua pas de voir son invité se placer légèrement en retrait : certain caractères étaient plus suspicieux que d’autres et si l’autre l’avait sauvé quelques instants auparavant, ce n’était pas pour lui planter un couteau dans le dos. Quand bien même se serait le cas, le noble serait tirer sa lame lui aussi. Il remarqua que Luvio savait modérer son discours et il apprécia cette qualité, mais un peu moins sa curiosité qu’il jugea néanmoins légitime.

-Effectivement, mon nom n’est pas Italien. Il est d’origine Française. Un long voyage, mais quelle ville n’est-ce pas ?

Lorsqu’on ne voulait pas trop être questionné, mieux valait poser soi-même les questions. Et Marceau le savait bien. Il sentit le regard de son interlocuteur sur lui, ainsi que le mouvement que l’autre amorça pour lui poser son foulard blanc sur les épaules. Le geste était sympathique mais gênait un peu l’aristocrate : était-il une jeune demoiselle en détresse pour que l’autre lui vienne ainsi en aide ? Néanmoins, ils arrivaient déjà devant l’auberge, aussi se laissa-t-il un peu distraire par l’odeur chaude et douce de l’étoffe ainsi que sa légèreté… Il avait cru le tissu plus lourd, mais il était assez léger.

Il observa l’homme aux cheveux blanc casser la brindille avec ses doigts et la lancer plus loin dans la rue. Cette mauvaise habitude ne lui seyait pas vraiment, et son visage avait quelque chose de beaucoup plus gracieux sans cette chose qui dépassait de sa bouche. Luvio entra dans l’auberge, et Marceau le suivit avant de refermer la porte derrière eux. Le noble blond ôta le foulard de Luvio et le lui tendit avec un sourire cachant bien sa petite contrariété d’être ainsi aidé. Aussitôt, une femme ronde se présenta devant lui et essuya ses mains sur son tablier.

-Maitre Marceau ! Vous ne nous aviez pas honoré de votre présence depuis un moment. Notre meilleure table je suppose ?

La femme observa son compagnon d’un regard curieux, puis chaleureux.

-Oui Luciana… ainsi que deux parts de votre rôti, deux bols de votre merveilleuse soupe et une bouteille de ce petit vin que j’ai pu gouter la dernière fois. Comment va votre famille ?
demanda-t-il tandis que la tenancière de l’établissement les amenaient dans un coin plus calme de sa salle et les installaient à une table. Marceau invita Luvio à choisir la place qui lui convenait le mieux.

-Bien Maitre Marceau, mais c’est grâce à vous. Je vous apporte de quoi manger…

Lorsqu’elle se fut éloignée, le blond s’excusa :

- Pardonnez-moi d’avoir commandé à votre place, mais cette auberge n’offre qu’un seul et unique menu…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Lun 5 Juil - 19:55

Luvio n’avait pas prit ombrage pour autant de voir sa question à peine satisfaite et éludée aussi vite par une autre. Chacun avait ses secrets, des sujets tabous, des thèmes dont on ne voulait pas parler plus que ça voire pas du tout. Quoi de plus normal, n’est-ce pas ? Apparemment, Luvio avait juste été bien involontairement indiscret… Mais il ne pouvait pas deviner non plus que cette question poserait problème. En tout cas, il se doutait qu’il serait bien malaisé d’insister et il décida donc de répondre à sa question en souriant.

- En effet, quelle ville ! Pour l’instant, comme je suis arrivé depuis peu, je connais surtout Venise de réputation… Mais j’espère que je la découvrais bien vite. Toute son histoire et ses recoins mais aussi et surtout tous ses habitants. C’est d’ailleurs une des grandes particularités de Venise, n’est-ce pas ? Elle regroupe des personnes de tous horizons, de tous milieux, de toutes…

Race ? Mon dieu, qu’est-ce qu’il allait dire là. Il fallait qu’il apprenne à tenir sa langue… Il n’était plus chez sa famille et, même si il pouvait parler plus librement qu’avec eux, le sujet des races était plus ou moins tabou, non ? Tout le monde n’était pas au courant de la "domination" des Démons, de la "soumission" des Lycans, de la présence des Stregatos dont Luvio lui-même faisait partie… D’ailleurs Marceau avait tout l’air d’un "simple" humain, alors raison de plus de rester muet sur ce sujet.

- … Convictions. Je suppose que tout cela doit donner d’immenses possibilités pour un peintre, Non ? La ville parfaite, en somme…

A l’intérieur de l’auberge, il récupéra son voile blanc en inclinant légèrement la tête mais il n’eut pas le temps de le remettre autours de ses propres épaules que déjà une femme assez « forte » s’approchait d’eux. Luvio se crispa aussitôt mais se força à sourire lorsqu’elle posa ses yeux sur lui… Heureusement que son compagnon commanda à sa place, par qu’il était bien incapable de parler à cette créature et il était trop occupé à secouer le bout de son voile d’une étrange façon, à la fois avec nervosité et élégance. Soulagé que la maîtresse des lieux s’éloigne enfin, Luvio adressa un sourire sincère au jeune homme.

- Ne vous excusez pas, messire. Je vous suis dans votre choix et je vous fais confiance dans le déroulement de notre repas. Il serait bien malaisé de critiquer alors que vous m’avez généreusement invité.

Ouf… Heureusement qu’il avait commandé du vin et que l’auberge accueillait du monde… La patronne aurait forcément du travail et elle ne resterait donc pas avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Sam 10 Juil - 0:01

Marceau s’installa à la table et remonta légèrement ses manches dans un geste qui pouvait sembler rustre dans un salon, mais pas ici et surtout pas avec la grâce naturel du noble qui vint passer une mèche blonde derrière son oreille. Luvio semblait un peu tendu, et le peintre espérait que le vin et la bonne nourriture permettrait de le détendre. Il tenta d’adoucir l’atmosphère en déclarant d’une voix calme :

-J’espère que manger avec les mains ne vous gène pas trop… notre époque n’a pas amené les mêmes manières en tous les lieux.


La patronne ramena deux bols de terre cuite ainsi qu’un pichet de vin dont elle versa une bonne partie dans le bol qu’elle avait placé devant Marceau. Ce dernier remplit à son tour le bol de Luvio. Le noble trempa ses lèvres dans le liquide d’un beau rouge sombre et savoura le gout légèrement sucré du breuvage gorgé de soleil. Il eut un sourire pour la femme qui repartit sans rien dire de plus.

-S’il faut atteindre l’ivresse, c’est ce vin là que je choisirai. Mais peut-être pas ici… Goutez le, et dites moi ce que vous en pensez.


Le peintre reposa son bol un peu brusquement, faisant tomber un peu de vin sur la table de bois. La matière n’absorba pas de suite le liquide et il resta à regarder les formes des gouttes alors que ses doigts pianotaient légèrement sur le bois. Il vint du bout de l’index récupéré un peu d’alcool et commença à tracer un contour dans lequel sans doute lui seul voyait le profil de son interlocuteur.

-Dites-moi Luvio… d’où vous vient cette maitrise du couteau ? Mais peut-être est-ce un secret…

Lui-même avait des secrets, il ne pouvait donc pas blâmer l’autre s’il ne voulait pas en parler. Un jeune garçon vint déposer à leur table deux bols de potage ainsi que des écuelles au fumet alléchant. Marceau attrapa un bout de pain qu’il sépara en deux entre ses doigts et dont il tendit une part à son invité. Ensuite, il plongea la mie dans la soupe et la porta à sa bouche pour enfin avoir une expression de gourmandise. C’était toujours aussi bon. Cependant, il savait qu’il n’arriverait même pas à finir le bol, depuis sa réclusion, Marceau n’avait plus d’appétit et mangeait en petite quantité sous peine de se sentir nauséeux… conséquence sans doute de la faim qui l’avait souvent tenaillé. D’ailleurs, il attrapa son écuelle et la tendit à une servante qui passait.

-Donnez là au vieillard qui demande l’aumône près de l’Eglise.

Elle acquiesça d’un signe de tête, sans s’étonner : à chaque fois que le seigneur d’Axe venait à l’auberge c’était ainsi. Il commandait un repas, n’en mangeait pas la moitié et envoyait son écuelle à un pauvre. La jeune femme s’éloigna et Marceau lança un regard à Luvio. Sans doute allait-il passé pour un illuminé, mais il n’aimait pas voir les gens souffrir de la faim alors que lui était repu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mer 21 Juil - 19:29

- Non, ne vous inquiétez pas pour moi, Messire, j’ai l’habitude.

Ce qui était vrai, en somme… Même si ce n’était pas vraiment manger… Car, étrangement, la seule image qui lui vint lorsque Marceau lui parla de manger avec les mains, ce fut celle de ses premières expériences chirurgicales. Bon, l’image est peu ragoutante, surtout lorsqu’on est à table, mais c’est pourtant celle qui s’incrusta dans son esprit. Il se voyait, sous la folie, lâcher ses couteaux pour s’occuper de son patient, ou plutôt de sa victime, à l’aide de ses mains, l’excitation le faisant parfois se transformer pour mieux planter ses griffes et ses crocs dans ce corps tendre et ensanglanté qui essayait en vain de se défendre et d’appeler à l’aide. Il fut tirer de ses pensées sadiques et sanguinaires, néanmoins bien involontaires, lorsque que la patronne revint vers eux avec le fameux vin. Luvio sourit joyeusement mais ce sourire disparut lorsque vile créature ne servit que Marceau, ignorant parfaitement le Stregato. Mon mais pour qui elle se prenait à celle-là ? Luvio allait même braver son dégoût jusqu’à lui adresser la parole lorsque celui qui l’avait invité, comme si il devinait ses pensées, le servit. Il se radoucit aussitôt et son sourire revint en l’entendant, tandis que la patronne s’éloignait. Il gouta à son tour et passa discrètement une langue gourmande sur ses lèvres.

- Hmm… Oui, il est parfait, bien meilleur que ceux que j’ai l’habitude de goûter au village… Mais l’ivresse m’est déconseillée, en effet.

Et il ne fallait mieux pas dire les raisons de cet « abstinence ». Tout comme répondre à la question que le jeune homme venait de lui poser… D’ailleurs, Luvio réfléchit longuement, tout en mangeant et en observant son interlocuteur, avant de répondre.

- Ce n’est pas vraiment un secret… Mais bien sûr, tout « artiste » répugne à dévoiler ses méthodes… Disons que c’est une tradition familiale, que chacun doit se perfectionner dans un domaine… Moi je me suis très vite tourné vers les couteaux et toutes leurs fonctions… Tuer, guérir… Et protéger des parfaits inconnus.

Il rit légèrement, ravi de trouver ce moyen pour détourner un peu la question sans mentir.

- Et vous, Messire Marceau ? Qu’est-ce qui vous a amené à devenir peintre… ?

Et Luvio recommença à manger avec délectation, oubliant parfaitement que c’était une femme qui avait préparé ça tellement il trouvait ça bon. Il fallait dire qu’il n’était pas habitué à vivre seul… Et donc niveau cuisine, il n’était pas encore très doué… Le jeune Stregato fut interrompu dans ses pensées lorsque que Marceau interpella une servante ( Il se crispa d’ailleurs immédiatement au vue de la proximité avec la jeune femme ) et lui tendit l’écuelle… Apparemment il n’avait plus faim mais… Mais il n’allait pas jeter ça tout de même ?! Oubliant la politesse la plus élémentaire, il allait protester mais s’abstient en l’entendant. Tiens, voilà qui était intéressant… Il se doutait que Marceau était peut-être quelqu’un à part, mais il venait de lui montrer que les humains pouvaient se montrer solidaires entre eux… Ce qui était un point plus que positif, même si d’un côté… D’ailleurs, Luvio, tout en portant le bol à sa bouche, ne se priva pas pour donner son avis.

- C’est très généreux de votre part, Messire… Même si cela ne fait qu’alléger pour un court moment la souffrance de cet homme… Ou que son agonie ne sera que plus longue, le deux points de vue se défendent…

Il releva les yeux vers son interlocuteur. Peut-être allait-il le choquer en disant ça… Mais tant pis, il fallait mieux être sincère et détesté plutôt qu’être aimé en se pliant aux avis des autres, n’est-ce pas ?


Dernière édition par Luvio Teberino le Mar 3 Aoû - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mar 27 Juil - 23:56

-Ce qui m’a amené à la peinture ? La vie… et ses aléas.

Si tout s’était déroulé selon les plans de son oncle, il aurait fini moine. Il eut un vague sourire. Au final, il s’en sortait pas si mal : peintre empoisonneur à la place de religieux… quoi qu’au final, la vie était presque similaire. Il n’y avait que la séduction féminine à laquelle il n’était pas habitué. Parce que bien sur, le monastère sous des dehors de sainteté cachait en vérité bien des prières interrompues par les mains entrelacées de deux moines libertins.

Il fixa Luvio qui semblait apprécier son repas et le vin servit à la table. Ce dernier paraissait assez intelligent et son don avec les couteaux le rendait intéressant. Tout comme son physique que Marceau ne se lassait pas d’observer, essayant de s’assurer de mémoriser assez de détail afin de pouvoir le dessiner. Le peintre leva un sourcil devant la remarque de Luvio et darda sur lui un regard froid impénétrable.

-Vous avez raison Luvio.

Seulement, Marceau savait ce que c’était d’avoir faim, cette sensation qui creuse le ventre et obsède, qui pousse à envisager qu’un rat peut faire un repas, à jalouser les personnes qui viennent de terminer un bon repas… S’il pouvait éviter ça à quelqu’un, il le faisait de bon cœur. Surtout que lui n’avait aucun appétit. Marceau croisa les mains devant lui et y posa le menton.

-Malheureusement, il est difficile pour les nobles de se rendre compte de ce genre de chose. Notre suffisance nous fait nous nourrir d’autosatisfaction comme celle que je viens de créer.


Les paroles étaient empruntes d’amertume. Le monde des apparences le mettait dans la catégorie des nobles insouciants. Marceau s’en jouait volontiers en temps normal, mais la chaleur de la journée, la fatigue peut-être aussi le rendait un peu amer. Il plaqua néanmoins un sourire sur son visage.

-J’espère que le repas était à vôtre gout. Je vais vous quitter, mes affaires m’attendent.

Il avait encore un onguent pour les plaies purulentes à finir de préparer pour un des mendiants qui passaient devant sa porte le soir, après que minuit ait sonné. Ainsi qu’une toile à commencer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mar 3 Aoû - 14:24

Apparemment, Marceau n’avait pas très envie de parler de lui… Même si Luvio ne s’en offusquait pas, il devait bien avouer que cela l’inquiétait… Non, inquiéter n’était pas vraiment le bon mot… Tout cela l’intriguait plutôt, et attisait sa curiosité au plus haut point. Et c’était un grand défaut chez Luvio, même si ça pouvait être considéré comme une qualité : lorsque sa curiosité était piquée à ce point, il n’était pas près de lâcher l’affaire ! Oh, il n’insisterait pas en posant une multitude de questions indiscrètes, non… Mais il comptait bien en savoir plus, qu’importe la façon de procéder… Même la torture ? Non, pas jusque là tout de même… Car il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir de la sympathie pour ce presque parfait inconnu dont il ne connaissait que le nom et la profession… Car, si il l’avait bien sauvé, ce n’était pas pour rien. Oh, il ne pouvait pas vraiment se l’expliquer, mais si il l’avait aidé c’était parce qu’il avait deviné qu’il le… Méritait ? Oui, quelque chose comme ça… En tout cas, il n’aurait pas bougé d’un millimètre si le contraire s’était passé, si Marceau avait attaqué le vieux noble. Tiré brutalement de ses pensées par le ton amer que venait d’employer Marceau, Luvio leva les yeux de son assiette maintenant vide pour rencontrer ceux du jeune noble. Son regard, jusque là amical, était maintenant froid et impénétrable… Et Le Stregato n’arrivait pas à se décider si c’était un regard de glace ou plutôt d’acier. En tout cas, il avait l’impression d’être transpercer de part en part par cette soudaine froideur. Lorsque Marceau posa son menton sur ses mains, Luvio y répondit en se calant dans son siège et en croisant ses bras sur sa poitrine. Il fronça légèrement les sourcils… Les paroles de Marceau n’avaient pas vraiment de sens pour lui… En tout cas, aucun rapport avec la discussion.

- Mes paroles n’étaient pas une attaque à votre encontre, messire Marceau, au contraire. Seulement, les gens comme vous sont trop rares… Il faudrait que tout le monde aide ces pauvres gens, que la misère cesse… Même si votre geste a du réchauffer son cœur, j’ai peur que vous donniez trop d’espoir à ce vieillard… Que pouvons-nous faire contre ceux qui créent cette misère ?

Tout en se réservant de nouveau un peu de vin, il eu un léger rire nerveux bien involontaire. Il pensait à sa famille, qui serait plus que choqué en entendant ses paroles… N’était-il pas, officiellement, venu se mettre au service d’un des maîtres de Venise, justement ? Il leva le regard sur le faux sourire de Marceau et en fut presque attristé. Pourquoi fallait-il que sa sincérité mette un terme à une rencontre qui avait si bien commencé… Il ne le permettrait pas. Reposant le bol sur la table, il se leva inconsciemment. Pourquoi se lever ? Aucune idée… Peut-être qu’il voulait l’arrêter, discuter plus longtemps avec lui… En tout cas, par réflexe, les couteaux cachés dans ses manches étaient prêts à tomber dans ses mains. Il regarda le jeune noble d’un air presque suppliant.

- Ne partez pas, je vous en prie… Je ne voudrais pas vous quitter en de si mauvais termes.

Il inclina la tête tout en souriant d’un air doux. Il se rendit compte qu’il était inquiet… Qu’il avait presque peur, en fait… Bizarre… Et mauvais signe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Ven 6 Aoû - 23:15

Marceau leva son regard vers Luvio, jugeant sa réaction un peu vive peut-être. Il lança un coup d’œil dans le reste de la salle. Chacun de ses gestes étaient épiés par les autres clients de l’auberge. Un noble n’était pas un visiteur commun dans la petite salle, et son allure, même si vêtements restaient simples trahissait un sang bleu. Il remarqua bien vite que la tenancière de l’endroit les observait avec curiosité.

Il remarqua l’air un peu tendu de Luvio et une crispation de ses mains qui l’intriguèrent comme s’il se préparait à quelque chose. Et Marceau songea un instant que l’autre pourrait dégainer de nouveau ses couteaux. Nullement inquiété pour lui-même, depuis trop longtemps le peintre jouait avec les assassins et conspirateur de tout poil, il était néanmoins angoissé pour les autres clients et pour les employés de l’établissement. Jouer avec sa propre vie ne lui faisait rien, vendre des poisons dont il ignorait souvent l’utilité le laissait indifférent, mais mettre en danger des gens qu’il considérait comme innocents n’était pas du tout de son gout. Il s’apprêtait à se lever pour faire sortir le jeune homme quand il remarqua son regard, son expression inquiète… presque suppliante. La phrase de son interlocuteur, son « je vous en prie » laissèrent Marceau surprit. D’un mouvement de la main, il invita Luvio à se rasseoir.

-Le vin fait parfois oublier les désaccords, voulez-vous me resservir Luvio ?


Il se pencha un peu en avant pour que seul son interlocuteur l’entende :

-Et laisser vos armes au fond de vos manches par la même occasion. Si je ne tiens pas à l’intégrité de ma nuque, je doute que vous vouliez perdre votre sang froid devant des témoins.

Le noble attrapa son bol, et d’un geste l’avança vers Luvio pour que ce dernier le réserve. Son autre main, posée sur la table non loin de son cou pourrait lui permettre à tout moment d’utiliser ses poisons au besoin, mais l’attitude de l’homme aux cheveux blancs ne lui en donnait pas vraiment l’envie. Il avait l’impression d’avoir à faire à quelqu’un qui luttait contre ses propres angoisses, voulant le retenir mais ne pouvant s’empêcher d’avoir un réflexe de défense… ou de chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Lun 9 Aoû - 17:44

Luvio ignorait tout du spectacle qu’il offrait aux habitués de l’établissement et à la tenancière, son attention entièrement tournée vers Marceau. De toute façon, si jamais il se serait rendu compte des regards tournés vers lui, il aurait simplement haussé les épaules. Il n’en avait que faire de s’offrir en spectacle et, quant aux avis de purs inconnus, il y accordait autant d’importance que les pigeons sur-peuplant la place. Non, ce qui l’intriguait, c’était le jeune noble… Il ne voulait pas qu’ils se séparent ainsi… Ils devaient encore discuter, ou au moins se revoir bientôt. Luvio ne savait rien de lui, encore, et, surtout, il ne lui avait pas encore parlé de Venise, de sa ville, de ses habitants… Peut-être n’était-ce pas la bonne solution d’espérer des réponses de la part d’un simple humain qui passait ses journées enfermé dans son atelier, à peindre ( du moins c’est ce qu’il supposait, vu la façon dont la peau blanche de Marceau avait rosi au soleil ), mais il avait le pressentiment que c’était à cette personne de l’éclairer, de lui faire découvrir cette ville encore inconnue, et de l’aider à vérifier ou, plutôt, à détruire les préjugés qu’on avait essayé de lui inculquer depuis son plus jeune âge. Mais voilà qu’il voulait partir… Luvio ne pouvait pas le permettre. Oui, c’était plutôt étrange comme sentiment, mais il ne pouvait accepter que le chemin de quelqu’un croise le sien et qu'il s’en aille aussitôt, si ce n’était dans les griffes de la mort… Son instinct de Stregato, sûrement… N’avait-il pas tué le peu d’amants qu’il avait eu ? Lorsque Marceau leva la main, Luvio se crispa et grimaça légèrement, ses couteaux prêts à jaillir. Il s’étonnait lui-même de ce stress, de cet instinct de chasseur qui faisait soudainement surface, prêt à se jeter sur sa proie au moindre mouvement… Un peu comme un chat qui relâche la souris d’un air faussement apitoyé mais qui, dès qu’elle essaye de partir, l’attrape à nouveau. Mais le geste du jeune noble n’était en aucun cas une tentative de fuite… Quelque peu gêné, Luvio se rassit à sa place. A la demande de Marceau, il sourit faiblement et allait le servir lorsque son interlocuteur se pencha vers lui. En l’entendant, il se crispa de nouveau et déglutit, même si le jeune noble ne semblait plus vouloir partir… Non, c’était autre chose… Premièrement, Marceau était un fin observateur pour avoir deviné ses attentions, bien qu’involontaires, et, deuxièmement, il en savait beaucoup plus que ce que Luvio avait cru. En effet, si il le mettait en garde contre la perte de son calme, c’est qu’il avait dû deviner quelle nature cachait le jeune homme, n’est-ce pas ? Une nature sombre et violente, qu'il tenait tant bien que mal enfouie très profondément. Mais pour ainsi lui déconseillé ça, comment avait-il pu deviner que Luvio ne contrôlait pas sa forme animale lorsqu’il perdait son sang-froid ? Mystère…

-

Restant silencieux, le jeune Stregato acquiesça d’un simple hochement de tête et il s’empara de la carafe pour remplir de vin le bol de son interlocuteur. Le vin… Le second problème pointait le bout de son nez… Mais Luvio venait de se servir, alors il n’aurait pas besoin de le faire une autre fois, n’est-ce pas ? Il suffisait de le boire lentement… Relevant les yeux vers Marceau, il eu enfin un sourire sincère.

- A l’oubliemment de nos désaccords, alors…

Il ne savait pas si la formule était exacte, mais il trouvait qu’elle sonnait bien. Souriant toujours, il prit son bol et le souleva en inclinant la tête avant d’en prendre une petite gorgée. Il le reposa et contempla les ombres qui se reflétaient dans le liquide rougeâtre.

- Désolé si j’ai eu un moment d’égarement… Mais je dois dire que vous m’intriguez, Messire.

Il relâcha le bol et, comme Marceau un peu plus tôt, vint poser son menton dans ses mains pour regarder le jeune homme aux cheveux dorés.

- Vous semblez savoir beaucoup de choses… Oui, vous semblez avoir des connaissances que je suis surpris de voir chez un Humain… Vous êtes bien sûr d’être un peintre ?

Humain, le mot était lâché… Mais d’après ce qu’il avait compris, ça n’allait pas poser problème, n’est-ce pas ? Il rougit très légèrement et dévia un peu le regard.

- Pardon de mettre ainsi vos paroles en doute, ce n’est pas vraiment dans mon intention… Mais vous semblez tellement… Mystérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mar 10 Aoû - 15:40

Marceau se laissa resservir et porta le bol à sa bouche. Luvio semblait tendu et sans doute le peintre avait-il vu juste. C’était presque trop facile. Il se recula légèrement sur son siège et considéra son interlocuteur avec un œil curieux. Il avait eu a faire à nombre de créature dans sa boutique, et quelque chose lui disait que ce jeune « homme » n’en était pas vraiment un. En tant qu’empoisonneur, il avait déjà eu à faire à bon nombre de personnes, humaines ou pas. Il s’étonnait d’avoir mis autant de temps à s’en rendre compte. Mais entre la fascination pour le physique particulier de Luvio, et son observation des réactions du jeune homme, Marceau avait été distrait. Pourtant, c’était évident. Ses yeux, ses cheveux… trop uniques pour appartenir à un vulgaire humain.

Si le noble observait, faisait des déductions, Luvio lui semblait être moins discret dans sa recherche et Marceau s’en amusa un peu, laissant un sourire étirer ses lèvres. Tout en faisant jouer le bol de vin entre ses doigts il répondit aux questions explicites et implicites de son interlocuteur. Bien sur, il ne mentirait pas, l’omission n’était pas un vrai mensonge…

-Bien sur que je suis sûr d’être peintre…

Il avança ses mains, montra les taches de peintures qu’il n’avait pas réussi à enlever tout à fait en les lavant. Des taches de produit aussi s’y mêlaient les pigments, mais cela restait encore assez discret pour ne pas être trop perceptible.

-Et les Humains aussi sont doués de réflexion. Même si je l’avoue, tous ne sont pas à même de s’en servir.

Il porta le bol à ses lèvres et bu une gorgée.

-Et vous bête d’instinct, qui êtes vous ?


Marceau lança un regard dans la salle puis reposa son bol.

-Le lieu n’est peut-être pas adapté pour en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Lun 23 Aoû - 12:15

Luvio retint difficilement un sourire amusé lorsque Marceau tendit ses mains pour lui montrer les taches de peintures et ainsi prouver sa profession de peintre… Il eut alors l’image absurde de lui-même entrain de tendre ses mains tachées du sang séché de ses patients dus à sa profession de médecin et ses dents souillées à cause de sa nature maléfique et du nombre de ses victimes… Non, Luvio n’était pas fier de ça… Lui qui, au contraire de ses semblables, essayait sans cesse de se retenir, d’être quelqu’un d’autre qu’un… Qu’un monstre avide de meurtre et de faire le mal… Oui, il voulait faire le bien, d’où sa profession de médecin, et il voulait essayer de comprendre le monde plutôt que l’interpréter, d’où sa venue à Venise.

- Je ne remettais pas en cause le don de réflexion chez les Humains, Messire Marceau… Mais la nature des autre habitants de ces lieux est sensée être plus ou moins cachée, n’est-ce pas… ? D’où ma surprise. Mais j’aurais dû m’en douter…

Oui, un peintre avait forcément des relations un peu partout et, justement, devait jouer sur les différentes races pour agrémenter ses peintures… Renforcer l’aspect bestial chez les Lycans, le côté innocent chez les Humains, le côté dominateur chez les Démons… Mais… Mais est-ce que Marceau avait déjà rencontré des… Des comme lui ? Il ne savait même pas s’il restait quelques familles de Stregatos à Venise… Son peuple avait connu tellement de persécution, d’où le retrait de sa famille dans un petit village, d’ailleurs… Enfin, il n’était pas obligé de tout dire non plus… Oh, ne pas mentir… Mais dire le minimum. A sa question, il sourit tout en portant lui aussi son bol à ses lèvres… Bête d’instinct, mon dieu, si il savait à quel point…

- Oh, je ne sais pas si je mérite un tel intérêt… Mais oui, en effet, le lieu n’est pas fait pour en parler…

Surtout qu’il y avait plein de femmes ! Enfin, trop à son goût, quoi… Même si une c’était déjà trop, pour lui.

- Que proposez-vous, Messire ?

Oui, cette question l’intriguait… Il n’avait pas envie de quitter tout de suite la compagnie du jeune Humain… Mais de là à… Aller dans un autre endroit, plus intime… Où, d’ailleurs ? Chez le peintre ? Chez lui, ce n’était guère confortable en tout cas… C’était petit, et il venait à peine de s’installer… Et de nuit, en plus... Avec ce vin... Il croisait les doigts pour contrôler sa forme animale et son instinct de tueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Mer 25 Aoû - 2:32

Marceau laissa ses yeux bleus parcourir le visage de son interlocuteur, son cou, son buste puis remonter jusqu’au regard de celui-ci. S’il méritait un tel intérêt ? Bien sur… Le peintre eut un sourire. Il avait peint bon nombre de personne à Venise, mais la nature de Luvio lui demeurait inconnue. Il y avait de la sauvagerie chez lui, dans cette manière d’être aux aguets, de préparer autant l’attaque que la défense. Pourtant, Marceau devinait qu’il n’était pas Lycan. Non, il n’avait pas cette crainte réfléchie des loups pour les étrangers ou pour les gens un peu trop perspicace. Et puis avoué aussi franchement n’être pas humain… non il n’avait rien d’un loup. En fait, il avait plus quelque chose de félin dans l’attitude, dans la façon d’observer les choses… Peut-être un démon ?

Le noble se mit à réfléchir quelques instants : non Luvio n’avait pas non plus cette aura sombre des démons. Pourtant, il savait ces créatures toutes différentes, capables d’avoir les visages les plus angéliques : n’en avait-il pas déjà fait quelques portraits ? Curieux, Marceau voulait en savoir plus sur ce jeune Luvio, néanmoins, il percevait le danger que l’autre pouvait représenter. Le peintre analysa rapidement la situation, pesant les pour et les contre à poursuivre leur rencontre. L’autre pouvait lui faire regretter assez rapidement sa témérité, un poignard planté entre les deux épaules… mais Luvio aurait-il le temps de lever son arme sur lui si Marceau utilisait les poisons dissimulés dans ses manches ? Sans doute pas. Et puis, que pourrait-il risquer à l’amener à son atelier ? Abimer quelques toiles si une altercation venait à se produire. Mais le peintre se disait qu’il pouvait bien risquer quelques esquisses, si pendant ne serait-ce que quelques minutes, il avait pour modèle un homme aussi particulier que Luvio. Quelque part, il avait conscience que cela avait un côté assez malsain d’être aussi obsédé par un simple portrait mais Marceau se targuait assez de ne pas être comme tout le monde pour ne pas vraiment s’en soucier.

Il se leva de son siège et réajusta ses vêtements avant de passer une main dans ses cheveux blonds. Marceau se permit d’adresser un sourire à Luvio.

-Je connais un endroit où si l’ambiance est moins animée, elle est aussi plus intime. Si les odeurs de solvant et d’ocre ne vous dérangent pas…

Heureusement pour l’alchimiste, les odeurs de peinture couvraient dans son atelier les senteurs que dégageaient les poisons en tant que tels, ou bien lors de leur préparation.

-Mon atelier est petit, mais je pense qu’il pourrait vous y accueillir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Jeu 26 Aoû - 14:24

Luvio allait enfin tremper ses lèvres dans le breuvage pourpre mais son geste fut suspendu lorsqu’il capta le regard de Marceau. Le jeune homme avait l’air de le détailler, certes discrètement, mais avec attention… Et… Il souriait ? Presque troublé, le Stregato reposa très lentement son bol sur la table tout en détaillant le visage de son interlocuteur, essayant de deviner ses pensées. Avait-il fait une erreur en confirmant qu’il n’était pas un simple humain ? Les Stregatos avaient connus tellement de persécutions… Est-ce que Marceau cachait lui-aussi un autre passe temps derrière sa profession de peintre… ? Si ça se trouve, il était un tueur de Démons, à son propre compte ou pour celui des Lycans… Et comme il était lui-même un… Sous-démon (il n’aimait décidément pas ce terme), il entrait dans les catégories de ses victimes, non… ? Luvio avait tout de suite deviné que Marceau était tout sauf inoffensif… Et cela l’inquiétait d’autant plus. Qu’est-ce qu’il lui avait prit, aussi, de se laisser aller et de tout dévoiler comme ça ? Lui qui d’habitude cachait à tout le monde sa vraie nature… S’était-il sentit autant en confiance que ça ? A cause de l’air doux et tranquille de Marceau, de sa voix et de ses sourires… ? Que devait-il donc faire ? Fuir le plus rapidement possible et manquer l’occasion dans savoir plus ou rester au risque d’être en danger ? Il n’eut pas le temps de se décider que Marceau s’était levé, entraînant chez Luvio un mouvement de crispation, quoique léger. A ses paroles, ses yeux s’agrandirent. Il avait donc vu juste… Marceau lui proposait un endroit plus intime… Son atelier ? Il plissa les yeux pour les faire revenir à une taille acceptable et sourit. Lui non plus n’était pas inoffensif… Alors pourquoi pas ?

- Non, ne vous inquiétez pas. Mon odorat est développé, mais les odeurs ne me dérangent plus.

N’avait-il pas connu des odeurs bien plus désagréables que ça ? Il se leva à son tour et vida son bol d’un trait avant de le reposer avec précipitation sur la table. Pourvu que tout se passe bien… Que ce soit pour lui ou pour Marceau. Il inclina très légèrement la tête.

- Merci de me permettre de pouvoir continuer cette discussion… Même si je n’ai rien de particulier, je vous l’assure.

Mensonge ? Non, pas vraiment... Pour lui, il ne méritait vraiment pas un tel intérêt. Mais il n'avait pas envie de se montrer non plus... D'étaler ses "particularités" au grand jour. Luvio passa une main dans ses cheveux avant de la plonger dans sa poche pour en sortir un nouveau minuscule bâton de bois très fin qu’il coinça au coin de ses lèvres. Il sourit.

- Je suis tout à vous, Messire… Je vous suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Ven 3 Sep - 21:06

Marceau remarqua la tenancière dans un coin de la salle. Il indiqua la porte à Luvio d'un signe de la main, l'invitant à aller l'attendre à l'extérieur.

-Je vais aller regler si vous le permettez. Peut-être voudriez vous m'attendre à l'extérieur? Il règne une chaleur presque désagréable maintenant...

La salle déjà emplie lorsqu'ils étaient arrivés était maintenant bondé et la chaleur avait proportionnellement augmenté. Marceau se félicitait d'être arrivé tôt, même si au final, il n'y était pour rien. Laissant son invité décider s'il voulait le suivre dans la taverne ou bien l'attendre dehors, Marceau se dirigea vers la patronne et posa sa main fine sur l'épaule ronde de la femme. Cette dernière se tourna vers lui avec un sourire tendre.

-Monsieur? Un soucis? Vous n'avez pas beaucoup mangé...

-Non, je vous rassure, tout était parfait comme d'habitude, je viens juste vous regler la note.


Elle le regarda avec une espèce d'horreur amusée qui amena un sourire sur le visage de Marceau. La patronne le repoussa gentiment, en l'attrapant par le bras. Le geste aurait pu déclencher une rixe si le noble s'était retrouvé face à un agresseur, mais face à elle, il ne put que venir poser sa main sur celle de la tenancière.

-Je sais ce que vous allez dire, mais permettez moi de régler tout de même. J'ai mal au dos voyez-vous, et le contenu de ma bourse me pèse...

Marceau détacha la dite bourse de sa ceinture et la glissa dans la poche du tablier de la femme. Cette dernière allait répliquer lorsqu'il se retourna et avec une étonnante rapidité se dirigea vers la porte. Il sentit les regards des autres clients. Peut-être y avait-il un coupe-jarret dans le lot qui l'attendrait à un coin de rue. Ce dernier aurait trois mauvaises surprises. Premièrement, Marceau n'avait plus d'argent sur lui, deuxièmement, il saurait se défendre et pour finir quelque chose lui faisait pressentir que Luvio l'aiderait. Peut-être pour conserver la priorité sur une proie comme un démon... où parce qu'il l'appréciait? Sur cette interrogation, Marceau sortit dans la rue, profitant de l'air frais de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luvio Teberino
Ame incontrôlable
Ame incontrôlable
avatar

Messages : 28


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Jeu 9 Sep - 12:57

Au signe de main de Marceau, Luvio eu de nouveau un petit sourire. Décidément, le jeune noble était vraiment très... Classe ? Non, élégant plutôt... Mais lié à son calme et à sa façon très posée de parler, cela faisait forte impression, surtout sur le Stregato qui était plutôt impulsif et instinctif. Mais, à chaque fois, il ne pouvait s'empêcher de se sentir troublé en examinant un peu plus le visage de son interlocuteur... C'était à chaque fois très léger mais presque en permanence une sorte de tristesse profonde pouvait s'y lire, si on regardait vraiment de très près et qu'on oubliait les sourire de façades... Mais Luvio devait sûrement se tromper. Pourquoi est-ce que le peintre serait ainsi ? Non, quelque chose devait le tromper... Les yeux, peut-être ? Le jeune homme aux cheveux blancs s'inclina très légèrement, beaucoup moins doué que Marceau pour cela.

- Très bien, Messire. Merci encore de m'avoir invité... Je vous attends dehors, alors. Même si la chaleur ne me dérange pas... Au contraire.

Houlà... Après coup, ses dernières paroles pouvaient paraître bizarres.. Bah, tant pis. En tout cas, il se dépêcha pour aller dehors, ravi de l'invitation. Car jamais il n'aurait pu, de son plein gré, approcher de la tenancière... Comment faisant Marceau, d'ailleurs ? Enfin... Non, c'était idiot de penser qu'il était forcément comme lui... D'ailleurs, avec cet air élégant et posé, le peintre pouvait presque faire penser à un séducteur, non ? Un séducteur pour femmes, bien sûr. En tout cas, la phobie du sexe féminin était sûrement propre à Luvio. Dommage...

Lorsqu'il fut dehors, Luvio inspira un grand coup pour se rafraichir les idées. Bon, que venait-il de se passer, au juste... ? Il avait aidé sans vraiment savoir pourquoi un jeune homme dans la rue... Celui-ci, pour le remercier, l'avait invité... Ils avaient mangé, bu, discuté... Et Luvio s'était tout naturellement ouvert à lui, jusqu'à parler de sa véritable nature que, pourtant, il cachait à tous ? Pas bon... Vraiment pas bon. Il manquerait plus qu'il lui avoue son penchant... Pourtant, Luvio n'avait pas l'impression que ses confidences étaient dues à l'alcool... Non, il y avait autre chose... Il n'avait aucune idée de ce que ça pouvait être, mais il y avait autre chose...

- ...

Que devait-il faire ? Vraiment attendre le retour du peintre et le suivre jusqu'à chez lui, malgré tous les risques que cela représentait ? Ou bien s'enfuir sans demander son reste en croisant les doigts pour ne plus jamais le rencontrer ? Bizarrement, la seconde solution n'avait aucune saveur... Il soupira et vint s'adosser au mur de la maison en face de l'auberge. Ses yeux se posèrent à l'intérieur, à travers la fenêtre, mais son regard était ailleurs. Naturellement, ses mains sortirent de nulle part l'un de ses couteaux et il le fit tourner entre ses doigts. Lorsqu'il s'en rendit compte, il se crispa, sans pour autant le ranger. Non... Il ne pouvait pas avoir fait tout ça juste pour l'envie de tuer propre à sa nature...

- Pourvu qu'il n'y ait pas d'accidents...

Pensif, il glissa un doigt sur la lame tandis que le peintre sortait de l'auberge. Il se redressa et sourit d'un air ravi.

- Je vous attendais !

Une porte sur Venise et ses habitants... Voilà ce qu'il voulait que Marceau soit. Même si il y avait autre chose, oui... Et qu'il ne pouvait pas tout demander sans rien offrir en retour. Double tranchant qui pouvait s'avérer dangereux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marceau D'Axe
La peinture pour épouse
Les poisons pour amants

La peinture pour épouseLes poisons pour amants
avatar

Messages : 38


MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   Dim 12 Sep - 18:18

Marceau appréciait la nouvelle fraicheur de la nuit qui l'enveloppait agréablement après la chaleur de l'auberge. Cela apaisait aussi un peu la brulure de sa peau rougie dans la nuque. Chaque mouvement de sa chemise en attisait le feu mais il restait impassible. Il y appliquerait un baume en arrivant à l'atelier. Son regard se porta sur Luvio qui jouait avec un de ses couteaux. Si son habileté était fascinante, Marceau craignait que le jeune homme aux cheveux blancs se fasse remarquer dans cette ville ou une rumeur se répandait vite. Il le détailla des yeux puis fixa un instant la lame avant de s'approcher d'un pas calme. Bien sur, s'il avait été moins téméraire, moins confiant en lui et quelque part en Luvio... il aurait tourné les talons et serait parti. Il y avait du danger chez l'homme au couteau, mais Marceau tout à sa fascination pour le personnage et son assurance de pouvoir rendre chaque attaque donnée ne s'y attardait pas. Le peintre se surprenait avec ce gout de jouer avec le feu qui ne lui ressemblait pas. Pourtant, il avait pesé les pour et les contres comme il le faisait à chaque décision, et si les contres étaient nombreux, sa curiosité, sa fascination pour le personnage qu'il avait en face de lui étaient beaucoup trop fortes. Il ne pouvait pas s'empêcher de vouloir garder ne serait-ce qu'un peu encore Luvio sous ses yeux.

Marceau plaqua une expression neutre sur son visage, puis s'approcha un peu plus de Luvio. Peut-être oserait-il lui proposer de poser pour lui, juste le temps d'assouvir cette nouvelle obsession pour son visage qui semblait le pousser à commettre des actes et prendre des décisions irréfléchies. Où peut-être parviendrait-il à se résonner et à renvoyer l'attirant personnage dans ces quartiers. Mais Luvio était nouveau dans la région, du moins le prétendait-il alors, ou logerait-il? Le peintre sentait sa curiosité se reveiller d'autant plus et il comprit qu'il ne parviendrait pas à chasser de lui même sa nouvelle connaissance.

Le sourire qu'il lui adressa laissa un gout amer assez étrange à Marceau. Peut-être parce que la physionomie de son interlocuteur se modifiait totalement avec cette expression de joie ou sans doute car il y avait longtemps que le blond n'avait pu aborder un sourire aussi enfantin et sincère. Parce qu'il le devinait, il n'y avait aucune fourberie dans ce petit signe de plaisir, et Luvio semblait heureux de le voir...

-J'espère alors que l'attente n'a pas été trop longue. Quoi que la nuit est assez agréable... assez pour marcher jusqu'à mon atelier, je l'espère.


Marceau remonta legerement le col de sa chemise sur son cou, ne voulant pas après avoir subi une brûlure liée au soleil, se laisser attaquer par le froid. Il s'approcha de Luvio puis avec une assurance qu'il fit semblant d'avoir, posa sa main gelée sur le poignet de l'homme aux cheveux blanc pour l'inciter à ranger son arme.

-Vous n'avez rien à craindre de moi, si je n'ai pas à trembler devant vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour quelques grammes de couleur... [ Luvio ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Venise la Magnifique :: Rue commerçante-